Charles Fréger

Titre : série WATER-POLO

Auteur : Charles Fréger

Date : 2000

Nationalité : France 🇫🇷

Noir et blanc/couleur : couleur

Thème de la série : Ici, Charles Fréger s’installe dans les vestiaires d’une piscine normande pour réaliser les portraits des joueurs d’une équipe de water-polo, sortant d’entraînement. A l’image de nombre des autres travaux effectués à cette époque, la série rend compte d’une réalité familière, située dans l’environnement proche de l’artiste. Si Water-polo se distingue particulièrement dans son œuvre, c’est que la manière du photographe s’érige ici en système manifeste, Water-polo comptant sans doute parmi les ensembles d’images les plus sériels et systématiques. Réalisée dans les premières années de son exercice, elle est l’ensemble où le photographe rassemble sa manière, s’imposant un cadre resserré : celui de son appareil –il s’en tient ici strictement au buste– et celui de la série –intitulant pour la première fois ses photographies suivant une numérotation, ici de 1 à 12, soit du joueur le plus jeune au plus âgé. Le systématisme est encore renforcé par la constance du fonds d’une image à l’autre, répétant le bleu dégradé du mur du vestiaire L’uniforme est minimal, se résumant à ce casque aux oreilles rondes et à ses fines lanières, encore retenues par un nœud ou déjà libérées, laissant alors courir leur délié sur la peau toujours humide et perlée. L’uniforme tient dans cet accessoire, tout comme dans la peau et dans ce corps, hésitant au fil des images entre enfance et adolescence. Le photographe, comme le modèle, fait face, volontaire, et fort de ce cadre affiché peut poursuivre l’exploration du territoire plastique contenu dans le cercle ainsi délimité. [source http://www.charlesfreger.com]

For this series, Charles Fréger set up his camera in the changing room of a swimming pool in Normandy, France, to make portraits of the members of a water polo team just after training. Like many of Fréger’s other projects from this period, this series records an aspect of a world he was very familiar with.
Water-Polo stands out particularly in Charles Fréger’s work; no doubt because his approach here has an obviously systematic quality to it. Water-Polo is probably one of his most systematic sets of images. It dates from the first years of his practice and is the set of pictures where he decided on the constraints of his photographic approach: a tightly focused camera – he limits himself strictly to the head and shoulders – and he works within the framework of a series; for the first time, the titles of his photographs are simply numbers – in this case 1 to 12, going from the youngest player to the oldest. The systematic quality is further reinforced by the unchanging background from one image to the next, the repeated shade of blue on the changing room wall. The minimal uniform amounts to no more than the swimming cap with its earpieces and strings, either tied under the chin or left untied and leaving a pattern on the subject’s still wet skin – the swimming cap, and each subject’s skin and his body as well, hovering from picture to picture between boyhood and adolescence. The photographer, like the subject, stood firm and, with all the confidence gained from finding this framework, Fréger was now in a position to explore the artistic possibilities contained within this territory that he had marked out as his. [source http://www.charlesfreger.com]

Mots-clé : portraits, vestiaire, water-polo, casque, enfance, adolescence

Liens utiles : http://www.charlesfreger.com

Où voir ces photographies dans leur intégralité : http://www.charlesfreger.com/fr/portfolio/water-polo/

 


 

Titre : [Les nageuses et les nageurs de la série] LUX

Auteur : Charles Fréger

Date : 2002-2005

Nationalité : France 🇫🇷

Noir et blanc/couleur : couleur

Thème de la série : LUX est une commande du Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean, à Luxembourg. Trois ans séparant la commande initiale de l’ouverture du musée, il sera possible au photographe de se rendre dans le pays à de très nombreuses reprises et de donner à la série une dimension ample. Au cours de ses voyages à travers le territoire, il rencontre une grande diversité de groupes et autant d’environnements : écoles de danse, d’équitation, chorales, fanfares, clubs de football, de majorettes, de natation, jusqu’à l’armée. [Source http://www.charlesfreger.com]

Avec Lux, Charles Fréger a choisi de réduire les collectivités aux individus qui les constituent en réalisant des séries de portraits à la typologie semblable. Sa démarche relativise ainsi la notion d’uniformisation qu’implique la constitution de groupes sociaux. [Source http://www.mudam.lu]

LUX was commissioned by the Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean, Luxembourg. During the three years between the initial commission and the opening of the museum, Fréger had time to pay many visits to the country and to bring extra depth and breadth to this series. As he travelled around the country, he got to know a wide variety of groups in their different environments: dance schools, riding schools, choirs, brass bands, football clubs, drum majorettes, swimming clubs, and also the army. [Source http://www.charlesfreger.com]

In Lux, Charles Fréger (1975) has chosen to reduce communities to the individuals which constitute them by creating a series of similar typological portraits. His approach thus relativises the notion of uniformity that the constitution of social groups implies. [Source http://www.mudam.lu]

Mots-clé : portraits, nageur-se-s, équipement, maillot, bonnet de bain, pince-nez, lunettes, carrelage, vestiaire

Liens utiles : http://www.charlesfreger.com

http://www.mudam.lu/fr/le-musee/la-collection/details/artist/charles-freger/

http://www.museeniepce.com/index.php?/exposition/exposition-passee/Charles-Freger

Où voir ces photographies dans leur intégralité : – http://www.charlesfreger.com/portfolio/lux/

– Dans le livre initulé LUX Portraits photographiques et uniformes. Editions Mudam (Musée d’art moderne du Luxembourg), 2006.

(c) Charles Fréger. Couverture reproduite avec l’aimable autorisation de l’auteur



Citer ce billet
Anne-Sophie Gomez (2017, 6 décembre). Charles Fréger. La piscine en textes, en sons, et en images. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/balk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.