Le corps des hommes à la piscine

Summer pool GIF by Lobster Studio, via Giphy

Cet article poursuit la réflexion entamée en juillet 2021 à travers notre travail sur le corps des femmes à la piscine. Si les représentations dominantes dans l’art et la publicité montrent que l’on attend des femmes en maillot de bain qu’elles aient un corps désirable, c’est en revanche, pour les hommes, le critère athlétique qui prime : qu’il nage ou qu’il plonge, le corps masculin est le plus souvent représenté en mouvement et se doit d’être performant. Ce qui n’est pas sans générer une certaine pression sociale pour les corps “différents”, nous y reviendrons.

  • Le corps athlétique :

Dans la peinture comme dans la statuaire, les hommes ont été, à travers les époques, majoritairement représentés en mouvement. Les artistes saisissent le corps masculin en plein effort, galbé, les veines et les muscles saillants :

“The Tomb of the Diver”, Paestum, Italy. 480-470 BC, Heinz-Josef Lücking, CC BY-SA 3.0 DE <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/de/deed.en>, via Wikimedia Commons
Nageur, personnification du fleuve Oronte, IIe siècle avant JC, Musée du Louvre, Public domain, via Wikimedia Commons


Le Plongeur, Idel Ianchelevici, Liège -2
« Le Plongeur », Liège, Idel Ianchelevici, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons

… tandis que le corps féminin pose – ou se repose – immobile voire alangui et offert aux regards :

John Reinhard Weguelin, 1885, Public domain, via Wikimedia Commons
DOMINICAN REPUBLIC, PUERTO RICO – 1951 : Model is lying by a pool side and far behind her is hotel Caribe in Puerto Rico. She is wearing a grey swim suit of the same color of the tile of the edge of the pool. ( Photo by Tony Vaccaro / Getty Images)

Et quand la femme photographiée ou peinte se trouve sur un plongeoir, c’est rarement pour y effectuer un saut :

Marilyn Monroe poses on a diving board above a swimming pool, via Getty Images
Fashion Swimwear, pic: circa 1950’s, Woman wearing yellow swimsuit relaxing at the poolside (Photo by Paul Popper/Popperfoto via Getty Images/Getty Images)
British actress Kim Tracy wearing a bikini, while having a cup of tea on a diving board at Oasis Swimming Pools, London, UK, 20th September 1963. (Photo by R. McPhedran/Daily Express/Hulton Archive/Getty Images)

Mais revenons aux hommes : Johnny Weissmuller (1904-1984) fut incontestablement l’une des figures qui a contribué à lier piscine et sportivité spectaculaire du corps masculin.  Né János Péter Weissmüller dans l’empire austro-hongrois, émigré aux États-Unis alors qu’il est âgé de quelques mois seulement, le jeune Johnny, venu à la natation pour des raisons médicales, bat des records et devient, dans les années 1920, une star de la discipline, récoltant plusieurs médailles lors des Jeux Olympiques. Son physique athlétique lui vaudra des contrats publicitaires pour une marque de sous-vêtements avant d’incarner, sur grand écran, à partir de 1932, le mythique Tarzan :

1933 Goudey Sport Kings card of swimmer Johnny Weissmuller, Goudey, Public domain, via Wikimedia Commons
Johnny Weissmuller On A Rowing Maching In A Weight Room At The Molitor Pool In Paris, In May 1930. (Photo by Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images)
Stage and Screen, Sport, Personalities, pic: circa 1934, Actor Johnny Weissmuller in the film ” Tarzan And His Mate”, Johnny Weissmuller, (1904-1984) born in Romania, became a 5 time Olympic Swimming gold medal winner for the USA and found movie fame when he played in the “Tarzan” films, from 1932, Despite other actors filling the role, the tall and handsome Weissmuller was perhaps the most popular of all (Photo by Popperfoto via Getty Images/Getty Images)
  • L’injonction à la virilité

Au bord des bassins, il est ainsi bien vu, afin de légitimer sa présence en ces lieux, d’exhiber pectoraux, abdominaux, biceps et triceps, comme s’en amusait déjà le caricaturiste Honoré Daumier dans sa série des “Croquis d’été” en 1858 :

De nombreux spots publicitaires ont d’ailleurs joué sur l’alliance entre sports aquatiques et virilité – la piscine étant un bon moyen, grâce au maillot de bain, de mettre en avant des plastiques musculairement impressionnantes, ou du moins se voulant comme telles. De ce point de vue, même sous couvert de performance sportive, le corps masculin se trouve objectifié, tout comme l’était celui de la femme chez Ridley Scott pour le parfum Chanel.

En 1981, la marque française de slips Éminence proposait une vidéo  d’hommes effectuant au ralenti des saut et des vrilles dans la chaleur d’un été évoquant la Floride (les maillots sont griffés “Miami Beach”) :

En 1997, un spot pour la marque Peugeot mettait en scène un homme plongeant dans le bitume au beau milieu d’un paysage désertique puis  avalant les kilomètres en papillon, à la force de ses bras et de ses puissants muscles dorsaux. Le contraste entre la fournaise ambiante et la fraîcheur aquatique trouvée sur la route est censé mettre l’accent sur l’atout majeur du véhicule, sa climatisation. À moins que l’on n’y voie seulement un mirage dû à la trop forte chaleur…

Dans un spot pour le un modèle SUV de la marque Fiat (le Tipo CROSS,  également appelé le “SUV Economically Sexy !” [sic!]) un homme aux pectoraux encore palpitants de son récent effort aquatique et son rival motorisé se livrent une âpre concurrence pour attirer l’attention féminine…

Selon la marque de vodka Absout, ce breuvage, combiné à une longueur de bassin est le moyen simple et rapide d’atteindre “l’idéal” physique propre aux nageurs réguliers que l’on admire depuis le bord du bassin. Au-delà de l’incongruité du sous-entendu (s’affûter en consommant de l’alcool, car tel est bien le slogan de cette campagne : “In An Absolut World, Fitness Would be Easily Attained”), un tel spot est grossophobe, sans parler des idées qu’il risque de donner aux amateurs de défis aussi dangereux que stupides – mais vous me direz qu’à en croire certains intitulés aperçus sur YouTube (par exemple “Amazing Race – Drink Vodka and Then Swim”, visionné plusieurs millions de fois), ils ont hélas déjà été relevés…

Le lien entre la piscine et une virilité tendance machiste a parfois été poussé jusqu’à la caricature, comme avec le personnage de séducteur (sur)joué par l’acteur italien Aldo “la classe” Maccione, star des années 1980, dont la célèbre démarche faisait se pâmer les pin-ups disposées au bord de l’eau dans Tais-toi quand tu parles, de Philippe Clair, en 1981 :

Pouvoir d’attraction similaire pour le héros d’OSS 117, Rio ne répond plus, réalisé par Michel Hazanavicius en 2009, même si une fois en haut du plongeoir, le personnage incarné par Jean Dujardin perd de sa superbe. Le corps masculin est ici tourné en dérision : son assurance et son physique ne le prémunissent en effet nullement contre le vertige et la peur…


Tout aussi ridicule, le plongeur de la boucle d’animation de Latham Arnott, Pool Diver, fier de sa souplesse et de sa maîtrise technique, mais qui en perd… son maillot de bain :

  • Figures du maître-nageur

S’il y a un corps masculin qui, à la piscine, cristallise les regards, c’est assurément celui du maître-nageur, aisément reconnaissable grâce à sa tenue ou à ses attributs, la haute chaise ou le sifflet. En charge du respect des règles,  il est aussi celui qui veille sur la sécurité des usagers et des nageurs, dont il se doit de sauver la vie en les protégeant des noyades. Tout comme le sapeur-pompier, il se voit souvent mythifié et héroïsé, grâce notamment à ses qualités athlétiques et, dans les cas les plus graves, à ses capacités de réanimation. Cela explique que cette figure ait été fréquemment investie dans l’art. Potentielle source de crainte lorsqu’il fait régner l’ordre, il est aussi l’objet de fantasmes qui se jouent, souvent à son corps défendant, dans le huis-clos de la piscine.

Dans la (pop)culture nord-américaine notamment, le maître-nageur est une figure très présente, que ce soit dans les piscines ou sur les plages de la côte ouest. Nombreux sont les hommes qui ont exercé ce métier l’été dans leur jeunesse, à l’instar du futur président Ronald Reagan, immortalisé en maillot de bain en 1927 :

Ronald Reagan as a Lifeguard, Lowell Park, Dixon, Illinois. 1927, via Wikimedia Commons

Les dessinateurs de cartoons ont maintes fois représentés des torses de maître-nageurs hypertrophiés et prêts à tous les sacrifices, ce qui ouvrit la voie à des séries et des films tels que Baywatch/Alerte à Malibu :

Source de fantasmes, le corps du maître-nageur a aussi inspiré des court-métrages, comme le troublant CPR, de Kimberly Warner en 2012 : en regardant des maître-nageurs s’entraîner au sauvetage dans une piscine de quartier, une femme interroge son propre besoin d’être sauvée. Le sigle qui donne son titre au film signifie d’ailleurs “cardiopulmonary resuscitation” (réanimation cardiopulmonaire).

Dans le roman de Philippe Ridet Ce crime est à moi, paru en 2020, l’écrivain part sur les traces de sa jeunesse avec pour point de départ un fait divers survenu dans les années 1970, l’assassinat par une jeune étudiante sans histoire d’un maître-nageur avec lequel elle entretenait une liaison et qu’elle soupçonnait d’être volage  :

Éditions des Équateurs - Ce crime est à moi - Philippe Ridet
(c) Editions des Equateurs, 2020.

En 1949 déjà, Bourvil racontait en chanson le tragique destin d’une jeune fille victime d’un coup de foudre pour un maître-nageur au physique avantageux : “Il était beau, le maître-nageur / Quand elle le vit, tout de suite son cœur / Fit un grand bond dans sa poitrine / Elle était éprise, la gamine […]”

Dans un spot publicitaire pour la marque de déodorant Axe, le maître-nageur, bien que pourvu de tous les attributs requis, et n’hésitant pas à terrasser un requin à mains nues pour sauver une belle nageuse en détresse, se heurte toutefois à un rival inattendu, dont les atouts physiques sont pourtant moins visibles. À regarder jusqu’à la fin, donc :

  • Le cas du pool boy

Penchons-nous à présent sur une autre figure au fort potentiel de fantasme, le pool boy, parfois appelé “Pool Guy” : il s’agit de l’homme chargé de l’entretien d’une piscine privée. Généralement jeune, socialement inférieur, les représentations artistiques et publicitaires en font souvent une cible privilégiée par les cougars, des femmes plus âgées et fortunées auxquelles est attachée une réputation de prédatrices :

C’est sur ce cliché que joue un spot de 2017 pour la marque Coca-Cola. Une mère de famille se retrouve en rivalité avec ses enfants pour l’attention du jeune employé déshydraté par le nettoyage du bassin :

Le cliché devient caricature dans un spot pour des plats préparés (avec un slogan que je vous laisse savourer – ou pas : “Food you want to fork”) :

Le pool boy est d’ailleurs souvent celui que l’on aime partager, en pensée ou réellement, comme dans le court-métrage portugais O Inferno de Carlos Conceição (2011, visible ici en VOD) : Rafael, un garçon qui entretient la piscine d’une riche maison contemporaine, se lie avec deux séduisantes employées de la même maison, la femme de ménage et la baby-sitter, avec lesquelles il profite, les après-midis, des plaisirs de la chair. Mais le paradis de Rafael va bientôt se muer en enfer…

O Inferno (S) (2011) - Filmaffinity

L’artiste britannique Caroline Walker a réalisé plusieurs tableaux sur le thème des piscines californiennes et de leurs riches propriétaires aux existences de desperate housewives, dans lesquelles le pool boy est une présence familière appréciée. Dans le tableau ci-dessous, on ne peut s’empêcher de voir une certaine ironie dans le geste de l’homme à l’épuisette : traque-t-il des feuilles mortes ou voudrait-il pêcher un plus gros poisson ? Le titre de cette toile de 2017, Fishing, nous donne la réponse de l’artiste.

La figure du pool boy et son exploitation érotique voire pornographique, qu’elle soit d’ailleurs d’orientation hétérosexuelle ou queer, a inspiré en 2013 au chorégraphe danois Jonas Øren une pièce dans laquelle il danse lui-même, sur une musique d’Eline Thorp. Le spectateur ressent ici le malaise du corps las (fatigue, froid, fin de saison), à l’opposé de l’imagerie exaltée par la publicité et les photographies d’un David LaChapelle ou d’un Arnaldo Anaya-Lucca :

  • Le corps masculin et son espace

Des études, notamment celles d’Édith Maruéjouls, géographe du genre, ont montré que les garçons occupent souvent, dans les cours de récréation, l’espace central, entre autres par des jeux de ballons qui requièrent de la place, reléguant leurs camarades féminines aux bordures et aux marges. Qu’en est-il du manspreading dans l’espace du bassin ? Dans son livre de dessins humoristiques, Nager aide à vivre (et rend intelligent) (Hélium / Actes sud, 2019).  Cathy Karsenty représente en tout cas au masculin les nageurs les plus “démonstratifs” :


Le court-métrage allemand Manolo de Robert Bohrer (2009) montre bien comment les garçons s’approprient l’espace et l’attention par leurs bombes et autres plongeons retentissants, que les filles regardent depuis le bord du bassin (captures d’écran – tous droits réservés à Little Kong Films) :

Tous droits réservés

  • Le corps masculin érotisé

D’autres artistes ont proposé des représentations guidées par un regard homoérotique qui dénude intégralement les corps masculins, par exemple, sous couvert de pratique sportive collective, chez le peintre  et photographe suédois Eugène Jansson (1862-1915). Nous renvoyons sur ce point au travail de Lill-Ann Körber : Badende Männer. Der nackte männliche Körper in der skandinavischen Malerei und Fotografie des frühen 20. Jahrhunderts, 2013) :

Flottans badhus, 1907, Eugène Jansson, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons
Badtavla (Bath scene), 1908, Eugène Jansson, Public domain, via Wikimedia Commons
Photographie d’Eugène Jansson, Boxeurs nus dans l’établissement de bains, vers 1905 (Flottans Badhus, Stockholm), vers 1905, Public domain, via Wikimedia Commons

Même s’il ne s’agit pas d’une piscine au sens strict du terme, on pense aussi au célèbre tableau The Swimming Hole du peintre américain Thomas Eakins (1844-1916) :

Thomas Eakins, “The swimming hole”, 1885, Public domain, via Wikimedia Commons

David Hockney constitue une autre référence incontournable en la matière, lui qui a représenté de nombreux baigneurs, amants ou amis, au bord de piscines californiennes :


Ici, la désirabilité des corps semble l’emporter sur l’impératif de performance observé au début de cet article et encore chez Eugène Jansson.

Mais il arrive, au cinéma notamment, qu’attirance physique et enjeu sportif se conjuguent. C’est par exemple le cas dans un long-métrage polonais de 2013, Ligne d’eau (titre original : Płynące wieżowce). Réalisé par Tomasz Wasilewski, ce film raconte l’histoire de Kuba, jeune homme sportif et qui semble promis à un brillant avenir. Il s’entraîne avec détermination pour devenir champion de natation. Mais entre les compétitions, sa petite amie et sa mère chez qui il vit toujours, il se sent prisonnier. Un soir il rencontre Michal, un garçon à la beauté troublante qui le fascine instantanément…

Ligne d'eau - Film (2014) - SensCritique
Tous droits réservés

Même tension et même confusion dans le court-métrage Bassin(s) de Titouan Le Gouis en 2019, où Théo, entraîné par son père au plongeon, se voit troublé par l’arrivée de son nouveau coéquipier, Arthur :

https://imgsrc.cineserie.com/2019/11/1373044.jpg?ver=1
Tous droits réservés

  • L’angoisse de la défaillance

L’aquaphobie, c’est-à-dire la peur panique et souvent traumatique de l’eau, se double généralement, plus encore pour les hommes, d’un sentiment de honte, d’une crainte de ne pas être à la hauteur des attentes sociales concernant le corps masculin, dont on escompte puissance et assurance.

Dans Aquaphobia, de Geoffrey Gottlieb (1997), le héros est tétanisé par sa peur de l’eau, et suite à la défection de sa fiancée, qui aurait rêvé d’une croisière, il se retrouve à partir en voyage de noces avec… sa mère (film en anglais non sous-titré) :

À rebours, le personnage incarné par Samir Guesmi dans L’Effet aquatique de Solvéig Anspach (2016) prétend ne pas savoir nager pour pouvoir prendre des leçons avec Agathe, qui travaille comme maître-nageuse à la piscine Maurice Thorez de Montreuil. Dans son maillot orange, il est prêt à simuler être un débutant et abdiquer tout orgueil viril si cela lui permet de se rapprocher de celle qui fait battre son cœur :

L'effet aquatique, sur Arte : l'amour en eau douce
Samir Guesmi et Florence Loiret-Caille dans “L’Effet aquatique” (2016), de Sólveig Anspach. Tous droits réservés.
  • Les corps rejetés

Dans les années 1980 et 1990, tandis que l’épidémie de SIDA faisait rage, certains usagers des piscines publiques craignaient d’y être infectés en les fréquentant, croyance totalement infondée que des campagnes de communication ont tenté de battre en brèche afin que personne ne se trouve banni d’un espace récréatif collectif :

Affiche de 1991, David J. Sencer CDC Museum, domaine public via https://stacks.cdc.gov

En raison de la propagation rapide du virus au sein de leur communauté, ce furent tout particulièrement les homosexuels masculins qui furent pointés du doigt et qui eurent à subir un rejet de leur présence dans les bassins . C’est ce qui a poussé un groupe de nageurs berlinois à fonder, en 1990, le groupe de natation Positeidon, mot-valise formé en référence au dieu aquatique de la mythologie et à leur statut sérologique :

The swimming pool used by an HIV-positive swimming group (Positeidon), and the swimming group in the pool. Colour photocopy, ca. 1995.
Affiche de 1995

Le plongeur et multiple médaillé olympique Gregory Louganis, a quant à lui caché sa séropositivité, découverte en 1988 alors qu’il était en pleine préparation des Jeux de Séoul. Dans un documentaire de Jennifer Arnold (2015), intitulé Thicker than Water, il revient sur le poids de ce secret partagé avec son entraîneur et sur la difficile période qui a précédé son coming out (film en anglais sans sous-titres) :

  • Les corps “différents”

Les piscines sont, comme l’espace public de manière générale, fréquentées par des corps masculins divers, pour lesquels il n’est pas toutefois forcément plus facile de s’assumer ni de se montrer que pour les femmes. Car les hommes sont eux aussi victimes de grossophobie et des regards panoramiques de la part des baigneurs alentour. Plusieurs court-métrages reflètent bien cette souffrance. Dans Off the Deep End, de Peter Eaton, Cody décide d’affronter, à la piscine municipale, ses peurs et les railleries liées à son poids :

Le court-métrage israélien Yoter (יותר), de Yuval Yefet (2012), montre l’embarras puis le désarroi ressenti par Michael, un homme en surpoids, lors de la fête d’anniversaire de son neveu, organisée autour d’une piscine pleine d’enfants bruyants et où il n’a pas du tout envie de se trouver (le film complet est à voir ici, en hébreu sous-titré en anglais) :

Un autre film, intitulé Les Baleines ne savent pas nager (Matthieu Ruyssen, 2020), en référence aux moqueries que subit au quotidien le jeune Yves de la part des élèves de son lycée, montre un corps cause de souffrance mais qui trouve un refuge et un apaisement dans la pratique de la natation synchronisée, à laquelle Yves s’exerce en secret la nuit, jusqu’au jour où il est surpris par une de ses camarades et doit assumer au grand jour sa passion :

Afficher l’image source
Tous droits réservés

Même point de départ pour le héros du court-métrage franco-belge Rikishi, de Julien Menanteau, (2016), victime de harcèlement de la part d’autres adolescents. Lors d’une sortie de classe à la piscine, l’un de ses camarades  le compare à un sumo. Fou de rage, il s’empare du jeune homme et tente de le noyer. Le salut, cette fois, viendra du Japon. Le film complet, d’une durée de 20′, est visible ici en VOD :


À la piscine, on trouve aussi des corps masculins en situation de handicap, par exemple dans la série humoristique française Vestiaires diffusée sur la chaîne France 2 depuis 2011. En voici le pitch : Romy et Orson, deux nageurs handicapés, se retrouvent chaque semaine pour leur entraînement et nous font partager leur vision du monde pleine d’humour et de dérision.

Vestiaires (FR) - série (2011) - SensCritique

Dans une tonalité plus grave, Les corps étrangers (2014) de la réalisatrice belge Laura Wandel raconte le difficile cheminement d’un homme amputé qui effectue sa rééducation dans une piscine municipale. Le kinésithérapeute qui l’accompagne va tenter de rompre la distance que l’homme entretient tant avec son corps qu’avec l’environnement de la piscine :

Le personnage principal de Murène, roman de Valentine Goby paru en 2019 et récemment sorti au format de poche, peine lui aussi à se réapproprier son corps. Grand brûlé amputé des bras suite à un accident électrique, François Sandre  qui intègre à la fin des années 1950 une équipe de nageurs handisport : “Ses muscles répondent mal, il boit la tasse, au bout du compte il a envie de vomir. Il n’a aucun repère au plafond pour suivre une trajectoire rectiligne, cogne le bord, les corps du couloir voisin en zigzags aléatoires, se figure les moignons choqués entre eux dans ses attouchements furtifs, en déteste la sensation et l’image […]. Quand il plonge la tête, pupilles grandes ouvertes, il retrouve l’obscène ballet de membres et de morceaux de membres dans l’eau turquoise et le malaise le reprend d’être ici parmi eux, dans cette piscine fermée au public, parfaitement inmontrables.” (Actes Sud, 2019, p. 243-245)

https://www.francetvinfo.fr/pictures/HXFlg_3YJSoURrU4noZY0bcx1wg/fit-in/720x/2019/10/18/phpZ6WFiI.jpg
(c) Actes Sud, 2019. L’illustration de couverture est adaptée d’une toile de Bruno Vekemans (1952-2019), “Man at swimming pool”

Le corps qui se baigne est aussi parfois un corps vieillissant, comme dans le poème de  Clive Wilmer The old men at the swimming pool (2016), où les nageurs s’entraînent par tous les temps. Le poète évoque les corps tannés et la vigueur qui se manifeste au contact de l’eau, voire de la glace l’hiver.

Le bref court-métrage documentaire Charlie the Diver montre lui aussi un corps d’homme certes senior, mais qui continue à faire ce qui lui plaît, à savoir plonger. Chaque dimanche à 17 heures, réglé comme une horloge, Charlie Stewart, 74 ans, enfile son débardeur noir et son short et régale par son enthousiasme et ses sauts les baigneurs de la piscine locale :

Paolo Sorrentino a quant à lui opté pour une lucidité grinçante dans Youth, en 2015. Fred et Mick, deux amis approchant des quatre-vingts ans, profitent de leurs vacances dans un bel hôtel des Alpes suisses. Ils savent que le temps leur est compté et décident de faire face à leur avenir ensemble. La (leur?) jeunesse leur apparaît sous les traits d’une femme nue qui s’avance dans l’eau :

Dans The Swimmer, réalisé en 1968 par Frank Perry et Sydney Pollack sur un scénario de Eleanor Perry, d’après la nouvelle éponyme de John Cheever, The Swimmer (1964, à écouter ici lue par son auteur), Ned Merrill, un homme athlétique mais vieillissant, se met en tête de rentrer chez lui à la nage, en empruntant chaque piscine qui se trouve sur son chemin. Ce parcours se transforme pour lui en une véritable leçon sur le passage du temps, entre déni et désillusion :

Le caricaturiste Honoré Daumier s’est beaucoup délecté à représenter, dans ses “Baigneurs” et ses “Croquis d’été” des corps de nageurs variés en jouant sur le contraste des morphologies (silhouettes, cheveux). Bien entendu, si la perspective est ici  moqueuse, on ne peut exclure une certaine affection de l’artiste pour ces figures qui l’ont tant inspiré, lui qui a réalisé quelques onze séries de dessins sur le thème du bain (voir sur ce point l’article de Davide Lombardo, « Se baigner ensemble. Les corps au quotidien et les bains publics parisiens avant 1850 selon Daumier », Histoire urbaine, vol. 31, no. 2, 2011, pp. 47-68.) :

Les Baigneurs, No. 13, Eh Bonjour! enchanté de vous rencontrer…
Les Baigneurs, No. 18, Dites donc, Papa Drouillet, avec c’te envergure la vous devez pas nager comme un Dauphin.
Les Baigneurs, No. 7, Voyez-vous, bourgeois, vous êtes…

Pour terminer, nous évoquerons le corps burlesque avec Mr Bean/Rowan Atkinson et ses mésaventures sur le plongeoir de la piscine municipale dans un épisode diffusé en 1990 :

***

Observé et jaugé, que ce soit pour ses capacités athlétiques ou pour sa plastique, le corps masculin dans ou au bord du bassin se trouve, comme le corps féminin, fréquemment objectifié. De quoi s’interroger sur nos regards et nos attentes, afin de faire plus de place, dans les représentations culturelles, à toutes les morphologies, et afin que le plaisir de la baignade ne soit pas gâché voire empêché par des objectifs de performance et des injonctions à une “virilité” qui, en plus d’être une construction sociale (voir sur ce point les travaux d‘Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello et Olivia Gazalé), cloisonne et inhibe. Une voie vers la diversité et la tolérance qu’a d’ores et déjà empruntée le champion de plongeon britannique Tom Daley, lui qui a découvert, lors du confinement de mars 2020, la pratique du tricot et qu’on a pu voir à l’œuvre dans les gradins lors des Jeux Olympiques de Tokyo en août 2021. Les photographies du jeune homme tricotant dans l’enceinte du centre aquatique ont fait le tour des réseaux sociaux, suscitant de nombreux commentaires positifs :

Car en effet, à la piscine, les hommes peuvent nager, barboter, bronzer ou bien tricoter si l’envie leur en prend !

Anne-Sophie Gomez, août 2021


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.