Piscines dans le désert

melindeer, via Giphy

Le motif du point d’eau providentiel en plein désert a beaucoup inspiré les photographes et les peintres, notamment les orientalistes, dont de nombreux tableaux représentent des palmiers et autres végétaux caractéristiques des oasis.

Narcisse Berchère, 1852, Public domain, via Wikimedia Commons

Parmi les domaines où l’imaginaire de l’oasis connaît un grand succès, il y a celui du marketing, notamment pour les parfums et les cosmétiques, comme en témoigne l’abondance de produits ainsi baptisés :


Le terme d’oasis étant tout à la fois un gage de fraîcheur, d’exotisme, une promesse de voyage, de dépaysement, la perspective d’une parenthèse paradisiaque. À cela s’ajoute la promesse désaltérante de la célèbre la boisson fruitée française du même nom, créé en 1966 par la société des eaux de Volvic :


L’oasis et la séduction de ses reflets  sont aussi un argument touristique, vers les destinations du Maghreb notamment, dont certains voyageurs pourraient redouter la chaleur et l’aridité excessive :

Joseph de La Nézière, 1910, Public domain, via Wikimedia Commons

Il arrive que ces enclaves paradisiaques et salvatrices prennent la forme délimitée d’une piscine, non sans poser la question de la soutenabilité écologique de telles infrastructures.

Image libre de droits, via Pixabay

En août 2020, plusieurs médias ont d’ailleurs rapporté que des habitants de Dubaï avaient décidé de rafraîchir leur piscine à l’aide de gros blocs de glace permettant de faire chuter de quelques degrés la température de l’eau.

Inauguré en 2015, le lagon créé pour le complexe hôtelier Citystars dans la ville égyptienne de Sharm-el-Sheikh est désormais le plus vaste plan d’eau artificiel du monde, homologué par le Guinness des records. Or c’est dans cette ville que s’est tenue, à l’automne 2022, la COP 27 sur le climat… Imaginée par l’entreprise Crystal Lagoons, déjà à l’origine du précédent record, et qui met en avant la dimension écologique de son concept, la piscine égyptienne fait plus de 113 000 m² pour un coût de plusieurs milliards de dollars.

Quittons provisoirement le Moyen-Orient pour le sud-ouest des Etats-unis. D’un point de vue métaphorique tout d’abord, les piscines californiennes sont souvent qualifiées « d’oasis de jardin » (« Backyard oasis »), expression qui a d’ailleurs donné son titre à une exposition photographique qui s’est tenue en 2012 à Palm Springs, et dont le catalogue regroupe d’iconiques clichés comme ceux de Slim Aarons ou ceux du peintre et photographe David Hockney.

CORNELL, Daniell, ATKINS, Robert (dir.); Backyard Oasis: The Swimming Pool in Southern California Photography, 1945–1982, New York, Londres, Prestel Publishing, 2012.

La multiplication des piscines privatives dans les années 1950 aux Etats-Unis, en particulier dans les états du sud, apparaît comme un signe extérieur de richesse. Grâce à ces îlots aquatiques situés à l’arrière des maisons (backyard) et donc à l’abri des regards, les familles peuvent se rafraîchir en toute intimité : “At the same time that middle-class America was embracing suburbia, Hollywood was creating a mythology of California’s natural landscape as the foundation of abundance and a style of outdoor living conducive to perpetual leisure. The private, backyard swimming pool provided the perfect encapsulation of this vision and offers a metaphor for the narcissism at its heart.” Daniell Cornell, “Swimming in the American Dream”, in Cornell, Daniell, Atkins, Robert (dir.), Backyard Oasis: The Swimming Pool in Southern California Photography, 1945–1982, p. 11. Voir encore Sébastien Martinez-Barat et Benjamin Lafore : “Dès les années 1950, les piscines conquièrent les jardins des banlieues américaines qui s’étendent. À la fin des années 1960, les États-Unis comptent environ 800 000 piscines […] Dans les banlieues de l’après-guerre, la piscine devient le signe d’un confort matériel accompli et la promesse d’une vie de famille épanouie.” in Blanc, Jean-Pierre (dir.), Domestic pools : l’architecture des piscines privées, Hyères, Métropole Toulon Provence Méditerranée, 2018, p. 2.

Le peintre américain Eric Fishl (*1948) a d’ailleurs réalisé de nombreux tableaux sur le thème de la backyard pool, visibles sur son site Internet :

Parmi les piscines californiennes célèbres, on évoquera celles construites par l’architecte d’origine suisse Albert Frey (1903-1998), pionnier de ce qu’on a appelé le « modernisme du désert ». Après s’être documenté sur le Bauhaus et le mouvement néerlandais De Stijl, puis avoir travaillé avec Le Corbusier, Frey s’installe en 1934 à Palm Springs. À la fin des années 1940 et dans les années 1950, il y construit plusieurs bâtiments, parmi lesquels des villas conçues pour s’adapter à l’environnement désertique et pour avoir le moins d’impact possible sur cet environnement. Certains rochers locaux sont même parfois intégrés à l’architecture intérieure.

Carey Pirozzi House by ikkoskinen, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/2.0>, via Wikimedia Commons
Afficher l’image source
Gloria Koenig, Taschen, 2017
Afficher l’image source
Adele Cygelman, Rizzoli, 2015

Le photographe Slim Aarons a réalisé dans les années 1970 plusieurs photographies devenues iconiques sur le thème des conversations mondaines au bord de la piscine avec, en arrière-plan, les montagnes entourant Palm Springs, comme ici dans la villa de Linsk, plus connue sous le nom de Kaufmann House :



Ce type d’architecture continue d’inspirer les artistes, parmi lesquels la plasticienne britannique Lucy Williams, qui réalise des collages en volume d’une impressionnante précision et d’un réalisme quasi-photographique, avec une prédilection pour les villas modernistes équipées de piscines :


On trouve une même fascination chez l’artiste et peintre d’origine britannique Andy Burgess, qui représente dans ses toiles des villas modernistes à l’architecture géométrique et minimaliste :

Plusieurs autres peintres contemporains (Rebecca Pavlik, Heinz Stoewer, Ieva BaklaneStephen Abela, Patricia Chidlaw, Jessica Brilli, Laurence Jones) ont  illustré le motif de la piscine logée comme une parenthèse de fraîcheur dans un décor aride ou désertique. En voici quelques exemples :



Le photographe français Ludwig Favre a lui aussi réalisé des photographies à Palm Springs, dont il fait ressortir les couleurs pop et pastel dans ses séries California Dreamin et Once upon a time in California :



Toujours aux portes du désert, dans le Nevada cette fois, les touristes et les joueurs de casino pouvaient faire une halte à l’auberge du désert (« Desert Inn »), fondée en 1950 à Paradise, à proximité immédiate de Las Vegas.

Wilbur Clark’s Desert Inn/United Hotels Corporation, Public domain, via Wikimedia Commons

Cette “institution”, immortalisée sur de célèbres cartes postales, et qui accueillit de nombreuses personnalités comme Frank Sinatra qui y fit ses débuts à Vegas en 1951, offrait à l’origine 300 chambres, une fontaine située à l’entrée et une vaste piscine ayant la forme du chiffre 8.

Desert Inn, 1954, Ferris H. Scott, Public domain, via Wikimedia Commons
Desert Inn, 1954, Ferris H. Scott, Public domain, via Wikimedia Commons
Girls at Desert Inn pool, 1955, Desert Souvenir Supply, Boulder, Nevada, Public domain, via Wikimedia Commons
Desert Inn pool, 1955, Desert Supply Company, Las Vegas, Public domain, via Wikimedia Commons
Desert Inn pool, 1963, Las Vegas News Agency, Las Vegas, Public domain, via Wikimedia Commons
Desert Inn, 1972, Las Vegas News Agency, Las Vegas, Public domain, via Wikimedia Commons

Des spectacles de jets d’eau illuminés en couleur et intitulés « Dancing waters » ont ensuite été proposés en surplomb du bassin. Le « Desert Inn » fermera ses portes en l’an 2000, après 50 ans d’existence.

Dancing Waters of the Desert Inn Las Vegas | Back of postcar… | Flickr
Tous droits réservés

On trouve aussi l’appellation « Desert Inn » dans d’autres villes, comme à Miami Beach en Floride, où la piscine « King Size » constituait un argument publicitaire  majeur.

Advertisement for the Desert Inn Resort Motel, Miami Beach
Advertisement for the Desert Inn Resort Motel, Miami Beach, vers 1959, State Library of Florida, BR0237

Une résidence au nom évocateur, « Whispering Waters » (littéralement « la résidence des eaux qui murmurent »), a hébergé à partir du milieu des années 1950 des célébrités de la télévision de l’époque, comme le producteur Aaron Spelling et son épouse d’alors, l’actrice Carolyn Jones. Les bâtiments, un ancien hôtel dont la façade était située sur la route dite du Sahara, abritaient une piscine centrale bordée de gazon et de palmiers. La résidence et sa piscine existent toujours et accueillent aujourd’hui des seniors souhaitant profiter de leur retraite au soleil de Rancho Mirage, en Californie.

Du côté de la fiction, on trouve aussi des piscines en plein désert, comme dans Connie, court-métrage américain réalisé en 2017 par Joel Garber. L’héroïne éponyme, Connie, est enceinte de quelques mois, mais cette grossesse ne l’épanouit pas vraiment. Elle se retrouve provisoirement seule dans une villa située dans le désert, non sans ressemblance avec celles construites par Albert Frey. Connie passe de longs moments de doute dans la piscine à attendre le retour de son compagnon ainsi qu’à espérer une issue à cette situation psychologiquement difficile :

Tous droits réservés

Le film complet est visible ici, en anglais sans sous-titres.

Hommage à l’iconique long-métrage de Jacques Deray La Piscine (1969), La Piscina de Justin Clowes (2020, 30′) reconstitue le quatuor fatal mais le transpose de la Côte d’Azur vers le désert californien. Le huis-clos et la suffocation, ausens propre comme figuré, ne s’en trouvent ainsi que renforcés :

Tous droits réservés

En 2017, dans le long-métrage Controfigura, de la réalistraice Rä di Martino,  une petite équipe parcourt Marrakech et ses environs à la recherche de piscines comme lieux de tournage pour le remake du célèbre film de Franck Perry et Sydney Pollack, The Swimmer (1968) :

Dans un registre burlesque, l’épisode des Looney Tunes Cartoon intitulé “Pool Bunny” (mai 2020) met en scène le célèbre Bugs Bunny, venu visiter le “Snake Bite Desert”. Pour se rafraîchir, il trouve une maison avec une piscine, et espère que le propriétaire sera heureux de la partager avec lui. Mais vous vous doutez bien que ce ne sera pas le cas…

Partons maintenant pour le Moyen-Orient mais restons dans le registre de la comédie : la série française Kaboul Kitchen, créé en 2012, contient de nombreuses scènes de piscine. Le deuxième épisode de la saison 1 s’intitule d’ailleurs « La Piscine ». Jacky, patron du Kaboul Kitchen, le restaurant qui donne son nom à la série, doit faire face aux problèmes de voisinage que provoque justement cette piscine, autour de laquelle sont organisées de nombreuses fêtes entre expatriés.

Filmotech - Kaboul Kitchen - Saison 1
(c) Canal+, tous droits réservés

Du côté de la littérature, l’autrice franco-libanaise Diane Mazloum a publié à l’été 2020 un roman intitulé Une piscine dans le désert, aux éditions JC Lattès.

Afficher l’image source
(c) Editions JC Lattès, tous droits réservés

Elle y raconte l’histoire de Fausta, qui décide de quitter Beyrouth pour les montagnes du Liban, où elle a passé son enfance, et de se faire construire une piscine dans le village familial, quitte à devoir peiner pour la remplir d’eau. Sauf que la partie du terrain concernée ne lui appartient pas et que la construction de cette piscine est par conséquent illégale. Leo, qui vit au Canada et à qui appartient le terrain occupé, part pour le Liban afin de régler ce litige de propriété. Voici comment la piscine et son environnement géologique sont décrits dès les première pages du roman :

“La piscine émettait une lumière diffuse et sous-marine. Elle était enveloppée d’une légère vapeur phosphorescente qui laissait percevoir un terrain rocheux parsemé de blocs erratiques et de rangées d’oliviers. Ce rayonnement presque surnaturel contrastait avec l’horizon désert et vallonné que définissait la lune.” (p.14)

“Dans ces confins arides, la piscine était une minuscule pastille bleutée, paillette irisée, cellule vivante et miroitante, attenante à la maison en pierre rose.” (p. 19)

C’est non loin de là, dans le désert israélien, que se situe l’histoire du court-métrage Out of Nowhere, réalisé en 2012 par Isca Mayo et Maayan Tzuriel. Le film nous montre un vieux maître-nageur qui, désespérément, s’accroche à sa routine en surveillant sa piscine, totalement désertée et vidée depuis bien longtemps. Aveuglé sous un soleil de plomb, il devra à une poule la prise de conscience de l’absurdité de son quotidien, de sa solitude et de sa lassitude.

En Israël encore, dans le premier épisode de la série télévisée policière Sirènes (2014), des randonneurs découvrent, dans le désert, le corps dénudé et sans vie d’une femme au fond d’une piscine vide.

Poster
Tous droits réservés

Non loin de là, du côté égyptien, le duo d’artistes allemandes Sabine Haubitz et Stefanie Zoche (Haubitz+Zoche) a réalisé, entre 2002 et 2005, une série photographique dédiée aux hôtels de luxe abandonnés du Sinaï, dont certains possédaient une piscine, elle aussi, désormais, vide :

Dans le court-métrage Kareem’s Pool de Ahmad Bargouthi (2012), qui est associé à d’autres films dans le cadre du projet israëlo-palestinien Water, l’eau joue aussi un rôle crucial. Sa rareté en fait un objet de tensions géopolitiques : Kareem, 70 ans, est de retour en Palestine après 30 ans passé à Chicago. Il a construit une piscine remplie de l’eau d’une source qui coule sur ses terres. Ce cadre pastoral est un lieu de séjour pour les Palestiniens jusqu’à ce que des groupes de colons armés fassent irruption.

Kareem's Pool - Poster
Tous droits réservés

Pour terminer ce voyage en terres désertiques, il me reste à vous présenter une installation réalisée en 2014 par l’artiste autrichien Alfredo Barsuglia (*1980).

Alfredo Barsuglia parJohannes Siglär, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons

Baptisée Social Pool, cette petite piscine blanche et très sobre a été placée par l’artiste dans le désert de Californie du Sud, dans l’esprit du mouvement land art. Si cette installation était accessible à tous, il fallait toutefois prévoir de parcourir une longue distance à pied pour l’atteindre, de se procurer préalablement une clé et, en l’absence volontaire de toute signalétique, de demander les coordonnées GPS correspondantes dans un musée de la région, le MAK Center for Art and Architecture de West Hollywood. Les 5,3m3 d’eau que contenait la piscine étaient chauffés grâce à des panneaux solaires et filtrés par un système automatique. Les utilisateurs s’engageaient à remettre environ 4 litres d’eau pour compenser l’évaporation due à leur baignade. Après que  sa localisation a été divulguée sur Internet, l’œuvre d’Alfredo Barsuglia a malheureusement été vandalisée, puis brûlée. Des fonds sont levés depuis sur les réseaux sociaux afin de reconstruire cette oasis collective et modeste (3,35m de long sur 1,5m de large pour une profondeur de 1,5m), bien loin des ostentatoires piscines californiennes réservées à une élite fortunée.

La vocation de la Social Pool était d’ailleurs tout autant de rafraîchir des randonneurs motivés que de les faire réfléchir, tandis qu’ils cheminaient à travers le désert, sur les valeurs de la société capitaliste et consumériste.


Un court-métrage chorégraphique intitulé Butterfly et réalisé par Mesha Kussman a été tourné en 2015 sur le lieu de la Social Pool, avec l’autorisation de l’artiste. Dans le désert, deux nymphes futuristes et sexy arrivent à moto et trouvent un portail aquatique et le traversent pour se rendre dans un autre univers.

Alfredo Barsuglia avait déjà proposé, en 2008, une réflexion sur le thème de l’apparence, des injonctions sociales, du bien-être et de la consommation en ensevelissant partiellement, dans une dune de la Lucerne Valley, un spa appelé Oderfla Beauty Resort.

Arts Oasis: Oderfla Beauty Resort by Alfredo Barsuglia
(c) Alfredo Barsuglia, tous droits réservés

L’approche minimaliste et éco-responsable prônée par l’artiste autrichien ne semble toutefois pas pas avoir inspiré les concepeteurs du défilé Yves Saint-Laurent qui s’est dérouléle 15 juillet 2022 dans le désert d’Agafay au Maroc. Le directeur arstistique de la maison, Anthony Vaccarello, y a présenté sa collection printemps-été 2023 pour hommes. La scénographie é été confiée à l’artiste britannique Es Devlin, qui a fait défiler les mannequins autour d’un grand disque d’eau, créant ainsi une oasis éphémère. Si l’aspect spectaculaire de l’événement fut une réussite, son impact environnemental a suscité de nombreuses réactions indignées, que réfute le groupe de luxe Kering :

Nous voici parvenus au terme de ce parcours à travers le sable et les rochers, en espérant que, grâce aux diverses oasis et piscines croisées, vous ne vous trouvez pas trop déshydratés en cette fin d’article.

Tongue desert GIF by William Garratt

Anne-Sophie Gomez, mai 2021, article mis à jour en mai 2023



Citer ce billet
Anne-Sophie Gomez (2021, 5 mai). Piscines dans le désert. La piscine en textes, en sons, et en images. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bayh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.