Les piscines d’hôtels

Four Star Motel, cogdogblog, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/2.0>, via Wikimedia Commons

Posséder une piscine est généralement un atout pour un établissement hôtelier. C’est par conséquent un argument promotionnel privilégié par la communication touristique, notamment dans le cas des destinations ensoleillées, qui n’hésitent pas à mettre en valeur leurs bassins extérieurs, lesquels peuvent même être un facteur décisif dans le choix du lieu de séjour, comme le souligne Christopher Beanland dans l’introduction de son livre Lido (2020, p. 15) : “[…] a pool is a status symbol for an individual, a property developer, a hotel or a municipality”.

A tourism brochure for Havana by Intercontinental Hotels Corporation reads “Havana, Famed for Fiesta and the Hotel Nacional de Cuba, Cabana Club and Casino” from 1954 in Cuba. (Illustration by Jim Heimann Collection/Getty Images)
A luggage label for Mena House Hotel in Cairo by Velentzas Bros from 1954 in Egypt. (Illustration by Jim Heimann Collection/Getty Images)
1972 – Las Vegas News Agency, Las Vegas, Public domain, via Wikimedia Commons

Si les piscines sont  souvent situées dans des établissements luxueux, voire prestigieux, comme dans la cas du célèbre hôtel Gellert à Budapest, on trouve aussi un grand nombre de motels de standing varié offrant une halte rafraîchissante à leurs clients de passage fatigués par un long trajet en voiture. Ces différents établissements ont été fixés aussi bien sur pellicule que sur toile  :

Swimming pool in the Gellert Hotel in Budapest. Photography. Hungary. Around 2000. (Photo by Imagno/Getty Images)
Candy Cane Motel. (Photo by Found Image Holdings/Getty Images)
Sunbathers sit on deckchairs while children frolic in the kiddie pool at the Arca Manor motel, Arca, New York, 1960s. (Photo by Aladdin Color Inc/Getty Images)
Guests relax around the swimming pool at the Mt. Royal Motel, Old Orchard Beach, Maine, 1960s. (Photo by Aladdin Color Inc/Getty Images)
Night-swimming in Motel Pool : brother and two sisters in a motel swimming pool late at night, all wearing bathing suits, one of the sisters standing at the end of a diving board and preparing to execute a backflip into the pool while the others look on, neon Motel sign visible in the background, 1965. (Photo by Smith Collection/Gado/Getty Images).



Prisées des photographes, les piscines d’hôtels sont des lieux de prédilection pour capturer des stars en vacances ou en tournée.

circa 1940: American actor Rita Hayworth (1918 – 1987) poses on a bicycle in a swimsuit by the side of a swimming pool at the Beverly Hills Hotel, California. (Photo by Hulton Archive/Getty Images)
Bassist Dee Dee Ramone and singer Joey Ramone of the punk band “The Ramones” lounge poolside as Joey drinks a can of Michelob beer at a hotel in circa 1977 in Los Angeles, California. (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)
Football, Brazilian legend Pele, one of the stars of the victorious Brazil team of the 1970 World Cup Finals in Mexico, relaxes by the swimming pool in his hotel whilst playing the guitar (Photo by Popperfoto via Getty Images/Getty Images)

Quand l’hôtel est situé en milieu urbain, où la densité immobilière réduit considérablement la surface disponible au sol, les piscines sont construites sur le toit. Si elles représentant un défi pour les architectes, elles offrent aux nageurs une vue panoramique et souvent vertigineuse sur la ville qui se déploie en contrebas.

Standard Hotel Roof Top Swimming Pool, Los Angeles, Prayitno, USA, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/2.0>, via Wikimedia Commons
Aerial of the roof top pool Marina Bay Sands Hotel (Singapour), dronepicr, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/2.0>, via Wikimedia Commons
Roof pool in Andel’s Hotel, Łódź, Zorro2212, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons
The commercial center “Arenas de Barcelona” at Plaza Espanya. View from the accessible roof to a hotel with swimming-pool, Mummelgrummel, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons

Sur le littoral, le bleu des piscines (à débordement) se prolonge dans celui des flots situés à proximité. L’espace délimité du bassin permet aux nageurs de bénéficier d’une eau moins froide que celle de l’océan et de ne pas s’exposer aux dangers des courants.

An eternity pool with a sea view in the Club Dauphin of the Grand Hotel in St-Jean-Cap-Ferrat, on the French Riviera, circa 1960. (Photo by Archive Photos/Getty Images)
Infinity pool of Club Med La Plantation D’Albion on December 10, 2016 in Albion, Mauritius. (Photo by EyesWideOpen/Getty Images)

Dans le cas de la célèbre piscine parisienne Molitor, l’actuel complexe hôtelier qui l’entoure a été construit bien après les bassins initiaux, conçus par l’architecte Lucien Pollet et inauguré en 1929 sous le nom de « Piscine Molitor Grands Établissements Balnéaires d’Auteuil ». Cette piscine fut construite pour compléter l’immense centre sportif qui se mettait en place dans le 16ème arrondissement de la capitale avec le Parc des Princes, le Stade Jean Bouin et celui de Roland Garros. Suite à divers problèmes techniques qui s’accumulaient depuis les années 1970, c’est en 1989 que la direction remit les clefs de la piscine Molitor à la Mairie de Paris, laquelle décidera de fermer les portes de l’établissement pour une durée indéterminée. Le lieu est alors investi par des artistes, notamment des graffeurs, et devient également une scène pour des spectacles, des soirées et des défilés de mode organisés avec le concours de la Compagnie des Maîtres-Nageurs. Mais en 2007, la Mairie de Paris lance un appel à candidatures pour la rénovation et l’exploitation du bâtiment abandonné. C’est la société Colony Capital en association avec Bouygues Construction et Accorhotels, qui remportera l’appel d’offres pour la réhabilitation de Molitor avec un projet fidèle à l’architecture du bâtiment et respectueux de son histoire :

« Les travaux débutent en 2011, l’ensemble de la piscine est détruite car la structure et les bétons n’étaient plus assez résistants pour durer plus longtemps. Seule la rotonde, l’entrée du 2, Avenue de la Porte de Molitor, a pu être épargnée. La reproduction des piscines de Molitor se voudra fidèle, de nombreux nageurs de l’époque reconnaissent les formes des balustrades, les mosaïques et les couleurs. Molitor rouvre ses portes le 19 mai 2014. La Mairie de Paris concède l’exploitation du bâtiment par le groupe AccorHotels et la société Colony Capital pour une durée de 54 ans. Molitor n’est plus seulement qu’une piscine. C’est un hôtel de 124 chambres et suites pensées par l’architecte Jean-Philippe Nuel, à l’origine également de la redécoration de l’Hôtel Dieu à Marseille, de l’hôtel Mélia à La Défense et des Cures Marines à Trouville. Toutes les chambres entourent le bassin d’été avec l’impression d’être à Molitor comme sur un paquebot. » [source : https://www.mltr.fr/fr/]

Summer pool at the Molitor in Paris, BikerNormand from Morsan, Eure, France, CC BY-SA 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0>, via Wikimedia Commons

A Miami, une piscine en forme de chat a été construite en 1955 pour l’hôtel Fontainebleau. Depuis, elle a été détruite et remplacée par un bassin de forme classique (photographie de Slim Aarons, 1955).

Certaines piscines d’hôtel apparaissent mystérieuses, comme celle du the Swan Lake Resort and Hotel vue par Jeff Hutchens pour Getty Images :

SWAN LAKE, NY – OCTOBER 9: A view of the Swan Lake Resort and Hotel in the heart of the Catskills on October 9, 2005 in Swan Lake, New York. (Photos by Jeff Hutchens/Getty Images)

D’autres sont à l’abandon, dans le Sinaï par exemple, sous l’œil du duo de photographes allemandes Haubitz+Zoche :


Le documentaire expérimental Drexciya, du réalisateur ghanéen Akosua Adoma Owusu (201O, 11′) se déroule dans la piscine, elle aussi abandonnée, d’un ancien complexe hôtelier. À une époque, le Riviera Beach Club était un complexe haut de gamme, composé de tours de luxe et d’hôtels cinq étoiles. Depuis les années 1970, il est à l’abandon. Ce court documentaire a été inspiré par les mythes afro-futuristes propagés par le groupe de musique underground Drexciya, basé à Détroit. Ces musiciens suggèrent que Drexciya est un continent mythique sous-marin peuplé par les enfants à naître des femmes africaines jetées par-dessus bord pendant la traite transatlantique des esclaves. Ces enfants se sont adaptés et ont évolué pour respirer sous l’eau :

Certes synonyme de séjour éphémère, l’hôtel – et sa piscine – n’en est pas moins un lieu propice aux rencontres, comme dans le court-métrage de Jeanne Sigwalt L’Eau dans les yeux (2017, 16’44).  Alors qu’Eliott s’attend à passer des vacances ennuyeuses avec sa famille, il tombe amoureux pour la première fois. Assis au bord du bassin, il  aperçoit en effet une jeune fille qui nage et dont il ne parvient aussitôt plus à détacher ses yeux ni ses pensées :

Dans le court-métrage d’animation Pool Hazard, de Yden Park (2017, 3′), la piscine du motel est le théâtre d’une déclaration d’amour nocturne qui tombe à un moment embarrassant…

Bryan M. Ferguson, réalisateur américain, imagine dans son court-métrage Caustic Gulp (2015), une sorte d’addiction fanatique au chlore : quelque part en Floride, un produit chimique réagit avec le chlore de la piscine d’un hôtel. Lorsqu’elle découvre cela, une jeune résidente commence à recruter des adeptes pour son culte chloré.

En 2011, Christopher Radcliff et Lauren Wolkstein réalisent un court-métrage intitulé The Strange Ones (15′). Un homme et un jeune adolescent marchent le long d’une route de campagne. Alors qu’ils s’invitent dans la piscine d’un motel isolé, ils sont surpris par la jeune réceptionniste. Ils prétendent être de simples voyageurs égarés. Mais quel est véritablement le lien entre eux ? La piscine forme ici une parenthèse dans un road trip visiblement éprouvant, dont la motivation et le contexte restent opaques.

Dans son roman Un dimanche à la piscine à Kigali (2003), l’écrivain canadien Gil Courtemanche dépeint le déni et l’aveuglement des Occidentaux réunis chaque semaine autour de la piscine d’un hôtel de Kigali, insouciants et imperméables à la violence qui monte dans le pays et aux prémices du génocide que constituent les exactions des milices dans les villages.

Tous droits réservés

Ce roman a été adapté au cinéma en 2006 par Robert Favreau sous le titre Un dimanche à Kigali.

Dans son essai Nages libres (2022, chapitre 5, p. 41-49), le journaliste Lucas Menget évoque la piscine d’un hôtel de Bagdad, aujourd’hui détruit et dans laquelle il effectua, entre 2003 et 2009, des longueurs afin de se rafraîchir et de chasser les angoisses qui sont le quotidien des reporters de guerre.

La piscine du Pacific Palace, dans l’album de bande dessinée éponyme de Christian Durieux, paru en 2021 aux éditions Dupuis, constitue une autre parenthèse face aux tensions géopolitiques. Spirou retrouve au bord du bassin art déco Elena, la fille du dictateur déchu du “Karajan”, dont il est tombé, au premier regard, éperdument amoureux.

Pacific Palace, de la série de BD Le Spirou de Christian Durieux, de Durieux - - Éditions Dupuis
Editions Dupuis (2021). Tous droits réservés

Comme Spirou, d’autres personnages profitent d’une piscine d’hôtel car ils y sont non pas clients mais employés, et peuvent donc la fréquenter de manière régulière. C’est le cas dans le film Hotel de la réalisatrice autrichienne Jessica Hausner (2004). Dans ce thriller psychologique, Irene débute comme réceptionniste d’un grand hôtel avec piscine situé dans les Alpes autrichiennes. Lorsqu’elle apprend que celle qui la précédait à ce poste a disparu dans d’étranges circonstances, elle commence à enquêter.

C’est aussi le cas de la jeune héroïne du long-métrage italien Cloro (2015) : Jenny a dix-sept ans et rêve de devenir championne de natation synchronisée. Sa vie d’adolescente à Ostie, sur le littoral romain, est bouleversée par un événement tragique qui l’oblige à déménager dans un village de montagne, avec son père malade et son petit frère de neuf ans. Tous trois s’installent dans une vieille maison proche d’un hôtel où Jenny va commencer à travailler comme serveuse. La piscine de l’hôtel deviendra le lieu secret de ses entraînements.

Ou encore de la jeune Amalia dans le film de Lucrecia Martel, La Niña Santa (2003): un hôtel thermal vieillot dans une ville d’Argentine. Amalia, 16 ans, y vit en compagnie de sa mère divorcée, Helena, qui dirige l’établissement. Elle y déambule à sa guise, de la buanderie à la piscine. Lorsque l’hôtel accueille un congrès médical, Helena remarque l’un des participants, le docteur Jano. Elle ignore que celui-ci, spécialiste reconnu dans son domaine et bon père de famille, s’est livré à des attouchements sur Amalia lors d’un attroupement de rue.

(c) Pyramide distribution http://distrib.pyramidefilms.com/pyramide-distribution-catalogue/la-nina-santa.html

La piscine d’hôtel peut aussi être un lieu empreint de souvenirs familiaux. C’est le cas dans la nouvelle Der Schwarze Pool (La piscine noire) de l’écrivain allemand John von Düffel (Wassererzählungen , 2014) : un père se souvient du jour où son enfant de cinq ans a appris à nager dans la  piscine aux carreaux noirs d’un hôtel. Mais le temps a passé et l’enfant a grandi, parvenant désormais à rester plus longtemps sous l’eau en apnée que son père…

Mais si la piscine offre souvent un refuge, un temps de pause dans la routine voire la rudesse du quotidien, certains épisodes historiques montrent hélas qu’une piscine d’hôtel peut aussi être un lieu d’agression raciste. C’est ce qui s’est produit le 18 juin 1964 : des activistes Noirs et Blancs sautent dans la piscine réservée aux Blancs du Monson Motor Lodge de St Augustine, en Floride. Pour tenter de les faire sortir, James Brock, le propriétaire de l’hôtel, verse de l’acide dans la piscine. St. Augustine avait été choisie comme symbole de la ségrégation raciale parce qu’elle était à la fois très raciste et très dépendante du tourisme nordique. De plus, la ville devait célébrer son 400ème anniversaire l’année suivante, ce qui allait donner encore plus de visibilité à la campagne.

Black and white demonstrators stage a “jump-in” at the Monson Motor Lodge pool, open only to whites, as the angry motel manager James Brock dumps the contents of two containers marked “muriatic acid” into the pool, which hastened their departure on June 18, 1964 in St. Augustine, Florida. (Photo by Rolls Press/Popperfoto via Getty Images/Getty Images)
James Brock pours muriatic acid into hs pool at the Monson Motor Lodge, June 1964, Unknown photojournalist, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons

Bibliographie  / Sitographie :

A propos du roman Un dimanche à la piscine à Kigali : https://www.erudit.org/fr/revues/qf/2003-n130-qf1188762/55731ac.pdf

Mark Havens, Jamer Hunt, Joseph Giovannini, Out of season : the vanishing architecture of the Wildwoods, Londres, Booth-Clibborn Editions, 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.