Tuvalu

Titre : Tuvalu

Tous droits réservés

Réalisateur : Veit Helmer

Année : 1999

Durée : 92′ (1h 32′)

Pays : Allemagne

Langue : muet

Genre : fiction expérimentale

Couleur/Noir et blanc : couleur et noir et blanc

Distribution/casting :  Denis Lavant, Philippe Clay, Chulpan Khamatova

Musique : Jürgen Knieper, Goran Bregovic

Synopsis : Employé dans une piscine délabrée, Anton est un personnage étrange et fantaisiste. Il utilise son imagination à persuader son vieux père aveugle du succès public de la piscine. Mais son frère préfèrerait raser les vieux bâtiments pour se livrer à de la spéculation immobilière.

Die phantastische Fabel ist fast ohne Worte, dafür mit überbordend detailreichen Bildern erzählt: Schauplatz ist ein verfallenes Jugendstilbad, mitten in einem zeitlich und örtlich nicht näher zu bestimmenden Niemandsland. Dort lebt Anton, der seinem Vater vorgaukelt, das Bad sei noch in Betrieb, während sein geldgieriger Bruder Gregor einen Abriss des Gebäudes erreichen will. Eines Tages begegnet Anton im Bad Eva, die mit einem Dampfer zur See fahren will. Um den Dampfer flott zu machen, benötigt sie ein Ventil aus der Maschine, mit der Anton das Bad am Leben erhält. Die beiden bekämpfen sich daher zunächst, vereinen sich dann jedoch gegen die Intrigen Gregors und reisen nach dem Untergang des Bades gemeinsam auf Evas Schiff zur Insel Tuvalu.

Tuvalu is a poetic fairy-tale told without dialogue. Anton is locked by his blind father Karl into their old grand swimming pool. To please Karl, Anton maintains the illusion that the bath is intact and constantly busy. But the only guest to come is Eva, looking for Imperial, the old steam machine in the cellar. When Karl dies, the old empty pool dies with him. Anton and Eva take Imperial and sail away on Eva′s tugboat to the island of Tuvalu. The film was shot in b&w and colored afterwards in the laboratory.

Mots-clé : surréalisme, imaginaire, rêve, burlesque

 

 



Citer ce billet
Anne-Sophie Gomez (2017, 22 août). Tuvalu. La piscine en textes, en sons, et en images. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/baji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.