Derrick Adams

Titre : série Floaters



Artiste :  Derrick Adams (*1970)

Pays : Etats-Unis 🇺🇸

Année : 2014-2019

Technique : acrylique et collage sur papier ou tissu

Sujet : “Exécutée entre 2014 et 2019, la série Floaters est une collection de portraits peints de manière très vivante représentant des Afro-Américains dans divers états de repos et de jeu, flottant avec aisance sur des eaux calmes. Des corps détendus, certains avec un doux sourire, d’autres tenant une boisson d’été, se fondent dans des licornes aux couleurs de l’arc-en-ciel ou des flotteurs en plastique en forme de bonbons. Cette iconographie classiquement américaine symbolise les plaisirs insouciants du succès : le rêve américain incarné. Grâce à la main d’Adams et à son point de vue, ces images archétypales sont à la fois familières et inattendues”. [source : https://www.nyc-arts.org/events/0/derrick-adams-buoyant, traduction française adaptée]

“Derrick Adams examine le pouvoir de la culture populaire sur l’image que l’on a de soi-même et exploite son histoire personnelle, ainsi que celle, plus large, des Afro-Américains pour célébrer les aspects méconnus, souvent prosaïques, de la vie des Noirs. L’exposition “Buoyant” présente la série Floaters, créée entre 2016 et 2019, dans laquelle l’artiste né à Baltimore dépeint des hommes, des femmes et des enfants noirs se détendant sur des eaux d’un bleu éclatant dans sur des bouées et matelas en plastique coloré. Il n’y a aucune référence à l’architecture ou au paysage dans les peintures, ce qui souligne un sentiment de flottaison et de calme.   Adams comble méthodiquement les nombreux vides et omissions de la culture noire dans les médias américains, dans le but de normaliser les images de loisirs, de joie et d’amour des Noirs. En effet, ce qui peut sembler banal prend plutôt une résonance à cause des corps racisés ; le racisme systémique a créé un monde dans lequel nous voyons si rarement une figure noire au repos. Inspiré par un article et une photo du magazine Ebony de 1967 portant sur les vacances de Martin Luther King en Jamaïque, et dont les images ont surpris l’artiste, Adams crée une présentation plus précise et plus complète de la vie des Noirs, qui reprend les histoires de loisirs perdues. La série Floaters démystifie également les stéréotypes culturels sur la relation entre les Noirs et la natation, et peut raviver le souvenir de la ségrégation et d’une époque où les Noirs n’étaient pas les bienvenus dans les eaux de loisirs, et où les piscines et les plages américaines étaient aussi séparées que les écoles et les restaurants. En abordant ces conversations, images et histoires manquantes, Adams assure une représentation élargie de la vie des Noirs, qui est impérative pour commencer à comprendre tout ce qui a été ignoré.” [source : https://mfastpete.org/exh/derrick-adams/, traduction française adaptée]

“Executed between 2014 and 2019, the Floaters series is a collection of vividly painted portraits depicting Black people in various states of rest and play, buoyantly floating on calm waters. Relaxed bodies, some with a gentle grin, others holding a summertime beverage, melt into rainbow-colored unicorns or candy-shaped plastic floaties. This classically American iconography signifies the carefree pleasures of success: the American Dream in physical form. Through Adams’ hand, and his vantage point, these archetypal images feel simultaneously familiar yet unexpected”. [source : https://www.nyc-arts.org/events/0/derrick-adams-buoyant]

“Derrick Adams examines the power of popular culture on one’s self-image, and mines his personal, as well as broader, African American histories to celebrate under-recognized, often prosaic, aspects of Black life. Derrick Adams: Buoyant features the artist’s Floaters series created between 2016-2019, wherein the Baltimore-born artist depicts Black men, women, and children relaxing on bright blue waters in colorful plastic floaties. There are no architectural or landscape references in the paintings, emphasizing a calm sense of buoyancy.   Adams methodically fills the many voids and omissions of Black culture in American mass media, with the goal of normalizing images of Black leisure, joy, and love. Indeed, what may come across as a banal scene instead takes on resonance because of the racialized bodies; systemic racism has created a world in which we so rarely see a Black figure in repose. Inspired by a 1967 Ebony magazine article and photo spread focused on Dr. Martin Luther King’s Jamaican vacation—featuring images that were surprising to the artist—Adams creates a more accurate and fuller presentation of Black life that reclaims lost histories of leisure. The Floaters series also debunks cultural stereotypes of Black people’s relationship with swimming, and may stir memories of a time when Black people in recreational water was not a welcomed sight as America’s pools and beaches were as segregated as schools and restaurants. By broaching these missing conversations, images, and histories, Adams ensures a broadened representation of Black life that is imperative to beginning to understand just how much has been left out”.  [source : https://mfastpete.org/exh/derrick-adams/]

Mots-clé : Afro-Américain.e.s, piscine, bouées, corps, loisir, plaisir, détente, sérénité, flottaison, eau, soleil, été, lunettes de soleil, boissons, pop-culture, histoire, ségrégation

Lien utiles : http://www.derrickadams.com

https://mfastpete.org/exh/derrick-adams/ [en anglais, à l’occasion d’une exposition au Musée des Beaux-Arts de Saint-Petersbourg –  septembre-novembre 2020]

Où voir ces tableaux : http://www.derrickadams.com/works-on-paper-1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.