Les piscines des bateaux de croisière

Leonardo da Vinci Cruise Ship Feb 1975. Onboard swimming pool, February 1975. Family photos of Infrogmation, via Wikimedia Commons

Dans un autre article, nous nous sommes intéressé aux piscines d’hôtels et de motels. Ce nouveau texte en constitue le prolongement et traite de piscines d’hôtels un peu particuliers puisqu’il s’agit d’établissements flottants : les bateaux de croisière.

En 2008, Alain A. Grenier, professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal, indiquait les tendances et les chiffres suivants : “Chaque année, environ 16 millions de personnes participent à l’une des 30 000 croisières (fluviales ou océaniques) offertes dans quelques 2000 destinations dans le monde. […] Quoique traditionnellement orientée vers le marché américain, l’industrie de la croisière se déploie de plus en plus en Europe, mais aussi en Amérique du Sud, en Asie et vers des marchés hyper spécialisés comme les régions polaires. […] Jadis mandatés pour les grandes traversées intercontinentales, les paquebots (longtemps les seuls moyens de franchir les océans) ont failli ne pas survivre à la commercialisation du transport aérien à la fin des années 1950. Réorientés pour se consacrer aux voyages de plaisir, les navires de croisière ont depuis conquis tous les océans et toutes les mers du monde, de la Méditerranée à la Caraïbe ; du pôle Nord aux côtes antarctiques. En fait, le secteur du tourisme de croisière enregistre la plus forte croissance de l’industrie touristique mondiale. […] ” Alain A. Grenier, « Le tourisme de croisière », Téoros [Online], 27-2 | 2008, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/teoros/135

Afin de permettre aux passagers des croisières un contact sans danger et récréatif avec l’eau, les exploitants de bateaux ont eu  l’idée d’intégrer des bassins sur leurs paquebots. À l’intérieur tout d’abord : la White Star Line a été la première compagnie à installer une piscine sur un navire,  l’Adriatic, lancé en 1906. Elle fit de même sur le Titanic et ses “jumeaux”, l’Olympic et le Britannic. Même si dans la cas du troisième navire, la construction ne fut jamais terminée : dans le contexte de la Première Guerre mondiale, le Britannic a été réquisitionné et transformé en navire-hôpital, puis coulé avant son entrée en service commercial. La piscine du Titanic était réservée aux passagers de première classe, à l’exception des enfants, qui n’avaient pas le droit de s’y baigner. L’utilisation de la piscine était payante. Il y avait toutefois une partie de la journée où les hommes pouvaient se baigner gratuitement, mais pas les femmes, pour qui la baignade était toujours payante. Elles n’étaient pas non plus autorisées à se baigner en même temps que les hommes.

Olympic & Titanic 1st Class Pool Drawing, vers 1911, White Star Line, Public domain, via Wikimedia Commons
Photo of the First Class swimming pool of RMS Olympic, sister ship of the ill-famous RMS Titanic, 1911, John Bernard Walker, Public domain, via Wikimedia Commons

Voici une modélisation vidéo en 3D de la piscine du Titanic :

Puis des piscines ont aussi été installées à l’extérieur, au fur et à mesure de  la massification du tourisme dans la deuxième moitié du XXe siècle. “Avec des infrastructures pouvant s’élever à une hauteur d’au-delà de vingt étages, le navire moderne dispose désormais des espaces nécessaires pour offrir à ses passagers la plus grande variété d’activités sportives et de loisirs, sans qu’ils aient à quitter le vaisseau. Aux traditionnelles salles de spectacles s’ajoutent les galeries d’art, suffisamment de boutiques pour former un centre commercial, des chapelles pour célébrer les mariages, des centres de la petite enfance, des discothèques pour adolescents, des bibliothèques et des cliniques de santé (avec programmes de régime minceur). Les activités sportives ne sont pas en reste : piscines (avec toit rétractable pour les jours de pluie), jeux de glissade, spas, terrains de frappe (golf), allées de quilles et patinoires. Chaque nouvelle génération de navires emprunte davantage au parc thématique, s’affirmant ainsi non seulement comme une destination en soi, mais comme une destination maritime mobile”. Alain A. Grenier, « Le tourisme de croisière », Téoros [Online], 27-2 | 2008, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/teoros/135

American Export Lines, New York. Illustration by Barry Barr., Public domain, via Wikimedia Commons
The Neptune’s Reef & Pool area on the Golden Princess with the Movies Under the Stars big screen, 2011, (c) Larry D. Moore, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons

Une vidéo tirée des archives de l’INA nous permet d’assister à une croisière à bord du paquebot Le France en 1965 (diffusion ORTF le 07/04/1965). Au programme : piscine, ping-pong, tir au pigeon et escales en Méditerrannée :

L’ancien paquebot transatlantique néerlandais SS Rotterdam (SS étant des intiales pour Steamship), mis à flots en 1959, est désormais reconverti en hôtel.  En 1997, il fut vendu à Premier Cruises Lines qui le renomma le Rembrandt. Il servit sous ce nom jusqu’en 2000, année où la compagnie fit faillite. À l’issue de son désamiantage et de sa restauration, il est devenu en , devenu, sous son appellation initiale, un musée et un hôtel flottant amarré dans le port intérieur de Maashaven, à Rotterdam. Je remercie ici Kitty B d’avoir attiré mon attention sur ce bateau !

SS Rotterdam © Raimond Spekking / CC BY-SA 4.0via Wikimedia Commons
A bord du SS Rotterdam, S.J. de Waard, CC BY 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/3.0>, via Wikimedia Commons

De nos jours, la dimension festive l’emporte la plupart du temps sur l’aspect sportif et on se baigne plus volontiers pour s’amuser que pour effectuer des longueurs. Les piscines des bateaux de croisière sont d’ailleurs généralement peu profondes. À celles-ci s’ajoutent des jacuzzis, synonymes de bien-être et de détente. “Bien que les styles décoratifs varient d’un navire à l’autre, selon que la croisière se veut jeune et dynamique ou plus réservée et classique, la structure même des navires tend à s’homogénéiser. Cherchant à reproduire l’intérieur des hôtels européens prestigieux, les architectes continuent de doter les navires de grands atriums. Les plus grands navires favorisent l’atrium horizontal au contraire des plus petits où il est développé en hauteur. Jeux de miroirs et d’éclairage en plus, le décor qui en résulte s’apparente à celui des centres commerciaux ou casinos nord-américains les plus imposants et cherche à créer une atmosphère de fête continue.” Alain A. Grenier, « Le tourisme de croisière » (op. cit.).

La réalisatrice suisse Corina Schwingruber Ilić est l’autrice d’un documentaire sorti en 2018, All Inclusive (10′), qui témoigne de la massification du tourisme de croisière : “Comment ne pas tomber sous le charme de ce paquebot géant : ici pas le temps de s’ennuyer, divertissement assuré 24h/24. Pas étonnant que ces forteresses flottantes rencontrent toujours plus de succès.” [source : http://www.film-documentaire.fr]. “Les fictions prenant pour cadre ce type de vacances tournent souvent autour de la comédie, et des ressorts drolatiques de la cohabitation humaine, déplacée hors de son quotidien. Corina Schwringruber Ilić observe, elle, avec un œil documentaire délibérément contemplatif, entre anthropologie et entomologie”. [source : https://www.lextracourt.com/catalogue/films/all-inclusive/]

Car comme le souligne Alain A. Grenier, “La croisière n’en est pas à une contradiction près. D’une part, le croisiériste, comme tous les autres touristes, recherche l’exclusivité (la distinction de Bourdieu, 1979) et l’authenticité. D’autre part, la massification – Adam Weaver (2005) parle de « McDonaldisation » – et la « fantaisisation » (ou disneyfication) des navires font en sorte que le croisiériste évolue à la fois dans un univers de voyage de plus en plus anonyme, mais aussi de plus en plus détaché de la réalité, comme s’il préférait l’inauthentique décor de voyage à l’authenticité du quotidien. […] Même s’ils n’entretiennent que peu ou le minimum de relations avec les autres vacanciers, les touristes (et c’est encore plus vrai chez ceux qui partagent un espace ludique clos) sont tout de même liés les uns aux autres par le sentiment de liberté retrouvée. Le navire, qu’il soit classique ou fantaisiste, devient ainsi un espace de libération. Malgré l’apparence fermée de ses infrastructures, le navire offre aux passagers l’accès aux surfaces océaniques, qui symbolisent la liberté (absence de restriction routière visuelle, notamment). […] Jadis réservée aux gens plus fortunés, et par conséquent plus âgés, la croisière aujourd’hui offre des produits adaptés à la plupart des clientèles. L’âge des croisiéristes est à la baisse, leur âge moyen se situant à 46 ans. La moyenne d’âge des croisiéristes qui en sont à leur première expérience est par ailleurs inférieure à 40 ans. Selon Cartwright et Baird (1999 : 17), les touristes de moins de 50 ans choisissent davantage la croisière pour le divertissement, pour marquer des événements spéciaux, de même que pour l’accès à des services de garde (pour les enfants).” Alain A. Grenier, « Le tourisme de croisière » (op. cit.).

Du côté de la fiction, on trouve une scène de piscine en croisière dans le troisième volet du film d’animation Hôtel Transylvania, “Des vacances monstrueuses” : Drac(ula) se sent désespérément seul depuis la mort de sa femme, il y a fort longtemps. Ses amis tentent de lui présenter des prétendantes, en vain. Sa fille chérie Mavis, le trouve fatigué et estime qu’il a droit à une pause bien méritée, d’autant qu’il n’est pas sorti de l’hôtel depuis sa construction. Tous les membres de la famille organisent alors une surprise pour Drac : partir en vacances à bord d’un luxueux bateau de croisière spécialement dédié aux monstres, au départ du Triangle des Bermudes. Mais le périple s’annonce plus mouvementé que prévu… Dans l’extrait ci-dessous, une partie de “Monster Ball” aquatique et familiale s’organise :

Dans la série Mr Beananimated (saison 4, épisode 3, 2015), le personnage éponyme tente sa chance pour remporter un ticket de croisière. Victorieux, il emporte avec lui son ourson en peluche et embarque pour le voyage de sa vie. Mais en voulant sauter dans la piscine pour amuser une fillette, il prendra tellement d’élan qu’il passera par dessus bord…

L’épisode 37 de la série canadienne parodique Têtes à claques s’intitule La Croisière gourmande : Carole et Ginette montent à bord du “Gargantua”, un fabuleux navire de croisière semi-comestible. Leur voyage sera perturbé par de jeunes pirates qui ont très faim… La piscine, dans laquelle on peut suivre des cours de zumba, est remplie de fromage.

En 1998, dans un épisode de la deuxième saison de la série américaine Love Boat: The Next Wave, suite de la célèbre Croisière s’amuse produite par Aaron Spelling,  un passager interprété par Ian Ziering utilise une machine génératrice de vagues pour montrer ses talents de nageur à une femme qu’il veut impressionner. Mais la machine s’emballe…

En 2011, Pascale Pouzadoux a réalisé une comédie  intitulée la croisière, dont voici le synopsis et la bande-annonce : la Méditerranée n’est pas forcément un long fleuve tranquille, c’est ce que quatre femmes vont découvrir en embarquant pour une croisière de rêve sur le Fantasia. Entre crises, fous rires, délires, remises en question, cours de tango et rencontres mystiques, cette grande traversée va leur révéler de nouveaux horizons, pleins de surprises, d’amour et surtout d’amitié.

La même année, Eric Lavaine a sorti Bienvenue à bord, une autre comédie ayant pour cadre un bateau de croisière. Isabelle (Valérie Lemercier), DRH de la compagnie Costa Croisières, a commis l’erreur de choisir pour amant son patron (Lionel Astier). Avant d’embarquer pour la croisière inaugurale du fleuron de la flotte, il décide de la débarquer de sa vie et de son travail. Pour se venger, Isabelle choisit Rémy (Frank Dubosc), chômeur flamboyant qui a tout raté sur terre et qui se dit qu’après tout, sur mer… Elle le recrute comme animateur. Il va se révéler être le pire cauchemar du PDG et du Directeur de Croisière (Gérard Darmon).

Le bateau de croisière est en effet un cadre apprécié des scénaristes, en raison du huis-clos qu’il permet au large, sans tout à fait éliminer l’ombre d’un potentiel naufrage. Son gigantisme permet aux personnages de s’éviter mais pas d’échapper totalement les uns aux autres. Ce qui est narrativement fort utile, qu’il s’agisse d’une comédie, d’un vaudeville ou d’un thriller. Car comme le rappellent Olivier Dehoorne et Nathalie Petit-Charles (2011, 8) :L’essor du tourisme de croisière repose sur une remarquable stratégie économique qui joue sur le « désir d’Ailleurs » (Saïd, 1980 ; Michel, 2000 ; Amirou, 2000), plus ou moins lointain, confortable, sécurisé, entre-soi, frôlant l’altérité sans y être exposé excessivement (Augé, 1992)… dans un univers festif.” Et dans cet univers, la piscine est un point le plus souvent central, vers lequel convergent les regards.

Anne-Sophie Gomez, juin 2021

Bibliographie :

Cudahy, Brian J. (2001), The Cruise Ship Phenomenon in North America, New York, Cornell Maritime Press.

Dehoorne, Olivier,  González Pérez, Jesús Manuel, Renaud, Lcc (dir.), “Le tourisme de croisière : défis et perspectives”, Études caribéennes, 47 | Décembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19598

Dehoorne, Olivier, Petit-Charles, Nathalie, « Tourisme de croisière et industrie de la croisière », in Études caribéennes [En ligne], 18 | avril 2011, publié le 15 avril 2011, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org

Dickinson, Bob et Andy Vladimir (1996 [2007]), Selling the Sea – An Inside Look at the Cruise Tourism Industry, Wiley & Sons, New York.

Fournier, Carine, « Le tourisme de croisière dans le monde », in Miossec, Alain, Géographie des mers et des océans, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 225-244.

         – « Le tourisme de croisières en Méditerranée », 2011, URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/tourisme/TourScient6.htm

Grenier, Alain A., « Le tourisme de croisière », Téoros [Online], 27-2 | 2008, Online since 01 October 2009. URL : http://journals.openedition.org/teoros/135

Ridolfi G., The new myth of Ulysses : cruising in the Mediterranean Sea, El renacer de los cruceros. La Mundializacion de los negocios turisticos y maritimos, Fundacion Portuaria, Madrid, pp. 137-154, 2000.

Weaver, Adam (2005), « The McDonaldization Thesis and Cruise Tourism », Annals of Tourism Research, vol. 23, no 2, p. 346-366.
DOI : 10.1016/j.annals.2004.07.005

Wilkinson, P. (1999), « Caribbean Cruise Tourism : Delusion? Illusion? », Tourism Geographies, vol. 1, p. 261-282.
DOI : 10.1080/14616689908721321

Wood, Robert E. (2000). « Caribbean Cruise Tourism. Globalization at Sea », Annals of Tourism Research, vol. 27, no 2, p. 345-370.

Yarnal, Careen M. et Deborah Kersterrer (2005), « Casting Off – An Exploratorion of Cruise Ship Space, Group Tour Behaviour, and Social Interaction », Journal of Travel Research, vol. 43, p. 368-379.



Citer ce billet
Anne-Sophie Gomez (2021, 24 juin). Les piscines des bateaux de croisière. La piscine en textes, en sons, et en images. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bayt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.