Bienvenue au parc aquatique

Les parcs aquatiques sont une destination appréciée, en famille comme entre amis. On aime s’y amuser et expérimenter les sensations fortes promises par le dédale plus ou moins impressionnant et vertigineux que forment les tubes colorés. Ces toboggans que l’on dévale à grands cris, sitôt que le maître-nageur nous donne son feu vert, sont sources de frissons populaires depuis longtemps.

Triton’s Fury Waterslide, Corey Coyle, CC BY 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/3.0>, via Wikimedia Commons

En Russie, à St-Petersbourg notamment, on glissait déjà au XVIIe siècle – et même plus tôt selon certains historiens – sur de l’eau, certes gelée, assis sur de petites luges, le long de plans inclinés, d’où le terme de « montagnes russes », l’ancêtre des attractions foraines du même nom.

The boy travellers in the Russian empire- adventures of two youths in a journey in European and Asiatic Russia, with accounts of a tour across Siberia.. (1886), Internet Archive Book Images, No restrictions, via Wikimedia Commons

Mais il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour voir des toboggans atterrissant dans l’eau. Le premier exemplaire de l’installation appelée « Shoot the Chute » a été construit en 1884 dans l’Illinois. La descente s’effectue dans de petits bateaux collectifs qui, au contact de l’eau, rebondissent à la surface, et dans lesquels les occupants restent habillés.

Miscellaneous Items in High Demand, PPOC, Library of Congress, Public domain, via Wikimedia Commons
Unknown author, 1910, Public domain, via Wikimedia Commons

L’invention plaît et se répand à travers les Etats-Unis, comme par exemple en 1896 à Coney Island.


Entre 1900 et 1910, ces installations se multiplient à travers le monde afin notamment de divertir les visiteurs des expositions internationales.

Venedig in Wien, Wasserrutsche, vers 1895, Bezirksmuseum Mariahilf, Unknown author, Public domain, via Wikimedia Commons
Afficher l’image source
Carte postale dessinée par Arthur Thiele, domaine public
Afficher l’image source
Carte postale dessinée par Arthur Thiele, éditions Ottmar Zieher, domaine public
Dépliant « Souvenir de l’exposition universelle et internationale de Gand, 1913 », A. Scheers, Public domain, via Wikimedia Commons

Puis, progressivement, les toboggans commencent à déboucher directement dans l’eau, nécessitant que l’on revête un maillot de bain. En 1923, Herbert Sellner, un fabricant de meubles originaire du Minnesota, inventa une roue puis un toboggan aquatique qui devint vite très populaire, aux Etats-Unis comme en Europe. On en installa sur des lacs, des plages et au bord des piscines.

Waterslide at Westboro Beach, 1920’s, Ross Dunn, CC BY-SA 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0>, via Wikimedia Commons
Fortepan — ID 11861: Adományozó/Donor: Unknown. Archive copy, Public domain, via Wikimedia Commons

A partir de la fin des années 1940, les premiers parcs aquatiques voient le jour Etats-Unis. Ces parcs regroupent tout d’abord des plongeoirs et des toboggans en extérieur, puis, quelques décennies plus tard, de nouvelles attractions se développent en intérieur, dans de vastes complexes très appréciés par les touristes.

Fun Mountain Waterpark, Winnipeg, 2003, Robert Linsdell from St. Andrews, Canada, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/2.0>, via Wikimedia Commons

Nous allons maintenant nous intéresser à la représentation des parcs aquatiques dans l’art et la popculture, notamment dans les bandes dessinées, les séries et les courts-métrages.

Signalons tout d’abord un album destiné aux tout petits et publié en 2018 aux éditions Marcel & Joachim. Dans Le Toboggan, Elsa Fouquier aborde les contraires de façon ludique grâce à un toboggan aquatique aux couleurs pop.

Afficher l’image source
Tous droits réservés

Du côté du cinéma, le directeur de la photographie et réalisateur canadien Evan Prosofsky a signé en 2013 Waterpark, un documentaire filmé en 16 mm dans le World Waterpark, un centre aquatique situé dans un gigantesque centre commercial d’Edmonton, dans l’Alberta, sur une bande originale de Dirty Beaches (Alex Zhang Hungtai). Le cinéaste capte l’atmosphère de ce lieu de divertissement de masse à l’exotisme et à l’artificialité ostentatoire, où il est même possible de surfer:

West Edmonton Mall, IQRemix from Canada, CC BY-SA 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0>, via Wikimedia Commons
Slides at World Waterpark, West Edmonton Mall, Qyd (talk · contribs), CC BY-SA 3.0 <http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/>, via Wikimedia Commons
Top view of Tsunami FlowRider surf simulator at the World Waterpark at West Edmonton Mall, Lake Nipissing, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons

Si toboggan rime avec amusement, les parcs aquatiques peuvent aussi être un lieu de tensions, notamment familiales, comme dans le court-métrage finlandais The Explosion of a Swimming Ring, de Tommi Seitajoki, sorti en 2020. Un couple et leur fille de 7 ans passent la journée dans un parc aquatique, mais ce qui devait être un moment de détente familial vire au règlement de compte entre les parents, jusqu’au point de rupture :

Parfois, le parc aquatique peut aussi être un refuge. Dans le long-métrage The Way, Way back (Cet été-là), comédie de Nat Faxon et Jim Rash (2013), le jeune Duncan, 14 ans, est un adolescent renfermé et mal dans sa peau, contraint de paser ses vacances d’été avec sa mère et le compagnon de celle-ci, désagréable et autoritaire. Afin d’échapper à ce dernier, Duncan se rend dans un parc aquatique appelé « Water Wizz ». Il y rencontre Owen, un employé sympathique et décontracté. À son contact, Duncan prend peu à peu confiance en lui et commence à s’affirmer.

Afficher l’image source
Tous droits réservés


Le parc aquatique peut aussi être un lieu de mystère, comme dans le cas de « Nautiland », la dystopie imaginée par Marine Blandin dans son album de 2011 (éditions Dlecourt), Fables nautiques.

Afficher l’image source

Fables nautiques, bd chez Delcourt de Blandin
(c) Marine Blandin, éditions Delcourt (2011)

Les habitants de ce dôme construit sur un ancien cimetière animalier ne peuvent quitter l’enceinte du parc dans lequel ils ont chacun.e leur routine (aquagym, sessions de jacuzzi, natation synchronisée, water-polo, toboggans), jusqu’à ce que de mystérieux événements se produisent, déréglant les habitudes et annonçant la destruction du lieu par une végétation devenue luxuriante et bientôt hors de contrôle.

Dans l’album Desert Park, de Thomas Humeau, paru en 2010 (éditions Manolosanctis), un homme se souvient de l’été de ses dix ans et de ses vacances étranges passées dans un parc aquatique dévasté par une tempête… Les piscines y étaient vides et les toboggans aquatiques impraticables, chargeant l’atmosphère d’inquiétude et de suspense.

Afficher l’image source
Tous droits réservés

Afficher l’image source

Afficher l’image source
(c) Thomas Humeau / Manolosanctis

Et même si les maîtres-nageurs sont censés veiller à la sécurité de tous, on court parfois de grands dangers dans les parcs aquatiques. Dans la saison 13 de la série animée South Park en 2009, un écoulement d’urine dans l’eau va provoquer un véritable raz-de marée, submergeant les baigneurs et provoquant la destruction du parc.

Retour à la littréature de jeunesse avec l’album norvégien Les Trois boucs au parc à ploufs, paru en 2015 aux éditions Cambourakis en version française et inspiré d’un conte populaire, trois boucs choisissent de passer leurs vacances au parc aquatique, mais ils devront y affronter un troll féroce.

Afficher l’image source
(c) Bjørn F. Rørvik, Gry Moursund, tous droits réservés

Et dans l’épisode des Simpsons qui se déroule dans un parc aquatique, les enfants ne semblent pas non plus particulièrement en sécurité, même  sous la surveillance d’un maître-nageur assez peu concerné :

Jérémy Macédo a quant à lui imaginé un court-métrage d’animation intitulé Polypous le toboggan tueur, dans lequel une petite armée d’enfants vengeurs munis de frites de natation part à l’assaut d’un toboggan particulièrement facétieux et cruel :

Dans le roman tiré de la série BD Les Sisters, Le parc à quoi tik, Marine est remarquée par une animatrice et va participer à un championnat au nom évocateur : « le toboggan de la frousse ».

Afficher l’image source
Bamboo éditions, tous droits réservés

De la frousse à l’effroi, il n’y a parfois qu’un pas, que franchissent allègrement Arthus Pilorget, Caroline Cherrier, Clemence Maret, Johan Ravit, Hugo Weiss dans leur séquence animée Jurassic Ploof, qui imagine un parc aquatique sur le thème de la préhistoire, dans lequel font soudain irruption des zombies sanguinaires :
Le film d’horreur Aquaslash, de Renaud Gauthier (2020), a été tourné au Super Aqua Club water park de Pointe-Calumet, au Canada. Le titre joue sur une parhomophonie, c’est-à-dire une proximité sonore, entre l’onomatopée « Splash » et le terme slasher, du verbe anglais to slash (couper, taillader), qui désigne un sous-genre du film d’horreur.  En voici le pitch : pour célébrer leur diplôme, les adolescents de la Valley Hills High School ont organisé, dans un ancien parc aquatique, une fête sur le thème des années 80. Et les choses deviennent horribles quand il s’avère qu’un mystérieux maniaque a inséré des lames de rasoir géantes dans les glissades d’eau. Le parc aquatique de Wet Valley est devenu le théâtre d’un bain de sang, et tout le monde est un suspect… Le gore extrême est juxtaposé au rock des années 80 dans ce film d’horreur sanglant à souhait (source : Fantasia International Film Festival)

Aquaslash Poster
Tous droits réservés

Mais certaines représentations de parcs aquatiques sont plus nuancées et véhiculent un message positif, quoique non dénué d’une dose humour corrosif. Water, court-métrage de la cinéaste israélienne Yuval Yefet, est une ode à la créativité enfantine : deux enfants jouent dans la piscine vide et désaffectée de la ville de Sderot, dans le sud d’Israël, quand l’un d’eux trouve un moyen de faire revivre le vieux toboggan hors d’usage :

Dans une publicité de 2008 pour les solutions de paiement sans contact de Barclays (Agence BBH, Londres), un homme (interprété par l’acteur britannique Robert Wilfort) expérimente, à l’issue de sa journée de travail, un nouveau moyen de transport pour regagner son domicile : un toboggan géant qui relie son bureau à sa maison, tout en lui permettant de faire ses courses et de passer par la bibliothèque. La ville, en l’occurrence São Paulo, où le spot a été tourné, y apparaît comme un gigantesque parc aquatique. La technologie sans contact, aui pouvait effrayer ou générer des réticences en 2008 se trouve ainsi associée à la simplicité et au plaisir.

Ce spot a connu un grand succès, notamment sur YouTube, au point de conduire à l’organisation d’un concours incitant les internautes à construire et à filmer leur propre toboggan aquatique. La vidéo qui remporta le concours (8-Bit Water Slide) était une parodie de jeu vidéo des années 1980, intégrée à un décor réél tiré de la vie quotidienne. Le concepteur de la vidéo remporta un voyage autour du monde pour découvrir les cinq toboggans aquatiques les plus incroyables jamais construits.

La parodie à l’esthétique rétro a elle-même été adaptée pour smartphone en 2015. Voici un extrait de l’argumentaire marketing : « Vous avez toujours voulu torturer un petit personnage de jeu vidéo sans défense ? Et bien maintenant vous pouvez le faire dans le premier jeu de glisse infini au monde ! Prenez le contrôle d’un TIPLER, qui hurle de peur, alors qu’il se précipite le long de cet impressionnant toboggan de la mort en pixels ».

Après une première tentative relativement basique, qui n’eut pas l’effet viral escompté, la campagne de Barclaycard inclut, à partir de 2009, un jeu pour iPhone, le « Waterslide express », développé par DS Fishlabs. Pensée comme une extension créative pour accroître la popularité de la vidéo initiale et contribuer à la promotion globale de son service de paiement, cette application capitalise sur l’attractivité visuelle et ludique du toboggan aquatique, que les joueurs dévalent en immersion.

Quant à l’épisode The Waterpark, tiré de la série d’animation Cyanide & Happiness, il met en scène un émouvant coming out, certes plutôt éprouvant pour les baigneurs engagés dans le toboggan, mais à l’issue heureuse, à l’opposé de la dislocation familiale dans The Explosion of a swimming ring :

Nous terminerons avec la photographie et la série Forever young, par Frank Bohbot, captée en 2018 dans un parc aquatique de Seignosse, dans les Landes. Ces images sont aussi visible en version vidéo, sur une musique de Michael Hearst. Avec ses couleurs pastel, la lumière estivale et les glissages filmées au ralenti, le parc et ses visiteurs semblent soustrait du temps, comme immortalisés dans une jeunesse éternelle et insouciante. Ces quelques instants font d’ailleurs aujourd’hui, en temps de pandémie et de privation de loisirs, l’effet d’une précieuse relique :

Autre angle d’approche, plus critique, chez le photographe autrichien Reiner Riedler, auteur de Fake Holidays, une série dans laquelle il met en évidence l’artificialité des décors dans les parcs à thème, notamment aquatiques, ainsi que leurs incohérences, par exemple dans sa photographie intitulée « Superman over Red Square, Turkey, 2006 » ou dans « Winter Beach, Blizzard Lounge, Florida, 2005 ». Aux yeux du photographe, de tels lieux de loisirs sont des espaces duplicables, vides et sans âmes,  malgré l »aventure » promise par le déploiement marketing. Un livre rassemblant ces photos est paru en 2009 aux éditions Moser.

Tous droits réservés

Pour les amateurs d’images en provenance de l’étranger, à défaut de pouvoir voyager soi-même comme où on le suhaiterait, le site Getty images propose de nombreuses photographies prises dans des parcs aquatiques à travers le monde, dont voici une sélection tirée de leur contenu « embarquable » :

People sliding in water tubes at the Water Park of America is inside the Radisson Hotel next to the Mall of America in Bloomington Minnesota (a suburb of Minneapolis) / Dan Anderson via Getty Images
ZHENGZHOU, CHINA: People play at a water park on July 22, 2018 in Zhengzhou, Henan Province of China. (Photo by VCG)
ountains run in the Aqua Park aboard the Norwegian Cruise Line’s Norwegian Epic ship as it sits docked at Pier 88 in New York, U.S., on Friday, July 2, 2010. The 1,100 foot long ship is the cruise lines newest, and it holds 4,100 guests and 1,730 crew. Photographer: Daniel Acker/Bloomberg via Getty Images
A tourist enjoy the Waterworld in Ayia Napa on May 25, 2013 in Ayia Napya, Cyprus. Waterworld themed waterpark is Europe’s largest themed waterpark (Photo by Hannes Magerstaedt/Getty Images)
Tourists enjoy the Waterworld in Ayia Napa on May 25, 2013 in Ayia Napya, Cyprus. Waterworld themed waterpark is Europe’s largest themed waterpark (Photo by Hannes Magerstaedt/Getty Images)
View of the sled ride Klondike Express. Wet ‘n’ Wild Toronto, reopens a revamped waterpark on the site that used to be known as Wild Water Kingdom. (Steve Russell/Toronto Star via Getty Images)
The new ride Caribbean Chaos is seven stories tall and takes 2-4 rides in a cloverleaf raft down a drop onto the wave at near vertical grade. Wet ‘n’ Wild Toronto, reopens a revamped waterpark on the site that used to be known as Wild Water Kingdom. (Steve Russell/Toronto Star via Getty Images)
NOVOSIBIRSK, RUSSIA (2016) : People in a swimming pool at Kvarsis Akvamir, the largest indoor water park in Russia. Kirill Kukhmar/TASS (Photo by Kirill Kukhmar\TASS via Getty Images)
The waterslide ride at Ontario place that will be closed this summer. Minister of Tourism,Culture and Sport and Finance Minister Dwight Duncan held a press conference at queens park on the revitalization of Ontario Place.The waterpark and the Cinesphere and amusement rides will be closed.They also say that Ontario place will be available for use at the 2015 Pan am games (Photo by Colin McConnell/Toronto Star via Getty Images)

Anne-Sophie Gomez, mai 2021


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.