Comme un poisson dans la piscine

Shark Week Summer GIF by Hungry Shark Official Page
via Giphy

Dans cet article, vous allez découvrir toutes sortes de poissons qui peuplent l’imaginaire des artistes et, du moins de manière fictionnelle, l’eau des piscines.

Commençons par les poissons rouges, et tout d’abord par ceux du court-métrage japonais de 2016 And So We Put Goldfish in the Pool.

And So We Put Goldfish in the Pool - Court-métrage (2017)
Tous droits réservés

Ce film de Makoto Nagahisa, lauréat de nombreux prix dans plusieurs festivals, dont ceux de Sundance et de Clermont-Ferrand, est inspiré d’un fait divers qui a eu lieu en 2012. Il s’agit de l’histoire de quatre adolescentes de la petite ville de Sayama, située à quelques heures de route de Tokyo. Une nuit d’été, elles décident de libérer 400 poissons rouges appartenant à des forains dans la piscine de leur collège, tout comme elles-mêmes aimeraient être libérées d’un quotidien duquel elle se sentent prisonnières :

Dans Tempête sur la piscine, un roman pour la jeunesse d’Alain Serres avec des illustrations de Pef, un enfant emmène avec lui son poisson rouge Arthus à l’occasion d’une sortie scolaire à la piscine.  Or ce qui devait arriver arrive : le poisson se retrouve dans le grand bassin, menacé par le déclenchement incontrôlé de vagues. Les enfants vont s’allier pour le sauver, non sans mal ni sans péripéties.

Gallimard Jeunesse (1994)

Passons maintenant à des poissons plus mystérieux, dont la présence dans l’enceinte des piscines demeure inexpliquée. C’est le cas dans le court-métrage canadien Maîtres-Nageurs, de Karine Bélanger en 2016, comme le montre l’affiche, réalisée par le dessinateur Péah.

Résultat de recherche d'images pour "bélanger maître nageurs"
(c) Péah, affiche reproduite avec l’aimable autorisation de l’artiste

Ou encore dans la bande dessinée Calypso, d’Anne Baltus et Benoit Peeters. Tandis que le personnel d’entretien de la piscine croit à une farce d’adolescents, la découverte d’un poisson mort marque le début d’une série d’événements tragiques qui frapperont Monsieur Salmon, dont le patronyme signifie d’ailleurs “saumon” en anglais :

Calypso (Peeters/Baltus) - BD, informations, cotes
© Casterman,1995

Dans un tout autre registre, le réalisateur Jean-Baptiste Saurel a fait de la présence d’un poisson dans une piscine un élément narratif clé de son court-métrage Aquabike en 2015.

Aquabike de Jean-Baptiste Saurel (2015) - UniFrance
Tous droits réservés

Voici le “pitch” : traumatisée par un poisson, Sophie n’a jamais remis les pieds dans l’eau depuis ses quinze ans. Aujourd’hui elle en a trente-cinq et son amie Anaïs a décidé de l’emmener voir Aquaman, un gourou-guérisseur aux méthodes pour le moins… radicales. Sauf que le poisson n’en a pas fini avec Sophie et qu’il est bien décidé à perturber sa thérapie.


Regardons à présent du côté des cétacés. Dans le roman graphique Fables nautiques de Marine Blandin en 2011, une forme qui n’est pas sans rappeler la silhouette d’une baleine hante les profondeurs de Nautiland, le centre aquatique où se déroule l’histoire.

Résultat de recherche d'images pour "fables nautiques"
“Fables nautiques” de Marine Blandin © Editions DELCOURT, 2011

Dans le film de fin d’études intitulé La baleine à moustaches (2016), le personnage éponyme effectue des longueurs dans une piscine océanique, observé par différents poissons qui se prélassent sur le bord du bassin :

Toujours dans la catégorie des films de fin d’études, Sous la surface, de Stéphanie Gantois, également réalisé en 2016, ne met pas à proprement parler une baleine mais une grande créature aquatique mystérieuse qui dérobe la clé de casier d’une fillette et l’entraîne avec elle dans une fosse à plongée qui débouche sur un univers fantastique :

Dans le roman qu’elle a publié en 2019, l’écrivaine Valentine Goby raconte l’histoire du jeune François Sandre (encore un nom de poisson !), grand brûlé amputé des bras suite à un accident électrique et qui intègre à la fin des années 1950 une équipe de nageurs handisport. Le roman s’intitule Murène, du nom du poisson que François et sa sœur aperçoivent à l’aquarium parisien de la Porte Dorée. Peu à peu, François va s’identifier à la silhouette du poisson :

https://www.francetvinfo.fr/pictures/HXFlg_3YJSoURrU4noZY0bcx1wg/fit-in/720x/2019/10/18/phpZ6WFiI.jpg
(c) Actes Sud, 2019. L’illustration de couverture est adaptée d’une toile de Bruno Vekemans (1952-2019), “Man at swimming pool”

En 2020, Valentine Goby a publié aux éditions Thierry Magnier une variation féminine de son roman Murène, destinée à un public adolescent. L’autrice y raconte l’histoire de Camille, née sans bras. Quand ils la voient nager comme un poisson, ses camarades n’en croient pas leurs yeux. Impressionnés, ils la surnomment l’anguille.

L’émouvant un court-métrage de 2019 intitulé My Mother is a fish, titre qui est une citation du roman As I Lay Dying de William Faulkner, raconte l’histoire d’un adolescent qui emmène sa mère malade nager de nuit dans une piscine où ils entrent par effraction, afin de lui offrir un ultime moment de plaisir et de liberté :

My Mother is a Fish Poster
Tous droits réservés

Voici maintenant venu le tour des requins et autres créatures prédatrices . Il y a tout d’abord les inoffensifs requins gonflables et les ailerons bricolés pour améliorer les performances ou déstabiliser la concurrence :

JM La natation - cartonné - Monsieur B. - Achat Livre | fnac
(c) Hachette Comics, 2016

Mais des faux aux vrais ailerons il n’y a parfois qu’un pas, comme chez le dessinateur Bill Plympton (Summer Bummer en 2012) :

Deux court-métrages portent par ailleurs le titre évocateur Pool Shark. Celui de Sam Walker en 2003, dans lequel un nageur dans une piscine municipale a soudain des visions sanglantes :

Dans le court-métrage italien de Marco Pontecorvo Ore due : calma piatta (2003), un homme, incarné par John Turturro, nage à une heure creuse dans une piscine déserte lorsqu’il croit apercevoir un requin, dont il a la phobie…

Et, plus récemment, un film de Pat O’Malley (2017), mettant en scène deux enfants. Une belle journée d’été vire au cauchemar lorsque Tyler et sa soeur Lisa découvrent qu’un requin se cache dans les profondeurs de la piscine familiale :

Tous droits réservés

Même peur enfantine du requin prédateur dans l’album pour la jeunesse Lottie and Walter de Anna Walker, paru en 2020 en traduction française à L’École des loisirs (collection Kaléidoscope) : Lottie a un problème. Elle est certaine qu’il y a un requin dans la piscine, un requin qui veut la manger – elle et elle seule. Tous les samedis, elle se rend à sa leçon de natation. Et tous les samedis, elle refuse d’aller dans l’eau. Jusqu’au jour où Walter apparaît…

Tous droits réservés

Le court-métrage allemand  Lausche nicht dem Wasser (littéralement : “n’écoute pas le bruit de l’eau”) de Jonas Hartung (2014) met en scène un jeune homme qui se réveille, totalement amnésique, sur une petite île au milieu du bassin d’un centre aquatique en plein air. Sa seule compagnie est un étrange marin. Et bien que le bord de la piscine ne soit qu’à quelques mètres, il semble hors de portée pour lui, car un requin nage dans l’eau. Ce film, qui oscille entre dystopie et onirisme dans un décor exclusivement nocturne a, dans ses dialogues, des accents de pièce de théâtre d’une étrangeté déstabilisante. Il est à voir ci-dessous, en version originale allemande sans sous-titres :

Dans le court-métrage danois de 2009, Aqualorius, le requin cède la place à une créature tentaculaire à laquelle un adolescent livre un combat aquatique sur fond de rivalité amoureuse et de disparitions inexpliquées :

Tous droits réservés

Parfois, les monstres assoiffés de chair humaine sont situés hors-champ, mais pas moins horrifiques pour autant, comme dans La Baignade, un court-métrage parodique réalisé par les trublions de la famille Turpin. En voici le synopsis, dans une esthétique au kitsch assumé : deux jeunes femmes prennent le soleil autour de la piscine d’une villa tropézienne. Mais le farniente tourne vite au cauchemar.

A priori moins effrayantes, mais potentiellement tout aussi dangereuses, de nombreuses sirènes peuplent aussi les bassins d’eau chlorée. Dans Clear Blue, de Lindsay MacKay en 2010, le nouveau maître-nageur est intrigué par la présence d’une habituée, une femme âgée à l’impressionnante capacité respiratoire. Sa curiosité, qui, on le sait, est un vilain défaut, va le pousser à essayer d’en savoir plus :

Walter de Tamara Maloney (2002, 6′) forme en quelque sorte le pendant masculin de Clear Blue : sortie faire son jogging, Holly tombe sur un homme qui se noie dans sa piscine. Elle se précipite à son secours et découvre non seulement qu’il sait nager, mais que ses étonnantes facultés aquatiques le différencient de tout être humain. Là encore, une fois passée la stupeur initiale, le mystère provoque l’attirance. Ce film est à voir ici.

Dans la série télévisée policière et fantastique israélienne Betoloot, diffusée en 2014 et dont le titre français est Sirènes, deux randonneurs découvrent le corps nu et sans vie d’une femme au fond d’une piscine vide dans le désert du Sinaï. L’enquête montrera qu’il s’agit d’une femme-sirène disparue lorsqu’elle était adolescente.

Betoolot Série TV 2014 - HOT - Casting, bandes annonces et actualités.

Autre cas d’hybridation aux conséquences tragiques dans le court-métrage chinois The Cetus (鲸鱼座) de Feifei Guo, en 2009. Yu Xiaoduo est née avec un aileron sur le dos. Quand elle était petite, les habitants de son village se moquaient d’elle. Puis le nouveau maître nageur l’a intégrée à son équipe, où elle se sent enfin dans son élément. Jusqu’au jour où un groupe de scientifiques malveillants débarque… Cet film sur la différence, l’intolérance et le pods des croyances populaires est visible en ligne (voir ci-dessous), en chinois avec la possibilité d’activer des sous-titres anglais.

鲸鱼座快播
Tous droits réservés

La sirène du court-métrage allemand de 2011 Der Schwimmer und die Meerjungfrau – titre qui signifie Le nageur et la sirène –  est, quant à elle, une facétieuse  créature qui aime bien taquiner les nageurs :

Passons à présent aux chansons, dans lesquelles on trouve aussi de nombreux poissons, mais dans des genres bien différents.

Il y a le poisson d’avril dans Pull Marine d’Isabelle Adjani et Serge Gainsbourg, en 1983, décliné dans le vidéoclip qui l’illustre en sardine, poisson rouge, poisson en chocolat…

Chez la chanteuse Hoshi, le poisson d’avril devient, dans Ta Marinière (2018),  “poison d’avril” :

Le trio japonais Hekuto Pascal est l’auteur, en 2015, d’un album  intitulé Fish in the Pool, où figure une chanson du même nom :

Dans la vidéo de la chanson Deep End, du country-folk Cousin Joe Twoshacks, sur une animation du dessinateur Bill Plympton (déjà évoqué plus haut pour Summer Bummer), c’est tout un banc de poissons colorés qui parade dans le bassin (entre 1’41 et 2′) :

À destination d’un public plus jeune, il faut évoquer le poisson d’Henri Dès en 1980 :

Enfin, tout comme au cinéma, le requin est très présent dans les chansons, principalement comme métaphore (de la rivalité amoureuse, de la jalousie), comme chez Dadju et Ninho en 2020 :

Ou encore chez V V Brown en 2009 :

Voilà, c’est terminé pour ce tour d’horizon des poissons amateurs de chlore. Si vous voulez prolonger votre plongée en eaux plus ou moins troubles, je vous signale qu’une vidéo de l’émission cinéphile d’Arte, Blow-Up, a été consacrée aux poissons qui peuplent les films :

Anne-Sophie Gomez, mai 2021

Bibliographie :

https://www.researchgate.net/publication/43529274_DE_LA_BANDE_DESSINEE_COMME_MOSAIQUE_Calypso_de_Baltus_et_Peeters [article de recherche de Fabrice Leroy, RELIEF – REVUE ÉLECTRONIQUE DE LITTÉRATURE FRANÇAISE, 2008]



Citer ce billet
Anne-Sophie Gomez (2021, 18 mai). Comme un poisson dans la piscine. La piscine en textes, en sons, et en images. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bayj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.