Rajeunir à la piscine

forever young pool GIF by Nate Makuch
Forever young pool GIF by Nate Makuch, via Giphy

Dans cet article, je vais vous parler des vertus supposées rajeunissantes de l’eau, à la fois celle qu’on ingère et celle où on s’immerge.

Nous allons débuter par le motif de la fontaine de jouvence, qui a inspiré de nombreux artistes, notamment des graveurs, des peintres et des sculpteurs à travers les époques.

Roman de Fauvel, Detail aus fol. 42 “Jungbrunnen”, vers 1317, Public domain, via Wikimedia Commons
“Fountain of youth”, Jacques Iverny, 1411, Public domain, via Wikimedia Commons
La Fontaine de jouvence, miniature extraite du “De Sphaeras”, vers 1450-1465, Public domain, via Wikimedia Commons
Hieronymus Bosch, “Le Jardin des délices”, 1490-1500, Public domain, via Wikimedia Commons
Loy Hering, Liebesgarten / Jungbrunnen, 1525, Skulpturensammlung (Inv. 5942), Bode Museum, Berlin, Anagoria, CC BY 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/3.0>, via Wikimedia Commons
Holzschnitt “Jungbrunnen” von Sebald Beham, vers 1536, Kupferstichkabinett der Staatlichen Kunstsammlungen, Dresden, Derbrauni, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons
“Jungbrunnen”, Lucas Cranach d. Ä., 1546, Public domain, via Wikimedia Commons
La fontaine de Jouvence / [attribué au] Maître aux banderoles, XVe siècle, via Gallica
“La fontaine de jouvence”, Célestin Nanteuil, 1839, via Gallica
“Jungbrunnen”, Eduard Veith, 1890, Public domain, via Wikimedia Commons
“Fontaine de jouvence”, Ker Xavier Roussel, Patrick from Compiègne, France, CC BY-SA 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0>, via Wikimedia Commons

On s’aperçoit toutefois qu’un grand nombre de ces œuvres sont un moyen de représenter des corps dénudés, d’ailleurs majoritairement féminins, non sans une bonne dose d’érotisme :

Charles W. Gilhousen, 1917, Public domain, via Wikimedia Commons
Paul-François Quinsac, vers 1887, Public domain, via Wikimedia Commons
Paul Gervais, “La Fontaine de Jouvence”, Capitole Toulouse, Salle des Illustres, 1908, Public domain, via Wikimedia Commons
Jungbrunnen im Hadikpark, Vienne, Rudolf Panholzer, 1906, Haeferl, CC BY-SA 3.0 AT <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/at/deed.en>, via Wikimedia Commons

On remarque aussi que les corps représentés le sont généralement après leur passage dans l’eau miraculeuse, apparaissant ainsi fermes et désirables, même si certains artistes montrent aussi, pour l’exemple, quelques corps défaillants, vieux ou infirmes, qui sont accompagnés voire précipités dans l’eau afin de bénéficier des vertus de celle-ci.

L’autre domaine où l’eau et la jeunesse sont étroitement liées est celui du marketing, notamment pour les eaux minérales, fréquemment associées à un pouvoir de régénération symbolisé par un nom évocateur :

Wattwiller68, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons

La publicité télévisée opte aussi, afin de souligner les vertus régénératrices de leurs produits, pour la mise en scène d’enfants, comme dans le célèbre spot publicitaire pour l’eau de la source Volvic en 1990 :

La marque concurrente, Evian, a elle aussi misé, dès 2003, sur des bébés comme symbole de rajeunissement et de dynamisme, physiquement et vocalement :

Puis la marque a composé des corps hybrides et présenté des sosies enfants/adultes sur le mode séquentiel du “avant/après”, mais en inversant la chronologie : on est d’abord adulte, puis on boit l’eau d’Evian et on rajeunit :

Dans un autre spot publicitaire (1998) inspiré des chorégraphies aquatiques d’Esther Williams, on voit des bébés faire de la natation synchronisée, alertes et enthousiastes, avant qu’une voix off ne prononce : “Boire chaque jour une eau pure et équiibrée en minéraux entretient la jeunesse de votre corps”.

La marque change d’angle en 2001 avec un spot qui célèbre la jeunesse sans recourir à une métamorphose corporelle : des seniors y sont mis en scène, avec cheveux gris ou calvitie, en train d’exécuter des figures de natation synchronisée ou d’effectuer des plongeons depuis un trapèze. Le tout sur la mythique chanson des Beach Boys, Would’nt it be nice

Le même argument de la jeunesse est, sans surprise, utilisé pour promouvoir les cures thermales, censées pour certaines lutter contre les rhumatismes et autres maux liés à l’âge.

Photo 1 - PUBLICITE ADVERTISING 1966 VICHY la cure de jeunesse

PUBLICITES : LES GRANDS NOMS DE L'AFFICHE. - Le blog de christianlegac

En cure thermale à la Léchère - Papy et Mamie à la montagne

Les marques de produits cosmétiques communiquent elles aussi sur la fraîcheur et la jeunesse promises par leurs eaux florales et autres elixirs en mettant l’accent dans leurs visuels sur la composante aquatique.

Bottle of medicinal water from the ‘Fountain of Youth’ Owens Bottle Company, St. Augustine, Saint Johns county, Florida, CC BY 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/4.0>, via Wikimedia Commons

Mais il arrive parfois que, malgré l’effet de l’eau, la métamorphose soit incomplète, comme dans un épisode de la série humoristique Family Guy, et sur une fontaine de la région de Basse-Saxe en Allemagne, où les personnages demeurent des hybrides grotesques :

family guy pond GIF

Der Jungbrunnen in der Stadtmitte von Bad Harzburg, Robert Harvey, CC BY-SA 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0>, via Wiki

Au cinéma, l’œuvre emblématique du bassin de jouvence est sans conteste le film de science-fiction Cocoon, de Ron Howard, en 1985.

Cocoon (film) - Wikipedia

Un groupe de personnes âgées, pensionnaires d’une maison de retraite, entre par effraction dans une maison, afin de profiter des joies de la piscine. Ils trouvent dans celle-ci des « cocons », d’une taille équivalente à celle d’un homme. Les vieillards étant trop âgés, ils ne réussissent pas à sortir les cocons de l’eau et s’y baignent malgré tout. Quelques minutes après s’être immergés, ils se rendent compte qu’ils ont subitement recouvré une nouvelle jeunesse :

Le quatrième volet de la saga Pirates des Caraïbes s’intitule, dans la version française, La Fontaine de Jouvence (2011). Et il y est bien question de quête de la jeunesse éternelle : en chemin vers la fameuse fontaine, le célèbre capitaine Jack Sparrow va retrouver une ancienne conquête, Angelica. S’agit-il de la part de cette dernière d’un amour sincère ou bien cette femme n’est-elle qu’une aventurière sans scrupules et prête à tout pour découvrir le secret de la jeunesse éternelle ?

Afficher l’image source
Tous droits réservés

Dans Youth, de Paolo Sorrentino en 2015, Fred et Mick, deux amis approchant les quatre-vingts ans, profitent de leurs vacances dans un bel hôtel des Alpes suisses. Ils savent que le temps leur est compté et décident de faire face à leur avenir ensemble.  La (leur?) jeunesse leur apparaît sous les traits d’une femme nue qui s’avance dans l’eau, mais le bain n’opèrera toutefois pas, pour eux, de miracle ni de métamorphose :

Youth de Paolo Sorrentino - (2015) - Comédie dramatique

Autre histoire d’amitié masculine, celle racontée par Elizabeth Rose et  Jörundur Ragnarsson dans le court-métrage islandais Hjónabandssæla (Mon pote / Chum en anglais, 2014), visible ici en VOD : Uggi et Kiddi, deux vieux copains, voient leurs petites habitudes bouleversées lorsqu’une femme fait son apparition dans “leur” jacuzzi, donnant à l’un des deux amis des ailes, ou tout du moins une seconde jeunesse…

Tous droits réservés

The Swimmer, réalisé en 1968 par Frank Perry et Sydney Pollack sur un scénario de Eleanor Perry, d’après la nouvelle éponyme de John Cheever, The Swimmer (1964, à écouter ici lue par son auteur), raconte l’aventure vécue par Ned Merrill, un homme athlétique mais vieillissant, qui se met en tête de rentrer chez lui à la nage, en empruntant chaque piscine qui se trouve sur son chemin. Ce parcours se transforme pour lui en une véritable leçon sur le passage du temps, entre déni et désillusion :

Dans la mini-série d’anticipation Ad Vitam (2018), de Thomas Caillet, des chercheurs ont réussi à déchiffrer le code de la technologie corporelle et un nouveau processus de régénération permet aux êtres humains de vivre éternellement en s’immergeant régulièrement dans un caisson d’eau. Mêlant le thème de la transhumanité à une enquête policière conduite par un policier centenaire, cette série propose une réflexion sur la vision que nos sociétés ont de la jeunesse.

Du côté des courts-métrages, on renoue avec le fantastique dans Clear Blue de Lindsay MacKay, en 2010. Un jeune maître-nageur est intrigué puis fasciné par une nageuse régulière qui, une fois sous la surface de l’eau, se métamorphose en une séduisante – et dangereuse – jeune fille :

Poursuivons ce parcours par deux documentaires américains consacrés à des pratiquantes senior de natation synchronisée, qui expliquent avoir, grâce à ce sport, retrouvé vitalité et jeunesse. Les “Aquadettes” du film éponyme de Drea Cooper et Zackary Canepari (2011) sont un groupe de nageuses vivant à Leisure World, une communauté de retraités située dans le Comté d’Orange en Californie :

Aquadettes Poster
Tous droits réservés

Dans The Honeys and Bears (2015), la réalisatrice Veena Rao suit les membres des « Harlem Honeys and Bears », qui décrivent la sensation de liberté que leur procure l’eau. L’équipe, fondée en 1979, est composée de nageurs âgés de 55 à 100 ans, qui s’entraînent tous les jours :

Un autre court-métrage, Łaźnia, du réalisateur polonais Tomek Ducki (2013) ravive des souvenirs de jeunesse enfouis sous la surface de l’eau. Deux vieilles dames se retrouvent aux bains pour leur habituelle séance de natation. Cette fois, elles vont plonger plus profondément que d’habitude et renouer avec des sensations passées et avec l’adrénaline de la course :

Le long-métrage documentaire allemand Erich und Schmitte, de Stefan Eisenburger, dresse le portrait (à voir en VOD) de deux nageurs seniors, Erich Liesner (86 ans) et Hans-Jürgen Schmidt (68 ans). Le cinéaste les accompagne dans leur vie quotidienne et lorsqu’ils se préparent pour la prochaine compétition à Londres. L’amitié et la natation ne font pas certes oublier la vieillesse, mais elles aident à l’aborder avec humour :

Tous droits réservés

La littérature elle aussi souligne les effets bénéfiques de l’eau sur les corps, par exemple sur celui de Rosemary, quatre-vingt-six ans, dans le roman de Libby Page intitulé The Lido (Orion Book, 2018) :

“En descendant les barreaux, Rosemary a l’impression d’être un arbre sous le vent. Ses membres craquent. Elle lâche la rampe et se retrouve aspirée par l’eau ; elle laisse sa fraîcheur l’envelopper et s’accoutume à la température avant de s’éloigner en douceur du bord d’une poussée de la jambe. Elle commence à nager à mouvements réguliers dans la brume. Elle ne voit pas le mur du fond mais sait qu’en continuant à battre des jambes elles finira par l’atteindre. Rosemary a quatre-vingt-six ans mais, dans l’eau, elle est toute jeune.” Libby (Elisabeth) Page, La Piscine de de Rosemary, traduit de l’anglais (GB) par Séverine Quelet, Calmann-Lévy, 2019, p. 21.

Dans son poème de 2016, The old Men at the Swimming Pool, que l’on peut entendre ici récité par son auteur, Clive Wilmer évoque l’entraînement quotidien, les corps tannés et la vigueur qui se manifeste au contact de l’eau, voire de la glace :

“The old men at the swimming pool were tanned

Even in winter. They were fit and strong.

[…]

Ajoutons pour terminer que c’est dans une piscine non pas remplie d’eau mais de pièces et de billets que l’oncle Picsou/Uncle Scrooge plonge avec délectation dès qu’il le peut pour se revigorer. Dans un Picsou-Parade de 1977 (n° 756 bis), on lit ainsi p. 14 et 15 : “Hop là! Une tête dans mon élément naturel. Quel plaisir ! Ça au moins c’est du sport ! Une vraie source de jouvence ! Je me sens rajeunir ! Encore trois brasses et je sors ! […]”.


Afin d’en apprendre davantage, d’un point de vue historique, sur le mythe de la jeunesse éternelle et sur la fontaine de jouvence, je vous renvoie vers la chaîne YouTube de l’historien québécois Laurent Turcot, “L’Histoire nous le dira” :

Sur la quête éperdue de la jeunesse, entretenue notamment par la publicité et l’industrie cosmétique, je vous recommande aussi les essais de Mona Chollet, Beauté fatale et Sorcières :

(c) Editions Zones, 2012 https://www.editions-zones.fr/livres/beaute-fatale/
(c) Editions Zones, 2018 https://www.editions-zones.fr/livres/sorcieres/

Anne-Sophie Gomez, mai 2021


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.