The sky is so blue, it’s almost white

Titre :  The sky is so blue, it’s almost white

Réalisation : Lina Sieckmann (*1988), Miriam Gossing (*1988)

Pays : Allemagne 🇩🇪

Année : 2018

Genre : installation vidéo (boucle /loop), film en 16mm

Durée : 6’53

Concept : Basée sur les différentes adaptations cinématographiques du classique La Piscine de 1969, l’œuvre vidéo prend comme point de départ le sujet de la conversation relationnelle à la piscine. Alors que le paysage méditerranéen des films originaux est remplacé dans la reconstitution par une scÚne de piscine intérieure hermétiquement fermée, les fragments de texte récurrents du dialogue original sont conservés et sous-titrés pour former des références à la conversation de couple gelée et mille fois répétée dans le film. On ne sait pas ici qui parle à qui et de qui, les rÃŽles joués s’évaporent dans l’androgynie de leurs protagonistes. Les contours du début et de la fin, du corps et du genre, du mensonge et de la vérité s’estompent dans le milieu brumeux et inerte d’un temps qui n’est pas celui de la productivité.

Based on the various film adaptations of the classic La Piscine from 1969, the video work takes the subject of the relationship conversation at the pool as its starting point. While the Mediterranean landscape of the original films is replaced in the re-enactment by a hermetically sealed UV indoor pool scene, the recurring text fragments of the original dialogue are preserved and subtitled to form references to the frozen, thousandfold repeated couple conversation in the film. Who talks to whom and about whom here remains unknown, the roles played evaporate in the androgyny of their protagonists. The contours of beginning and end, body and gender, lie and truth become blurred in the hazy, inert milieu of a time beyond productivity.

Liens utiles : http://www.gossing-sieckmann.com/project/utter-bliss

https://lightcone.org/en/filmmaker-2857-miriam-gossing

Mots-clés : expérimentation, vidéo, installation, inter-référentialité, cinéma, couple, discussion, tensions, La Piscine, Jacques Deray, corps, confusion


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.