Traverser au péril de sa vie : le traumatisme aquatique des réfugiés

Refugee Drawing , 2017, Polviak, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons

L’actualité en témoigne tragiquement au quotidien : la mer, malgré les périls qu’elle réserve, est une voie souvent empruntée par des migrant.e.s qui risquent la noyade pour fuir, sur des embarcations dérisoires, la guerre et la souffrance.

Ces traversées, à l’issue incertaine et trop souvent fatale, laissent des traces durables chez les rescapés, qu’ils soient enfants ou adultes. Plusieurs artistes ont voulu témoigner de cette situation, des dangers encourus mais aussi du traumatisme éprouvé et des moyens mis en œuvre pour remettre en confiance les réfugiés face à l’élément aquatique. Car si l’eau est source de vie, elle est aussi un piège mortel pour les plus vulnérables, livrés aux vagues, aux avaries et à la cupidité des passeurs.

  • Tenter la traversée ; témoigner

Plusieurs films, en format court ou long, ont traité, au cours des vingt dernières années, de la crise migratoire et des tentatives pour fuir par la mer. En voici une sélection.

En 2003, un documentaire de Joakim Demmer intitulé Tarifa Traffic – Mort à Gibraltar s’intéresse au sort tragique de milliers de migrants qui tentent de traverser illégalement le détroit entre le Maroc et l’Espagne sur de petits radeaux pneumatiques. Certains d’entre eux y parviennent. D’autres non. Au paradis des surfeurs de Tarifa, petite ville au sud de l’Espagne, la découverte de cadavres sur la plage a presque fini par devenir une habitude. Le film raconte l’histoire des noyés et des habitants de Tarifa, dont le quotidien est marqué par l’afflux des réfugiés. Dans ce film de fin d’études, le réalisateur suédois Joakim Demmer s’interroge sur ces cadavres sans nom, dont la plupart sont enterrés anonymement à Tarifa. Sans aucun commentaire explicatif, il montre et accentue ainsi le visage cruel de la migration mondiale et de la “forteresse Europe”. Le film complet est à voir ici en VOD.

Un an après la sortie du documentaire de Joakim Demmer, la documentariste française Laëtitia Moreau a réalisé Les Passeurs, qui s’intéresse aussi à la traversée du détroit de Gibraltar. Touchés par ces effroyables destins, deux frères, Martin et Angel Zamora, ont mis leur entreprise au service des défunts. Responsables d’une entreprise de pompes funèbres, prés d’Algéciras, ils identifient les corps, préviennent les familles, s’occupent des formalités et rapatrient les dépouilles de ces hommes et ces femmes jusque dans les villages les plus reculés du Maroc. À travers leur travail et leur longue route, dans ce documentaire, se dessine peu à peu l’itinéraire et l’histoire d’un jeune homme qui s’est noyé le 14 juillet 2003, alors qu’il tentait de venir travailler en Europe (source http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/12612_0)

Les Passeurs: Amazon.fr: Laetitia Moreau: DVD & Blu-ray
Tous droits réservés

En 2013, le documentaire Between The Devil & The Deep Blue Sea de Jessie Taylor et David Schmidt, raconte l’histoire de Zainab et celle de nombreuses autres personnes qui ont suivi le même chemin. Lorsqu’elle avait 9 ans, les parents de Zainab ont pris la décision déchirante de quitter leur maison dans le nord de l’Afghanistan. Ils ont entrepris un voyage à travers le monde, remettant le sort de leur famille entre les mains d’étrangers. Qu’est-ce qui pousse les gens à quitter leur foyer ? Que laissent-ils derrière eux ? De quoi ont-ils peur ? Pourquoi ont-ils choisi cette voie ?

Tous droits réservés

Dans Sea Sorrow (2016), sa première réalisation,  l’actrice et productrice Vanessa Redgrave propose une méditation très personnelle et dynamique sur la crise mondiale actuelle des réfugiés à travers les yeux et les voix des militants et des enfants qui mélangent le passé et le présent, le documentaire et le théâtre dans sa réflexion sur l’importance de droits de l’homme :

Tous droits réservés

En 2016 également, Jean-Paul Mari et Franck Dehlens ont réalisé un documentaire consacré à l’Aquarius et à l’action de l’ONG SOS Méditerranée : pour la première fois, une opération humanitaire se consacre exclusivement au sauvetage des naufragés entre les côtes de la Sicile et celles de l’Afrique. C’est la partie la plus dangereuse de la Méditerranée : plusieurs milliers de migrants y ont péri noyés durant ces dernières années. L’Aquarius peut recueillir jusqu’à 300 personnes. Outre l’équipage composé de bénévoles et de sept Médecins du monde, deux journalistes sont montés à bord. Il s’agît du grand reporter et écrivain Jean Paul Mari et du caméraman-réalisateur Frank Dhelens. Ils ont décidé de s’embarquer juste pour témoigner. Témoigner de cette catastrophe qui continue dans l’indifférence générale. Témoigner des efforts d’une poignée de bénévoles qui n’ont d’autre objectif que de sauver des vies. Ce film raconte au jour le jour l’engagement des uns face à la détresse des autres :

Afficher l’image source
Tous droits réservés

Toujours en 2016, le documentaire franco-italien Fuocoammare – par-delà Lampedusa, réalisé par Gianfranco Rosi et lauréat de l’ours d’or à la Berlinale de 2016, montre une réalité similaire mais à travers les yeux d’un adolescent, Samuele, qui voit débarquer sur son île des rescapés de l’enfer, à la fois géopolitique et maritime. Un dossier pédagogique destiné à un public scolaire est accessible ici.

Afficher l’image source
Tous droits réservés

En 2016 encore, le court-métrage au titre tragiquement évocateur, The Dead Sea, réalisé par Stuart Gatt, retrace le périple de migrants originaires de Libye: après avoir presque atteint l’Europe par bateau, Emmanuel et Olu sont renvoyés dans leur pays et incarcérés dans l’un de ses tristement célèbres centres de détention pour migrants :

Le  documentaire germano-italien Iuventa, réalisé par Michele Cinque raconte l’histoire du navire éponyme.  Ce bateau de l’ONG allemande “Jugend Rettet” et naviguant sous pavillon néerlandais a effectué 15 missions de sauvetage en Méditerranée, portant ainsi secours à plus de 14 000 personnes, des réfugiés qui tentaient, au péril de leur vie, de rejoindre l’Europe. Son activité humanitaire a été stoppée quand le navire a été saisi par le gouvernement italien, prétendument pour avoir aidé des trafiquants. La colonne vertébrale de la narration est la première sortie en mer du navire : parti de Malte, il revient à La Valette après 15 jours de mer et après avoir sauvé la vie de plus de 2 000 personnes. Suite à cette première mission, le film emmène le spectateur à Berlin et en Italie, puis dans des réunions où l’on discute de l’avenir de la “Jugend Rettet”.

IUVENTA - Il Film - ZaLab
Tous droits réservés

Je n’aime plus la mer : tel est le titre éloquent d’un court-métrage documentaire réalisé en 2018 par Idriss Gabel. Durant un an, le réalisateur a suivi les enfants du centre d’accueil “Le relais du monde” dans leur quotidien, apprenant à les connaître, installant progressivement avec eux une relation de confiance, avant de commencer à les filmer. Ces enfants viennent d’Afghanistan, d’Erythrée, d’Irak ou de Syrie, et ont un point commun : ils ont fui la guerre, la persécution ou des situations d’extrême pauvreté. Ils racontent chacun à leur tour le parcours qui les a menés jusqu’en Belgique.

En 2018, le documentaire Lifeboat, de Skye Fitzgerald, suit des bénévoles d’une organisation allemande qui affrontent les vagues de la Méditerranée pour arracher des réfugiés à des radeaux en perdition après avoir quitté la Libye au milieu de la nuit :


En 2019, Yasmina Farber réalise C’est la goutte d’eau, un documentaire qui raconte l’aventure d’une troupe de théâtre qui décide de partir en voilier sur les routes migratoires de la Méditerranée et de jouer sur les quais des ports une pièce qui traite du sort des réfugiés et de son impact sur nos consciences occidentales. Le bateau-théâtre s’appelle l’Hétérotope. La pièce Une goutte à la mer. Elle a été écrite par Emilien Urbach et Mandine Guillaume, tous deux directeurs de compagnies de théâtre et metteurs en scène dans les Alpes Maritimes.

Le témoignage Purple Sea (2020), réalisé à partir d’images filmées par l’artiste syrienne Amel Alzakout après que le bateau sur lequel elle fuyait la Syrie eut fait naufrage, au large de Lesbos, rend compte du moment où la co-réalisatrice et les autres passager.ère.s flottent dans l’eau avec leurs gilets de sauvetage, dans l’attente de secours. En off, sa voix accompagne cette expérience extrêmement poignante.

Plusieurs films de fiction ont aussi abordé le thème des traversées maritimes de réfugiés, souvent en le mêlant aux destins d’autres personnages que la rencontre avec les candidats à la traversée ou les occupants des embarcations de fortune va bouleverser.

Dans le drame Welcome, de Philippe Lioret (2009, 110’), Simon, maître-nageur à la piscine de Calais, prend le risque d’aider en secret un jeune réfugié kurde qui veut traverser la Manche à la nage. Mais ses motivations initiales ne sont pas désintéressées : il espère ainsi impressionner et reconquérir sa femme…

Le film germano-espagnol Die Farbe des Ozeans (La Couleur de l’Océan), réalisé en 2011 par Maggie Peren, raconte l’histoire de José, agent frontalier aux îles Canaries, qui décide du sort de centaines de réfugiés africains en bateau qui arrivent chaque semaine sur les côtes de cette destination touristique espagnole. Nathalie, elle, a fait le voyage depuis l’Allemagne pour passer ses vacances à la plage et attend que son compagnon Paul la rejoigne. Zola, quant à lui, a organisé un voyage en bateau coûteux et illégal pour lui et son fils du Sénégal vers l’Espagne, dans l’espoir d’obtenir l’asile. Un matin, Nathalie assiste par hasard à l’arrivée d’un bateau surchargé de réfugiés, dont Zola et son fils, qui sont deux des rares survivants de cette horrible traversée. Émue par leur histoire, elle décide de les prendre sous son aile. Vous pouvez télécharger ici un dossier pédagogique en anglais.

Die Farbe des Ozeans (2011) - IMDb

Terraferma d’Emanuele Crialese (2011), co-production franco-italienne primée à Venise, raconte l’histoire d’une petite île en Méditerranée devant faire face simultanément à l’afflux de touristes et de migrants naufragés. Sur cette île située au large de la Sicile, à proximité de l’Afrique, Filippo, sa mère et son grand-père n’arrivent plus à vivre de l’activité traditionnelle de la pêche. L’été arrivant, ils décident de louer leur maison aux touristes, qui arrivent de plus en plus nombreux chaque année. Un jour, Filippo et son grand père sauvent des eaux un groupe de clandestins africains malgré l’interdiction des autorités locales. C’est le dilemme : faut-il les dénoncer aux autorités pour ne pas bouleverser la quiétude des touristes ou respecter les valeurs morales de solidarité héritées du travail de la mer ?

undefined
Tous droits réservés

Un village de pêcheurs dans la grande banlieue de Dakar, d’où partent de nombreuses pirogues. Au terme d’une traversée souvent meurtrière, elles vont rejoindre les îles Canaries en territoire espagnol. Baye Laye est capitaine d’une pirogue de pêche, il connaît la mer. Il ne veut pas partir, mais il n’a pas le choix. Il devra conduire 30 hommes en Espagne. Ils ne se comprennent pas tous, certains n’ont jamais vu la mer et personne ne sait ce qui l’attend. Telle est l’intrigue du film franco-sénégalais La Pirogue (2012), réalisé par Moussa Touré :

En 2018, Wolfgang Fischer réalise Styx, terme qui désigne dans la mythologie grecque le fleuve qui sépare le monde terrerstre des Enfers. Rike a quarante ans, elle est médecin urgentiste en Allemagne et travaille beaucoup. Elle a l’intention de profiter de ses vacances annuelles bien méritées pour réaliser un rêve de longue date : naviguer en solitaire de Gibraltar à Asuncion, une petite île tropicale au milieu de l’Atlantique. Son désir de vacances insouciantes semble sur le point de se réaliser mais, après une tempête, sa belle aventure se transforme soudain en un défi sans précédent lorsqu’elle aperçoit à proximité un bateau de réfugiés gravement endommagé et désespérément surchargé. Plus d’une centaine de personnes risquent de se noyer. Vous pouvez télécharger ici un dossier pédagogique en allemand.

Critique : Styx - Cineuropa

On trouve dans le roman La Mer à l’Envers, de la romancière française Marie Darieussecq (2019), des éléments qui font écho à la trame narrative de Styx : “Rien ne destinait Rose, parisienne qui prépare son déménagement pour le pays Basque, à rencontrer Younès qui a fui le Niger pour tenter de gagner l’Angleterre. Tout part d’une croisière un peu absurde en Méditerranée. Rose et ses deux enfants, Emma et Gabriel, profitent du voyage qu’on leur a offert. Une nuit, entre l’Italie et la Libye, le bateau d’agrément croise la route d’une embarcation de fortune qui appelle à l’aide. Une centaine de migrants qui manquent de se noyer et que le bateau de croisière recueille en attendant les garde-côtes italiens. Cette nuit-là, poussée par la curiosité et l’émotion, Rose descend sur le pont inférieur où sont installés ces exilés. Un jeune homme retient son attention, Younès”.

Editions P.O.L, tous droits réservés

La rencontre en mer entre plaisanciers et migrants est aussi le thème du court-métrage suisse de Marc Raymond Wilkins (2016), Bon Voyage : Jonas et Silvia sont en vacances en voilier sur la Méditerranée. Au large, ils tombent sur une embarcation en difficulté, pleine de réfugiés à son bord. Après avoir alerté les garde-côtes, ils perdent le bateau de vue. Le lendemain matin, ils se réveillent dans un océan de cadavres.

Bon voyage - Court-métrage (2016) - SensCritique
Tous droits réservés

En 2019 sort Atlantique, un film puissant de Mati Diop, récompensé d’un Grand Prix au festival de Cannes : dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers d’un chantier, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, qui laisse derrière lui celle qu’il aime, Ada, promise à un autre homme. Quelques jours après le départ en mer des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage d’Ada et de mystérieuses fièvres s’emparent des filles du quartier. Issa, jeune policier, débute une enquête, loin de se douter que les esprits des noyés sont revenus. Si certains viennent réclamer vengeance, Souleiman, lui, est revenu faire ses adieux à Ada.

Achat Atlantique en DVD - AlloCiné
Tous droits réservés


Dans un court-métrage d’animation de 2016, Mariola Brillowska s’est inspirée d’une pièce radiophonique de Felix Kubin. Sa Vague noire (Schwarze Welle) raconte l’histoire d’un naufragé africain qui, après avoir nagé plusieurs heures dans la Méditerrannée, tombe (mal) sur une sirène en uniforme. Cette garde-frontière cynique et irresponsable l’expédie par avion militaire sur l’île voisine, où il se retrouve dans un camp de réfugiés. Là, il est désinfecté et, avec d’autres réfugiés et d’autres déchets, on le rejette dans la mer, vers une belle plage d’Europe lui laisse-t-on entendre… Le film est visible ci-dessous, en allemand avec des sous-titres anglais.

Parmi les “Unfairy Tales” produits par l’UNICEF, Malak and the boat, réalisé en 2016 par Andre Holzmeister,  raconte, à hauteur d’enfant, l’effrayante traversée d’une jeune réfugiée syrienne malmenée par des flots à l’apparence tentaculaire :

Racontée avec le recul du temps écoulé, l’histoire de Tri Nguyen n’en est pas moins bouleversante. Dans un documentaire de Marleena Forward (2014), intitulé Then I Came by Boat, on découvre l’histoire de Tri, qui a fui le Vietnam déchiré par la guerre pendant son enfance et qui est parvenu à s’installer en Australie :

Nous ajoutons ici  des photographies liées au thème de l’exil maritimeet mises à disposition par le site Wikimedia Commons :

South China Sea….A Vietnamese Refugee with his belongings secured in between his teeth, climbs a cargo net to the deck of the combat store ship USS White Plains, AFS-4. The ship is picking up twenty-nine refugees from a 35 Foot wooden Boat., 07/30/1979. Department of Defense. Department of the Navy. Naval Photographic Center, Public domain, via Wikimedia Commons
35 Vietnamese refugees wait to be taken aboard the amphibious command ship USS BLUE RIDGE (LCC-19). They are being rescued from a 35 foot fishing boat 350 miles northeast of Cam Ranh Bay, Vietnam, after spending eight days at sea, 1984, PH2 Phil Eggman, Public domain, via Wikimedia Commons
“The 378-foot U.S. Coast Guard cutter Hamilton dwarfs a 10-foot sailboat carrying Haitian refugees off the coast of Haiti. Thousands of Haitians fled their homeland in makeshift boats in 1994 as U.S. vessels searched the waters to enforce “Operation Able Manner” July, 1994.”, John R. Stanmeyer, Public domain, via Wikimedia Commons
Syrians and Iraq refugees arrive at Skala Sykamias Lesvos Greece, 2015, Ggia, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons
Refugees on a boat crossing the Mediterranean sea, heading from Turkish coast to the northeastern Greek island of Lesbos, 29 January 2016, via Wikimedia Commons
  •  Secouer les consciences

Face à la crise migratoire, plusieurs artistes (plasticiens, street artists…) ont choisi d’interpeler l’opinion publique avec des œuvres conçues pour bousculer des consciences parfois engourdies par le flot  continu et hypnotique des informations.

L’artiste chinois Ai Weiwei, également réalisateur en 2018 du film Human Flow sur le sujet des migrations, a notamment réalisé une œuvre fabriquée en caoutchouc, celui des canots de sauvetage des réfugiés, qui a été exposée à Prague. Les 300 mannequins en caoutchouc placés sur le zodiac symbolisent les 65 millions de déplacés dans le monde. En 2016, l’artiste avait déjà chercher à sensibiliser à cette cause l’Allemagne, où il vivait alors, en accrochant des gilets de sauvetage aux colonnes du Konzerthaus de Berlin :

Février 2016, Fridolin freudenfett, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons

C’est également cet accessoire orange vif qu’a symboliquement utilisé le street artist Banksy dans son triptyque Vue de la mer Méditerranée, 2017. L’artiste a pris trois vieilles toiles romantiques qui représentaient des paysages marins du XIXe siècle, sur lesquelles il a ajoutée des gilets de sauvetage ou des bouées abandonnées. Banksy avait aussi réalisé, en 2019 à la Biennale de Venise, un pochoir d’enfant en gilet de sauvetage, tenant une fusée de détresse rose. En 2020, l’artiste a financé et décoré un bateau destiné à secourir des migrants :

Bruce Clarke, artiste plasticien, a conçu le projet “Fantômes de la mer” comme un “hommage aux réfugiés économiques et politiques victimes du trafic humain transméditerranéen”. L’artiste souhaite présenter ses images  “dans les villes d’où sont issus les migrants, Dakar, Nouakchott, Tanger… en Afrique de l’Ouest et du Nord. Elles seront aussi exposées dans les villes d’arrivée en Europe du Sud, Malte, Sicile, Lampedusa, Lesbos… villes étapes pour ces voyageurs des marges”. Ce travail a donné lieu à la publication d’un livre :

ARTCO éditions. Auteur Bruce Clarke. Avec contributions de Maria Malagardis, Gaël Faye et Corinne Moncel. Bilingue Anglais/Français.

Dans son roman Die spürst du nicht (C’est comme si elle n’était pas là), paru en 2023, l’écrivain autrichien Daniel Glattauer raconte l’histoire tragique d’Aayana, jeune somalienne réfugiée en Autriche, que la famille bourgeoise d’une camarade de classe emmène en vacances en Toscane, dans une villa avec piscine. À peine le séjour a-t-il débuté qu’il vire à la tragédie pour la jeune fille, si discrète et encore traumatisée par sa traversée depuis l’Afrique :

  • Surmonter la peur et le déracinement par l’apprentissage de la natation

En 2017-2018, la photographe Diana Markosian a réalisé une série photographique sur le thème du traumatisme aquatique consécutif à la migration et sur les initiatives visant à y remédier. Diana Markosian travaillait en Allemagne, où elle faisait un reportage sur une famille de migrants afghans et sur leurs efforts pour s’acclimater à leur pays d’accueil, lorsque le commentaire fortuit d’un jeune garçon concernant sa peur de l’eau l’a sensibilisée à ce traumatisme et lui a inspiré la série The Big Sea, une étude sensible consacrée à jeunes migrants qui surmontent leurs peurs grâce à des cours de natation dans une piscine de Wolfsburg.

Toujours en Allemagne, dans un documentaire de Nele Dehnenkamp intitulé Seepferdchen / Seahorse (2020), Hanan accompagne son frère à son cours de natation. Le professeur explique que la première médaille que reçoit un nageur débutant est appelée “Seahorse” car l’hippocampe ne peut pas se noyer. Quand Hanan a rejoint l’Europe en canot, elle ne savait pas nager. Pour surmonter ce traumatisme, elle a appris à nager, c’est maintenant au tour de son petit frère. Vous pouvez voir ci-dessous la bande-annonce et le film complet (en langue allemande) :


L’apprentissage de la natation joue aussi un rôle très important pour les jeunes filles du court-métrage The Swimming Lesson (2018), inspiré d’une histoire vraie. Des adolescentes réfugiées musulmanes en burkinis prennent une leçon de natation dans l’Idaho. L’initiative de ces cours de natation a commencé après la noyade d’un réfugié nouvellement arrivé, un garçon congolais, à l’été 2017 :

Car si l’élément aquatique a pu traumatiser les corps, il est possible de l’apprivoiser voire de s’y sentir bien, à force de bienveillance et de patience.

A cet égard, l’histoire de Yusra et Sara Mardini est emblématique : Yusra Mardini est née le à Damas. En 2015, avec sa sœur Sara, plus âgée de deux ans, elle fuit la guerre en Syrie, par Beyrouth et Istanbul avant d’embarquer pour l’île de Lesbos. Suite à une panne nocturne sur le bateau, les deux sœurs ainsi qu’une troisième femme – les seules personnes à bord sachant nager sur les vingt passagers – se mettent à l’eau pour pousser et tirer l’embarcation durant trois heures jusqu’au rivage.  Yusra demande et obtient l’asile politique en Allemagne, ainsi que sa sœur, puis d’autres membres de sa famille. Elle s’entraîne au club de natation Wasserfreunde Spandau 04 en vue des jeux olympiques de Rio, où elle prévoit de s’inscrire en tant qu’athlète réfugiée. Yusra remporte sa série des 100 mètres papillon aux Jeux olympiques d’été de Rio de Janeiro en août 2016 mais son temps ne lui permet pas d’accéder aux demi-finales. Elle est par ailleurs nommée ambassadrice de bonne volonté par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés :

En 2019, Yusra Mardini publie un récit autobiographique qui relate son parcours, sous le titre Butterfly :

En 2022, la réalisatrice Sally El Hosaini a adapté pour la plateforme Netflix  l’histoire de Yusra Mardini dans un film intitulé The Swimmers (Les Nageuses) :

Tous droits réservés

En 2022 également, un reportage germano-britannique réalisé par Charly W. Feldmann, diffusé sur la chaîne télévisée Arte et intiulé Sara Mardini – Nager pour l’humanité rend hommage à la sœur aînée de Yousra et à son engagement en faveur des réfugiés au sein d’une ONG, ce qui lui vaudra un procès et une détention de plus d’une centaine de jours. Ce documentaire est visible gratuitement en ligne sur le site d’Arte jusqu’au 18/06/2024.

Nous espérons que cette collecte d’œuvres pourra être utile à des enseignants, des documentalistes et à toute personne souhaitant aborder le thème de la traversée maritime des réfugié.e.s. Une veille documentaire régulière permettra de mettre à jour ce billet afin de le compléter. Et n’hésitez pas, bien sûr, à me contacter si vous avez des suggestions d’ajout.

Anne-Sophie Gomez, mai 2021, article mis à jour en mai 2024



Citer ce billet
Anne-Sophie Gomez (2021, 28 mai). Traverser au péril de sa vie : le traumatisme aquatique des réfugiés. La piscine en textes, en sons, et en images. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://aquacult.hypotheses.org/10088

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.