Nazgol Ansarinia

Titre : Pools and Voids


Artiste : Nazgol Ansarinia (*1979)

Pays : Iran 🇮🇷

Année : 2021

Lieu : exposition à la Galleria Raffella Cortese (Milan, Italie)

Contenu de l’exposition : installation vidéo, sculptures

Concept : Dans cette exposition, Ansarinia met en lumière la relation entre ce qui est visible à la surface de la ville et les conséquences qui affectent son identité. Plus précisément, elle a analysé un aspect particulier de la planification urbaine à Téhéran qui, au fil du temps, s’est chargé d’une signification symbolique. À la fin des années 1960, le cabinet d’architecture de Victor Gruen  a réalisé un plan d’urbanisation précis pour la capitale iranienne sur le modèle des villes nord-américaines telles que Los Angeles. Un grand nombre de piscines privées ont été construites dans de nombreux immeubles de Téhéran, puis laissées vides à la suite de la révolution iranienne à partir de 1979. Aujourd’hui, elles demeurent des présences vides et immobiles sur de nombreuses propriétés. Que signifie le fait de laisser ces vides intacts pendant des décennies dans une ville où l’on essaie de profiter de chaque espace pour construire ? – s’interroge Ansarinia. Cette présence exprime, comme l’écrit l’artiste, “[…] un désir de réutilisation dans un futur inattendu, mais en même temps ils gardent la mémoire du moment où [ces bassins] ont été remplis d’eau et utilisés”. Ansarinia a reproduit la forme d’un certain nombre de piscines à partir de documents municipaux, en leur donnant de la profondeur, de la dimension et en reliant certaines d’entre elles dans sa série de sculptures Connected Pools (2020). Les architectures vides prennent de la hauteur au fur et à mesure qu’elles sont superposées sur plusieurs niveaux de plâtre, dont la couleur rappelle l’eau. En les exposant ensemble, l’artiste les envisage comme des formes d’une nouvelle urbanisation possible. [source : https://raffaellacortese.com/exhibition/2021/nazgol-ansarinia-pools-and-voids/, traduction depuis l’anglais]

In this exhibition, Ansarinia uncovers the relationship between what is visible on the surface of the city and the consequences that affect its identity. Specifically, she has analyzed a peculiar aspect of urban planning in Tehran that over time has been charged with symbolic significance. In the late 1960s, Victor Gruen Associates carried out a precise urbanization plan for Iran’s capital on the model of North American cities such as Los Angeles. A large number of private swimming pools were built in numerous buildings in Tehran, and then left empty as the result of the Iranian Revolution from 1979 onwards. Today they remain as still, empty presences on many properties. What does it mean to leave these voids intact for decades in a city in which we try to take advantage of every space for what is built? – Ansarinia wonders. This presence expresses, as the artist writes, “[…] a desire to be reused in an unexpected future, but at the same time they keep the memory of when they were filled with water and used”. Ansarinia reproduced the shape of a number of pools from municipal documents, giving them depth, dimension and connecting some of them in the sculpture series Connected Pools (2020). The empty architectures develop in height as they are layered on multiple levels of plaster, whose color recalls water. By exhibiting them together, the artist envisions them as forms of a new possible urbanization. [source : https://raffaellacortese.com/exhibition/2021/nazgol-ansarinia-pools-and-voids/]

Mots-clé : Téhéran, ville, urbanisme, planification, processus, reconstruction, surface, identité, architecture, piscines individuelles, modèle californien, Victor Gruen, bassins, vide, creux, souvenir, formes, profondeur, abandon, préservation, avenir, désir, collectif, renouveau

Liens utiles : https://raffaellacortese.com/exhibition/2021/nazgol-ansarinia-pools-and-voids/

https://www.instagram.com/nazgolansariniastudio/

Dossier de presse (en anglais)

Bibliographie :

Phillip Griffith (dir.), Nazgol Ansarinia, Inquiries Into the Present, Berlin, Hatje Cantz, 2021 (en anglais) : https://www.hatjecantz.de/nazgol-ansarinia-7827-1.html

Tous droits réservés

Titre : Lakes Drying, tides rising



Artiste : Nazgol Ansarinia (*1979)

Pays : Iran 🇮🇷

Année : 2022

Lieu : exposition à la Green. Art. Gallery (Dubai)

Concept : La série Lakes drying tides rising (2022) de Nazgol Ansarinia consiste en l’assemblage d’un grand nombre de bassins vides du quartier Jordan à Téhéran sous forme de lacs composites, irrégulièrement alvéolés. Comme les piscines de Téhéran et peut-être du pays tout entier, ces lacs témoignent d’un interstice précaire entre l’humidité et la sécheresse. Au cours des dernières années de sécheresse et de graves pénuries d’électricité en Iran, l’eau est passée du statut de véhicule de la nostalgie à celui de ressource en crise causant des difficultés économiques. Par leur forme et leur palette, ces nouvelles œuvres rappellent tout particulièrement le lac Urmia, dans le nord-est de l’Iran, qui a été réduit à un dixième de sa taille avant d’être récemment réhabilité.

Nazgol Ansarinia’s series Lakes drying tides rising (2022), assemble greater numbers of the Jordan neighbourhood’s watery voids into composite, irregularly honeycombed lakes. Like the pools in Tehran and perhaps the country as a whole, these lakes exist at a precarious interstice between wetness and dryness. During the past few years of drought and acute power shortages in Iran, water has morphed from being an amorphous vehicle of nostalgia to a resource crisis that is actively causing economic hardship. In shape and palette, these newest works especially recall Lake Urmia in the northeast of Iran, which famously shrunk to a tenth of its size before recently being rehabilitated.

Mots-clé : Iran, assemblage, quartier, piscines, bassins vides, alvéoles, lac, humidité, sécheresse, ressource, eau, raréfaction, crise, économie

Liens utiles : https://www.gagallery.com/exhibitions/lakes-drying-tides-rising

https://www.instagram.com/nazgolansariniastudio/

Dossier de presse (en anglais)



Citer ce billet
Anne-Sophie Gomez (2023, 13 avril). Nazgol Ansarinia. La piscine en textes, en sons, et en images. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bb4e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.