L’histoire et les coulisses de la pochette de l’album “Nevermind”

À l’approche des trente ans de sa sortie, je vais vous parler de la célèbre pochette de l’album Nevermind, de ses coulisses ainsi que des parodies et des polémiques qu’elle a inspirées. Nous sommes le 24 septembre 1991 : le groupe Nirvana sort son deuxième album, qui deviendra l’un des disques les plus vendus au monde. Dans sa biographie consacrée à Kurt Cobain, Danny Goldberg, le manager du groupe entre 1990 et 1994, raconte que le chanteur avait initialement envisagé d’intituler l’album Sheep (c’est-à-dire “moutons”) et « d’utiliser pour la pochette la photo d’un champ rempli de camping-cars ». Kurt Cobain entendait ainsi dénoncer l’esprit grégaire de ses concitoyens et se moquer de ceux qui achèteraient l’album. Danny Goldberg nous apprend aussi que Cobain, qui avait pendant un temps pensé à utiliser un tableau optométrique, changea finalement d’avis en faveur du fameux bébé nageur après avoir regardé, en compagnie de son batteur Dave Grohl, un documentaire sur l’accouchement dans l’eau (Danny Goldberg, Kurt, biographie traduite de l’anglais par Perrine Chambon et Elsa Maggion, Calmann-Lévy, 2019, pp. 94-95).

Dans le journal de Kurt Cobain, publié en anglais en 2002, on trouve, outre un croquis de la pochette de Nevermind telle que l’envisage de chanteur, un dessin préparatoire pour la vidéo de la chanson « Come as you are », dans laquelle on peut aussi apercevoir un bébé nageur, et un billet de banque preuve de l’importance de ces motifs aux yeux de Cobain (vers 1’26) :

Kurt Cobain, Journal, traduit de l’américain par Laurence Romance, Éditions 10-18, 2004, tous droits réservés


La photographie, qui a été prise par une journée ensoleillée de mai 1991 dans une piscine de Pasadena, à une vingtaine de kilomètres de Los Angeles, montre le tout jeune Spencer Elden, âgé de trois mois, en train de nager en apnée sous la surface, éclairé par un rayon de soleil.  Le Rose Bowl Aquatics Center, situé juste à côté du Rose Bowl Stadium, est une piscine municipale qui a été inaugurée peu avant, en 1990, dans le Brookside Park, à l’emplacement de l’ancien Brookside Plunge, détruit notamment car associé à de douloureux souvenirs de l’époque ségrégationniste.

Entrée du Rose Bowl Aquatics Center, Pasadena CA, 2008, (c) Ucla90024 via Wikimedia Commons
A view from the outside of the front gate of the Rose Bowl Stadium prior to the University of Washington 46-34 Rose Bowl victory over the University of Iowa in Pasadena, California, via Getty Images

Le groupe et son directeur artistique n’ayant trouvé à un prix abordable aucun clichés de bébés nageurs provenant d’achives, la réalisation d’une photographie spécifique fut confiée à Kirk Weddle, un photographe habitué à réaliser des prises de vues sous l’eau. Bien entendu, afin de ne pas risquer de blesser le bébé, le résultat final est le fruit d’un montage : le billet de 1 $ et l’hameçon ont été ajoutés a posteriori grâce à un logiciel de retouches photographiques. La photo du billet est créditée au nom de “Kurdt Kobain”, ainsi que le musicien faisait souvent référence à lui-même dans ses écrits. Le bébé était le fils d’un couple d’ami du photographe, Renata et Rick Elden. Le père du petit Spencer était maître-nageur, ce qui facilita la séance photo. La seule crainte concernait le sexe de l’enfant, qui était clairement visible sur le cliché et dont on craignait qu’il ne vaille au disque une interdiction ou un avertissement. D’après le biographe du chanteur, Michael Azerrad (Come as You Are: The Story of Nirvana, 1993) Kurt Cobain avait toutefois refusé que l’on modifie la photo et suggéré qu’on ajoute un autocollant où figurerait la mention : “If you’re offended by this, you must be a closet pedophile” (“Si vous êtes choqué par cette image, c’est que vous devez être un pédophile refoulé”).

La famille de Spencer Elden toucha 200 $ pour la photographie, ce qui est évidemment dérisoire lorsque l’on sait combien le merchandising autour de Nevermind rapporta ensuite à sa maison de disques. Il faut dire que le bébé, symbole de l’innocence confrontée au capitalisme débridé et à l’appât du gain, avait de quoi résonner dans la contre-culture grunge et contestataire américaine, alors que le pays sortait tout juste de la première guerre du Golfe. Kurt Cobain écrit d’ailleurs dans son journal, à propos de la société de l’époque, qu’elle s’est « foutue en l’air toute seule en s’enfonçant dans un système réchauffé de cupidité ». Au dos de la pochette, on trouve un singe en caoutchouc devant un collage réalisé par Kurt Cobain :

L’album Nevermind connut un succès inattendu s’agissant d’un groupe récemment fondé et que l’un des membres, le batteur Dave Grohl, avait rejoint moins d’un an auparavant. Le  premier single extrait de l’album, Smells Like Teen Spirit, fut un succès immédiat. L’album devint disque d’or dès la fin octobre 1991, puis disque de platine. Le 11 janvier 1992, Nevermind délogea même l’album Dangerous de Michael Jackson de la première place du classement américain Billboard.

Le succès massif et durable de Smells like Teen Spirit vaudra même à cette chanson d’être reprise, de manière plutôt inattendue, par le crooner canadien Paul Anka sur son Album Rock Swings, sorti en 2005, qui contient des reprises de tubes pop et rock des années 1980 et 1990 :

Mais dès 1992, le chanteur et humoriste Alfred Matthew Yankovic, alias « Weird Al » Yankovic avait réalisé une parodie de l’album Nevermind, intitulée Smells like Nirvana. Il en a également parodié la pochette rebaptisée Off the Deep end, posant lui-même nu dans l’eau:

L’humoriste a aussi parodié la vidéo du single Smells like Teen Spirit, quasiment plan par plan. Voici la version originale, filmée par Samuel Bayer et montée par Kurt Cobain lui-même :

Et la version parodiée :

De nombreux graphistes ont aussi détourné la pochette en utilisant des personnages de cartoon ou de films d’animation populaires, comme l’oncle Picsou bébé, évidemment très appâté par le billet de banque, ou encore Nemo le poisson Clown, avec un jeu de mots entre le titre américain du film Finding Nemo et l’expression paronymique “Neverfind”. Quant aux Minions des studios Illumination, ils sont bien sûr attirés par la banane attachée à l’hameçon. Le cheval anthropomorphe de la série d’animation Bojack Horseman nage, lui, vers une carotte. Le dessinateur français Martin Vidberg, de son côté, s’est amusé à faire rejouer la scène par un des nageurs français qui, en août 2015, viennent de confirmer leur titre sur le relais 4×100 mètres :

Source : https://www.lemonde.fr/blog/vidberg/2015/08/03/lequipe-de-france-de-natation-atteint-son-nirvana/ (c) Martin Vidberg, tous droits réservés. Dessin reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur

À son tour, le photographe américain Matthias Clamer rendu hommage à l’album Nevermind en photographiant le nageur multimédaillé Ryan Lochte dans une position qui rappelle celle du petit Spencer Elden sur la pochette de 1991 :

Du côté de la littérature, l’écrivain Mark Lindquist a publié en 2000 un roman intitulé Never Mind Nirvana, qui se déroule dans le milieu musical de Seattle à la fin des années 1990. Sur la couverture de ce roman, le bébé a laissé place à un homme en costume.

À l’occasion des 25 ans de la sortie de l’album devenu culte, le photographe Kirk Weddle révéla des photographies du groupe prises sous l’eau en octobre 1991 dans une piscine de Los Angeles, en écho de la photographie du bébé,  mais que le label ne jugea pas réussies…



On ne peuttoutefois  évoquer la pochette de Nevermind sans parler des suites, psychologiques et judiciaires, qu’elle a engendrées pour le modèle, Spencer Elden. Né le 7 février 1991, Spencer n’a, on l’a dit, que quelques mois lors de la séance photo qui fera à la fois sa gloire et son malheur.

À l’occasion du 10ème, 17ème et 25ème anniversaire de la sortie de l’album, Spencer Elden accepta de rejouer la scène, parlant même de nager nu, ce que le photographe refusa. En 2003, le jeune homme apparut sur la pochette de l’album The Dragon Experience de cEvin Key.

Mais En août 2021, un mois donc avant le trentième anniversaire de la sortie de l’album, Spencer Elden décide de porter plainte, estimant que la diffusion de son image s’apparente à de la pédopornographie, et que la diffusion de cette image dehors de tout respect du consentement lui a causé des torts et des séquelles irréversibles. Il réclame des dommages et intérêts à hauteur de 150 000 dollars à 17 personnes différentes (les ayant-droits de Kurt Cobain, décédé en 1994, les autres membres du groupe, des directeurs artistiques, le photographe Kirk Weddle ainsi que les labels à l’origine de la sortie de l’album). Depuis, différents mèmes circulent sur les réseaux sociaux, pas toujours tendre avec Spencer Elden, voire l’accusant de n’être motivé que par l’appât du gain :

André Gunthert, maître de conférences en histoire visuelle à l’EHESS, a décrypté pour l’émission “Affaires en cours” sur France Culture la réactivation de cette polémique et ses possibles suites :

***

Épargné par la polémique, le Rose Bowl aquatics center a, entre-temps, retrouvé sa quiétude et sa routine. Aucune mention n’est faire sur leur site Internet de la pochette de Nevermind. Le centre aquatique héberge régulièrement des compétitions de natation, de plongeon ou de water-polo.

Anne-Sophie Gomez, septembre 2021

Bibliographie :

Danny Goldberg : Serving The Servant (2019) : biographie de Kurt Cobain entre 1990 et 1994. Version française chez Calmann-Lévy/Kero (2019)

Kurt Cobain : Journal. Traduction de Laurence Romance, Oh! Editions (2002)

Gaëts, Sophie Blitman, Bast : Nirvana en BD, petit à petit (2019)

Danilo Deninotti, Toni Bruno : Kurt Cobain – When I was an alien. Traduction de Maxime Berré , Urban Comics (2017)

Notre vidéo de 2020 sur le même sujet :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.