Le corps des femmes à la piscine

animation swimming GIF
Animation Swimming GIF by Leah Dubuc

Le moment passé à piscine, ce lieu clos où convergent les regards – qu’ils soient curieux, voyeurs ou simplement distraits – peut être synonyme d’épreuve pour des corps en pleine mutation, comme celui des adolescent.e.s, ou pour des corps qui échappent à la “norme sociale” en raison d’un handicap, de leur poids ou de leur pilosité. La gravure “Bains des Dames” d’Honoré Daumier, tirée de sa série Les Baigneurs (1839) s’amusait du voyeurisme opportuniste de l’homme qui observe une femme grâce à un interstice dans la palissade, mais le commentaire prêté à l’homme, déçu que le corps qu’il aperçoit ne soit pas conforme à ses souvenirs, est d’une violence glaçante : “Excusez, regard’donc la grosse Fifine qu’on aurait juré que c’était une Vénus… ah ben en vla un déchet !”

Daumier, Honoré Victorin (1808 – 1879) – Les Baigneurs, No. 11, 1839, lithographie sur papier

Sous couvert d’humour, le dessinateur Edward Steed propose dans un de ses cartoons une scène en trois temps qui fonctionne sur le même ressort, celui des attentes masculines déçues face à un corps qu’on s’était imaginé autrement :

C’est précisément cette attitude consumériste et ce regard qui morcèle que dénonce la dessinatrice Emma dans un billet de blog de 2016 intitulé “Le regard masculin”. La scène ne se passe certes pas à la piscine mais à la plage, toutefois la réaction masculine est identique à celle dans le dessin d’Edward Steed, le dégoût et un désintérêt immédiat pour celle qu’il n’avait précédemment eu aucun scrupule à observer :

La piscine, pensée depuis la fin de l’impératif hygiéniste pour être une parenthèse récréative et de bien-être, est paradoxalement devenue un lieu synonyme d’angoisse voire de souffrance, notamment pour les femmes, victimes d’injonctions corporelles réitérées au fil des années et des saisons, entre autres de la part de la presse féminine.

Dans un court-métrage d’animation intitulé Le 31ème saut (2013), Marine Laclotte montre combien la crainte du regard des autres et le manque de confiance en soi peuvent conduire à une aggravation des difficultés rencontrées. Dans ce film, une dame encombrée par son corps veut plonger avec autant de grâce que les autres femmes du bassin, mais elle ne cesse de boire la tasse et de grossir à cause de l’eau ingérée :

C’est cette même pression sociale qu’illustre et dénonce, avec une certaine causticité, le collectif La Douche, composé de Sophie Imbeaux, Aude Gignac et Camille de La Poëze, dans le sketch de 2017 intitulé “Le Bout de Graal”. Au bord d’une piscine, deux jeunes femmes discutent, évoquant leurs complexes. Cette pastille questionne par l’absurde le choix des modèles auxquels les femmes se trouvent poussées à s’identifier :

La piscine a d’ailleurs été le théâtre de nombreux défilés et concours de maillots de bain féminins, comme le montrent ces archives tirées du fonds numérisé Gallica :

[concours de maillots de bains, fête nautique des artistes à la piscine des Tourelles, 24/6/29] : [photographie de presse] / [Agence Rol]
Nicole de Rouves [concours de maillots de bains, fête nautique des artistes à la piscine des Tourelles, 24/6/29] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Dans les archives de l’INA, on peut aussi trouver un reportage télévisé tourné en 1946 à la piscine Molitor à l’occasion d’un concours de maillots de bain en plein air. Dans le descriptif de cette vidéo, on peut lire : “Les éléments masculins du public et du jury semblent intéressés tout autant par l’anatomie des jolies filles qui défilent que par les modèles qu’elles portent.”

À cela s’ajoute l’image des corps féminins véhiculée par le cinéma de l’âge d’or des pin-ups d’Hollywood, soumis au male gaze, ce regard masculin objectifiant théorisé par la critique de cinéma Laura Mulvey dans son essai Visual Pleasure and Narrative Cinema (1975) et auquel n’ont pas échappé Marylin Monroe, Esther Williams, Rita Hayworth ou Janet Leigh, pour n’en citer que quelques-unes :
Portrait of Marilyn Monroe wearing a bathing suit posing by a lifeguard tower. Photo filed July 1, 1952, via Getty Images
Actress Esther Williams Posing in Swimsuit, Via Getty Images
circa 1940: American actor Rita Hayworth (1918 – 1987) poses on a bicycle in a swimsuit by the side of a swimming pool at the Beverly Hills Hotel, California. (Photo by Hulton Archive/Getty Images)
Portrait of American actress Janet Leigh (1927 – 2004) as she leans against a patio chair and wears a purple bathing suit next to a large swimming pool, 1950s. (Photo by Pictorial Parade/Getty Images)

Ce même regard porté sur les corps de Romy Schneider et Jane Birkin dans le célèbre film La Piscine, de Jacques Deray, sorti en 1969, même si la caméra s’attarde aussi sur le corps athlétique d’Alain Delon :

A scene from Jacques DERAY’s film THE SWIMMING POOL, starring Romy SCHNEIDER and Alain DELON. The young Austrian actress is here on the edge of the swimming pool. Romy SCHNEIDER and Alain DELON were playing a couple on holidays in a villa on the French Riviera. The contact with another couple they knew will provoke jealousy, disdain and will end up in drama. (Photo by Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images)

La publicité est un autre domaine qui a largement exploité l’exposition et la sexualisation des corps féminins immergés ou placés au bord de l’eau.  Souvent sous couvert de sublimation, dans le cas de l’industrie du luxe, celle notamment des parfums, mais toujours dans une perspective déréalisante, avec les conséquences délétères que cela ne manque pas d’avoir sur la perception voire l’auto-perception de corps non retouchés dans des contextes et des décors plus “ordinaires”.

Débutons avec le spot pour le parfum “Joy” de la marque Dior (2018), dans lequel une femme, incarnée par l’actrice Jennifer Lawrence, plonge avec délice dans une piscine de rêve, en surplomb d’une ville. Elle apparaît légère, aérienne, presque éthérée dans sa robe blanche, touche l’eau avec grâce puis, lorsqu’elle remonte à la surface, elle a certes les cheveux mouillés mais son maquillage reste impeccable. Visiblement épanouie, elle se prélasse ensuite au soleil, avant de croquer dans un fruit, de nager avec une méduse (!), de goûter à un baiser subaquatique avec un bel inconnu et de flotter, éblouie, en contemplant le ciel nocturne étoilé… Le site Elle.fr a qualifié cette vidéo de “rafraîchissante” : “Exclu : la campagne rafraîchissante pour Joy de Dior avec Jennifer Lawrence. Jennifer Lawrence est le visage de la nouvelle fragrance Joy de Dior. Découvrez en exclusivité sur ELLE.fr la campagne de la maison française qui célèbre la liberté sur un fond aquatique et hypnotique.” L’article souligne que “Jennifer Lawrence s’accomplit dans des rôles de femme indépendante au cinéma”, tout en concluant sur le physique de l’actrice, clairement perçu comme un atout charme et marketing : “[…] ce spot glamour où la belle blonde croque la vie à pleines dents.”

En 1979, le réalisateur Ridley Scott signait une vidéo pour le parfum N°5 de Chanel : dans un domaine avec un jardin splendide, une femme aux seins nus prend un bain de soleil au bord d’une piscine. De l’autre côté, un homme athlétique plonge et nage vers elle. Ou n’est-il qu’un fantasme ? L’intericonicité  avec le film de Jacques Deray est ici évidente, de même que la sexualisation du corps féminin, filmé certes de dos mais avec la tête renversée et les lèvres entrouvertes, sans parler des jambes luisantes et écartées, comme une offrande au nageur providentiel. Dans un article publié en 2019 sur Slate.fr, Ursula Michel résume ainsi cette vidéo : “[…] qui dit piscine, dit corps dénudé (féminin évidemment). De quoi émoustiller le chaland sans avoir l’air d’y toucher.” Elle parle aussi d’un “érotisme latent, mêlant luxe et nudité”.

Le cinéaste Romain Gavras, d’une génération pourtant plus récente puisque né en 1981, a quant à lui recouru à l’imaginaire orientaliste du harem (nudité, chaleur, vapeur) dans sa vidéo pour l’eau de parfum “J’adore” de Dior, avec Charlize Theron, dont le décor et l’ambiance évoquent clairement des tableaux comme ceux de Jean-Léon Gérôme, les dorures et le lamé en plus  :

“Une piscine dans le harem”, vers 1876, Jean-Léon Gérôme, Public domain, via Wikimedia Commons
“Le Gynécée”, vers 1860, Jean-Léon Gérôme, Public domain, via Wikimedia Commons
La terrasse du sérail, 1898, Jean-Léon Gérôme, Public domain, via Wikimedia Commons

Signalons d’ailleurs que cette imagerie a été reprise et dévoyée à des fins de marketing pour des produits parfois bien éloignés de la culture à laquelle ils sont censé faire référence :

Belle of Nelson poster for their sour mash whiskey, 1883, Wells & Hope Co. (poster publisher), Public domain, via Wikimedia Commons

Voici, à titre d’écho clinquant et anachronique, le spot réalisé par Romain Gavras :

Le fait d’employer des stars de cinéma en lieu et place des mannequins, devenues plus anonymes depuis la fin de l’âge d’or des top-models qui marqua les années 1990, permet aussi de conférer aux vidéos publicitaires une aura qui se veut cinématographique, même sur de brèves durées. L’utilisation du corps féminin en milieu aquatique n’est toutefois pas un ressort publicitaire récent, comme en témoigne cette publicité de 1947 pour une gaine de la marque Scandale :

On peut aussi convoquer, comme exemple supplémentaire d’une vision sexualisée et sexiste des femmes, certaines vidéos musicales, dans le r’n’b surtout, comme si la proximité de l’eau et le fait de porter un bikini légitimait voire invitait aux gros plans appuyés sur certaines parties du corps féminin, qui se retrouve la plupart du temps tronqué. Le contexte festif semble vouloir suggérer un plaisir consentant et réciproque à être ainsi vues et filmées, mais la présence toujours centrale du chanteur rappelle qui mène ici la danse :

En août 2020, la chanteuse Cardi B a publié la vidéo du single WAP, (acronyme pour “Wet-Ass Pussy”) en duo avec sa compatriote Megan Thee Stallion. Si le mot d’ordre y est clairement l’hypersexualisation et l’animalisation des corps, que certains jugeront peut-être provocatrices voire outrancières, la démarche est assumée et consiste à déjouer les codes en vigueur dans le rap et le r’n’b, où les artistes masculins occupent, nous l’avons vu,  la place centrale, reléguant, dans une logique hétéronormée, les femmes à un rôle strictement ornemental. Dans le dernier tiers de la vidéo de WAP (à partir de 2’55 et jusqu’à 3’23), les huit danseuses ont les pieds dans l’eau d’une piscine peu profonde  où elles effectuent une chorégraphie suggestive, comme pour se réapproprier le pouvoir, fût-il sexuel, sur leur corps, qui apparaît d’ailleurs en entier dans ce passage et non pas morcelé comme chez Dorrough Music :

Ce que donnent à voir les vidéos que nous avons commentées plus, haut, ce sont des corps minces et jugés désirables, ceux que les responsables des campagnes publicitaires ou les producteurs de musique estiment comme le plus à même de susciter l’achat ou le partage sur les réseaux sociaux. Sans surprise, l’industrie du luxe tout comme l’industrie musicale misent sur une imagerie déréalisée, on n’y trouve pas de figure identificatoire pour les corps différents, la perspective adoptée par les réalisateurs est exclusivement validiste, et plutôt peu ouverte à la diversité ethnique, pour le luxe en tout cas. Mais malgré la prédominance de ces représentations stéréotypées et calibrées, des femmes estiment qu’il est important d’assumer leur corps et le font savoir, que ce soit à travers des films d’animation, des biographies ou des documentaires.

Dans le récent court-métrage Pool Rule, de Alva Winbladh, une femme oublie d’emporter le haut de son maillot de bain mais décide de ne pas renoncer pour autant à ses longueurs de natation  à la piscine municipale. S’ensuit un tollé parmi les autres baigneurs, jusqu’à l’intervention complètement disproportionnée des forces de l’ordre. Mais la solidarité féminine s’érigera finalement en rempart contre la rigidité excessive du règlement de baignade :

En 2016, la dessinatrice Pénélope Bagieu a retracé, dans ses Culottées, l’histoire et le rôle de la nageuse australienne Annette Kellerman (1886-1975), qui revendiqua le droit des femmes à disposer de leurs corps en inventant le maillot de bain une pièce.

Annette Kellerman, Unknown authorUnknown author, Public domain, via Wikimedia Commons

Ce combat emblématique a d’ailleurs servi de pilote à la version animée adaptée des Culottées par Mai Nguyen et Charlotte Cambon pour France Télévision :

Une autre dessinatrice, Marion Auvin, a quant à elle mis en images, pour la collection « En sortant de l’école », le poème au titre programmatique de Jacques Prévert, “Je suis comme je suis” (Paroles, 1946), avec la voix de Josiane Carle (2014). On y voit un femme en maillot de bain jaune vif sauter dans l’eau, nager avec bonheur puis discuter sur le bord du bassin avec différents hommes.

Retrouver le plaisir de profiter de l’élément aquatique, c’est aussi ce qu’est parvenu à faire Gabrielle Deydier, co-réalisatrice et sujet du documentaire On achève bien les gros (2020), sur l’affiche duquel elle apparaît en maillot de bain à rayures. Plusieurs scènes de ce documentaire ont été tournées dans la piscine parisienne de la Butte aux Cailles, dans le XIIIe arrondissement, et la plénitude qui émane de ces moments aquatiques, par contraste avec des souvenirs d’adolescence ou des situations douloureuses, a inspiré plusieurs illustratrices, qui les ont fixés sur papier :

Tous droits réservés
Illustration de Poppy Dessine (2020) Tous droits réservés. Image reproduite avec l’aimable autorisation de l’artiste.
Illustration de Victoire Douy (2020) Tous droits réservés. Image reproduite avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Vous trouverez ci-dessous la bande-annonce et la version intégrale de ce documentaire (disponible jusqu’au 03.12.21 sur arte.fr) :

Ce plaisir d’être dans l’eau quelle que soit sa morphologie a aussi été célébré par l’artiste britannique Sarah-Jane Szikora dans ses tableaux Ladies Sessions, Gossip Pool (1998) ou After the Baths (2002) :

(c) Sarah-Jane Szikora, image reproduite avec l’aimable autorisation de l’artiste
(c) Sarah-Jane Szikora, image reproduite avec l’aimable autorisation de l’artiste
(c) Sarah-Jane Szikora, image reproduite avec l’aimable autorisation de l’artiste

Dans Swimming Lessons, un court-métrage de la réalisatrice philippine Didi Nyunyu (2020), une jeune fille poilue lutte contre la pression sociale qui la pousse à se présenter à ses cours de natation avec les jambes rasées :

Autre film d’animation engagé, In Shapes, réalisé par la Française Zoé Risser pour le studio Blue Zoo est un court-métrage  qui explore les complexes d’une jeune fille à la piscine. Créé en mode portrait spécifiquement pour être diffusé via un smartphone sur les réseaux sociaux, le but de ce film est de donner confiance  aux jeunes qui ne se sentent pas à l’aise par rapport à leur apparence, dans le sillage du mouvement body positive :

Dans son récent court-métrage Pool Party, Polina Buchak raconte l’histoire de Nika, une lycéenne introvertie. Marquée d’une importante cicatrice sur le ventre, elle préfère passer inaperçue, jusqu’à ce qu’une invitation à une soirée piscine la pousse à affronter toutes ses peurs, notamment celle d’enfiler un bikini.

Un court-métrage documentaire de Cecilia Golding et Nick Finegan intitulé The Swimming Club (2016) traite de la difficulté pour les personnes transgenre de trouver un lieu sûr  où nager loin des regards curieux ou intolérants : si l’on est trans et que l’on veut aller nager, quel vestiaire choisir ? Ce documentaire est consacré à un groupe d’activistes qui ont réussi à créer un club de natation sûr et rassurant. Les réalisateurs montrent les effets bénéfiques voire thérapeutiques d’une communauté et le soulagement qui s’empare des nageurs lorsqu’ils réussissent à effectuer le plus audacieux des plongeons : être tout simplement eux-mêmes et assumer leur corps. C’est aussi une ode à la joie universelle de la nage.

Car la piscine peut être un lieu d’agression, comme le raconte Marie Darrieussecq dans une nouvelle publiée à l’été 2020 dans la série “Féminines” pour le journal Le Monde (9-10 août 2020). Ce texte, intitulé Dans la piscine, évoque le souvenir de ce qui aurait dû être “une journée joyeuse” et qui vire au cauchemar pour une fillette de onze ans victime d’attouchements et de violence sous l’eau de la part d’une bande de garçons plus âgés. Incapable de se confier à son père sur ce qui vient de se passer, elle se sent responsable alors qu’elle est évidemment une victime : “J’aurais dû prévoir. J’aurais dû rester au bord dans ma serviette, savoir qu’on ne se baigne pas dans cette tenue. Leur geste est un avertissement, je me dis ça dans mes onze ans. Et on m’a touché les seins, les seins ! Je suis morte de honte. Je les ai attirés. Je les ai provoqués. Je comprends l’ordre du monde, je l’incorpore jusque sous ma peau.” Le début de cette nouvelle est à lire ici, son intégralité étant réservée aux abonné.e.s du site lemonde.fr. Le collage de Rozenn Le Gall, en illustration du texte, souligne combien le bassin clos peut se révéler un piège et un terrain de chasse privilégié pour de nombreux prédateurs carnassiers.

La représentation d’une autre agression, celle de Suzanne se baignant, est à voir dans de nombreux musées sous forme des gravures, peintures, sculptures… La postérité pléthorique de cette scène biblique illustre de manière exemplaire le male gaze. L’érotisation par les artistes masculins du corps de la malheureuse Suzanne témoigne d’un regard qui égale voire “surpasse” en veulerie celui des vieillards libidineux. Car il s’agit rien moins que de l’esthétisation d’une agression, tout comme dans le cas du viol de la jeune Danaé par Zeus, métamorphosé en pluie d’or. Bien entendu, le principal voyeur reste le spectateur du tableau, vers qui le corps féminin dénudé est toujours explicitement tourné.

Cornelis van Haarlem, 1590, Public domain, via Wikimedia Commons
Jacopo Tintoretto, vers 1575, Public domain, via Wikimedia Commons

Notons d’ailleurs que les vieillards n’aperçoivent pour leur part le plus souvent que le dos de Suzanne, contrairement au peintre au au spectateur :

Théodore Chassériau, 1839, Public domain, via Wikimedia Commons
A. Colinet (graveur) d’après Philip van Dijk, vers 1790, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons
Hendrik Goltzius, CC BY 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/4.0>, via Wikimedia Commons

Venons-en maintenant au corps des sportives, qui n’est hélas pas toujours scruté que pour ses performances, comme en témoigne cette vidéo, dont l’humour se veut décalé, sur la chaîne YouTube “Salut les Baigneurs”, même si la chaîne, dont le mot d’ordre est “Natation et dérision” et qui compte plus de 10 000 abonnés, a proposé ultérieurement un pendant masculin :

Le corps des femmes est aussi parfois un terrain de luttes géopolitiques, comme dans le cas des nageuses de l’ex-RDA, à l’image de Rica Reinisch (*1965) ou Kornelia Ender (*1958), à laquelle le journaliste Vincent Duluc a consacré un roman en 2018 (Éditions Stock), Kornelia Ender fut, en 1976, la première nageuse à remporter quatre titres olympiques lors d’une même édition des Jeux. Même si le nom de l’athlète n’apparaît pas dans les archives et ne sera jamais cité lors des enquêtes sur le dopage d’État instauré par le régime est-allemand, on sait en tout cas que son corps fut soumis à d’intenses séances d’entraînement et de musculation, non sans risques pour sa santé.

Kornelia Ender, 1973, Verhoeff, Bert / Anefo, CC BY-SA 3.0 NL <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/nl/deed.en>, via Wikimedia Commons
Kornelia Ender, 1972, Bundesarchiv, Bild 183-L1209-0021 / CC-BY-SA 3.0, CC BY-SA 3.0 DE <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/de/deed.en>, via Wikimedia Commons
Kornelia Ender of East Germany after the Women’s 100 metres Butterfly on 22nd July 1976 during the XXI Olympic Summer Games at the Olympic Pool, Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Tony Duffy/Getty Images)

Voici maintenant une vision plus optimiste, celle d’un corps handicapé qui suscite l’admiration : dans son roman destiné à un public adolescent et qui forme un pendant féminin à son livre pour adultes Murène,  Valentine Goby nous raconte l’histoire de Camille, née sans bras. Quand ils la voient nager comme un poisson, ses camarades n’en croient pas leurs yeux. Impressionnés, ils la surnomment l’anguille, nom qui donne son titre au roman (Thierry Magnier, 2020) :

Ebook: L'Anguille, Valentine Goby, Éditions Thierry Magnier, Thierry Magnier Romans Jeunesse, 2960174737301 - Leslibraires.fr
(c) Editions Thierry Magnier, 2020. Illustration de couverture par Jean Jullien

Quid maintenant de la représentation des corps féminins vieillissants à la piscine, ces corps habituellement invisibilisés (voir sur ce point les travaux de Mona Chollet), a fortiori quand ils sont, même partiellement, dénudés ? Certains documentaristes ont pourtant décidé d’aller à contre-courant des représentations majoritaires : c’est ainsi que Drea Cooper et Zackary Canepari ont réalisé, en 2011, le vivifiant court-métrage Aquadettes, le portrait d’un groupe de nageuses seniors vivant à Leisure World, une communauté de retraités installée dans le Comté d’Orange en Californie. Elles s’entraînent régulièrement et testent de nouvelles acrobaties aquatiques afin de rester en forme et en bonne santé, physique et mentale :

Sur un thème proche mais dans un autre état américain, Veena Rao a réalisé en 2015 The Honeys and Bears, un documentaire sur les membres des « Harlem Honeys and Bears », une équipe de natation synchronisée pour les seniors, qui décrivent dans ce film la sensation de liberté que leur procure l’eau. L’équipe, fondée en 1979, est composée de nageuses âgés de 55 à 100 ans, qui s’entraînent tous les jours :

Reste la question du corps féminin hybride ou mutant, considéré comme déviant et menaçant. Derrière ces corps certes principalement fictionnels se trouvent des souffrances psychiques ou métaphoriques bien réelles. Au-delà des sirènes, d’autres femmes poissons comme la petite Yu Xiaoduo dans le court-métrage chinois The Cetus (鲸鱼座) : la fillette, née avec un aileron sur le dos, est la victime des moqueries des habitants de son village. Puis le nouveau maître nageur l’intègre à son équipe, où se trouve enfin dans son élément. Jusqu’au jour où un groupe de scientifiques débarque pour étudier ce “phénomène”… Ce film est visible ici avec des sous-titres en anglais :

Pour conclure, espérons que malgré les difficultés persistantes et les stéréotypes véhiculés par la presse et la publicité, les choses ont toutefois évolué pour les femmes dans les piscines depuis l’évocation faite par Boris Vian des pratiques en vigueur au milieu du XXe siècle dans les piscines parisiennes. Les citations sont tirées de la nouvelle Un test, parue en 1949, dont je vous invite à lire, en version poche ou en ligne, l’intégralité et la chute, plus féministe que ne pourraient le laisser supposer les citations ci-dessous :

“À force de venir à la piscine Deligny, on finissait par tous se connaître ; les prénoms seulement, naturellement, mais on ne s’embarrassait pas de formules de politesse : entre hommes, on se flanquait dans le bouillon, d’homme à femme, une claque sur les fesses tenait lieu de cérémonie […]”

” — Dis donc, me dit Michel à ce moment-là, regarde ce châssis.

Je regarde le châssis. Ça, c’est la grosse distraction, à Deligny. Il y a des châssis méritoires. Quand c’est vraiment très bien, Michel change de sens et se fait cuire un peu le dos, parce qu’il est discret. Là, il restait quand même le ventre à l’air. C’était un joli châssis, mais rien de terrible.

— Pas mal baraquée, dit le petit Bison.”

” — Je vais peut-être me marier, dit-il. Mais d’abord, je la fais venir à la piscine.

— Alors, tu es fiancé ? je dis.

— Il faut toujours faire venir sa fiancée à la piscine avant de s’engager à fond, dit Christian. Il n’y a que là qu’on puisse se rendre compte de la façon dont elle est faite.”

Piscine Deligny : bain de soleil : [photographie de presse] /Agence Meurisse, 1934, via Gallica
Anne-Sophie Gomez, juillet 2021

Cet article est dédié à Aurélia.


2 réflexions sur « Le corps des femmes à la piscine »

  1. Les naturistes semblent proposer une alternative concrète à cette évaluation permanente des corps.
    Interroger les femmes et les hommes qui s’en réclament me paraît pertinent dans le cadre de votre analyse.

    1. Bonjour et merci beaucoup pour cette suggestion ! Je vais regarder comment cet angle a été traité par le cinéma, documentaire notamment. Il faudrait sans doute aussi parler d’aires géographiques où les corps nus de tout type sont plus facilement acceptés (les pays nordiques entre autres, avec la pratique du sauna).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.