Faire la fête à la piscine : le motif de la «Pool Party»

Pool Party Dance GIF by Simon Super Rabbit
via Giphy

Les points d’eau tels que les bassins et les fontaines constituent des lieux de rassemblement et de convivialité appréciés de longue date. On aime s’y retrouver, y écouter ou y jouer de la musique, y bavarder ou encore y partager un repas en bonne compagnie.

Albrecht Dürer, vers 1496-1497, “Das Männerbad”, Public domain, via Wikimedia Commons

À la cour, on implanta de somptueux bassins dans les jardins des châteaux et on les utilisa parfois pour organiser des spectacles destinés à divertir les convives. En mémoire de ce qui se pratiquait dans l’Antiquité romaine à la gloire de l’Empereur, on se remit à proposer des « naumachies », terme issu du grec ancien et signifiant « batailles navales », au cours desquelles des bateaux s’affrontent non plus en mer ou dans des amphithéâtres, mais sur les plans d’eau des jardins ou devant les palais, au cours d’impressionnantes et coûteuses mises en scènes de combats, entre-temps plus proches de la joute ludique que de l’affrontement guerrier.

La naumachie du Jardin du duc de Chartres, source https://www.histoires-de-paris.fr/naumachie-jardin-duc-chartres/
Naumachie devant la Neue Residenz de Halle (Saxe-Anhalt) vers 1735, Public domain, via Wikimedia Commons

Dans un essai intitulé “Eine kleine Philosophie des Festes” / “Une petite philosophie de la fête” (in Zukunft braucht Herkunft, 2003), le philosophe allemand Odo Marquard (1928-2015) définissait  la fête comme un « moratoire du quotidien », c’est-à-dire comme un état d’exception qui cherche à s’absolutiser.

Afficher l’image source
Reclam Verlag, tous droits réservés

Aujourd’hui, si l’on continue à aimer faire la fête en grand format à proximité immédiate de l’eau, à l’occasion notamment des feux d’artifices tirés l’été ou pour le Nouvel An depuis des lacs ou des plans d’eaux, les rassemblements autour des piscines sont généralement plus restreints et concernent le cercle familial ou amical, toutes générations confondues, comme en témoignent par exemple les tableaux du peintre américain Eric Fischl (*1948). Organiser une « pool party » suppose toutefois d’appartenir à un milieu aisé et de vivre sous un climat favorable. C’est le cas en Californie ou dans le sud de la France, où de nombreux photographes ont documenté des fêtes entre célébrités, comme par exemple dans la villa de l’entrepreneur et jet-setter américain d’origine franco-italienne Jean alias Johnny Pigozzi.

Pool Party
Tous droits réservés, New York, Rizzoli, 2016

On pense aussi bien sûr à la “Neptune Pool”, la piscine du Hearst Castle à San Simeon, où a été tournée en 2014 la vidéo pour la chanson G.U.Y de Lady Gaga.

Hearst Castle, San Simeon, California, USA, by Jim G from Silicon Valley, CA, USA, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/2.0>, via Wikimedia Commons

Les fêtes dans les piscines ont en effet beaucoup inspiré les vidéos musicales, au premier degré et avec une forte sexualisation du corps féminin dans le r’n’b et le hip-hop (Pool Party de Dorrough Music par exemple) ou avec une tonalité plus parodique, comme celle réalisée pour le groupe de pop danois Aqua et sa célèbre chanson “Barbie girl” en 1997 :

Plus récemment, le chanteur Tibz a aussi mis en scène une fête entre amis au bord de la piscine d’une villa, avec les cocktails, le chahut et les éclaboussures de rigueur  (à partir de 2’07) :

En plus d’Eric Fishl, évoqué plus haut, de nombreux peintres et photographes ont aussi traité le thème de la fête aquatique, comme Ryan Schude dans son tableau vivant de 2010, en collaboration avec Lauren Randolph.

On évoquera aussi les récents tableaux d’Alexandra Djokic, de Tracey Sylvester Harris,  d’Anneke Chan et celui de Marc Quinn, History Painting (Chaos) McKinney Pool Party (2018) dont le titre fait référence à un fait divers survenu en 2015 au Texas : tandis qu’il répondait à des appels signalant l’intrusion de dizaines d’individus dans une propriété privée, un agent de police de McKinney, le caporal Eric Casebolt, a été filmé en train de maîtriser violemment Dajerria Becton, une jeune fille noire de 15 ans  en maillot de bain. Il a ensuite dégainé son arme de poing sur des témoins adolescents non armés. La scène a été filmée et postée sur YouTube. En l’espace de quelques heures, elle a été vue par des millions de personnes. Casebolt a été mis en congé administratif dans l’attente d’une enquête avant de démissionner quelques jours plus tard. L’incident a déclenché des manifestations à McKinney auxquelles ont participé des centaines de personnes. Un grand jury a refusé d’inculper l’officier. Le tableau de Quinn représente toutefois moins la fête et la piscine en soi que le chaos, notamment médiatique, qui lui a succédé au risque d’occulter l’importance et de brouiller la portée de l’événement initial.

Au théâtre, le dramaturge britannique Mark Ravenhill a créé en 2006 au Drum Theatre de Plymouth une pièce intitulée Pool (no water), dont voici l’argument : une célèbre artiste invite des amis de longue date dans sa luxueuse villa avec piscine. Pour un soir, le groupe d’amis s’est reformé et fait semblant de mener une vie heureuse, libre et insouciante, bien qu’ils aient tous vieilli et qu’ils soient moins aisés socialement que leur hôtesse. Mais un terrible accident vient mettre un terme à cette nostalgie et plonge leur amie dans le coma, poussant  le groupe à prendre une décision radicale. Pourrait-elle, suite à cet accident, devenir la plus grande de leurs œuvres ? Est-ce leur seule chance de succès ? Ici, la piscine, symbole de réussite sociale et de loisir, est vidée de son eau. Le lieu de la fête devient un espace mortifère, un caveau carrelé.

Pool , No Water by Mark Ravenhill - Biz Books
Tous droits réservés

François Bégaudeau a lui aussi écrit une pièce réunissant, autour d’une piscine, des personnages confrontés au passage du temps. Dans Piscine(s) (2020), l’auteur écrit la chronique acidulée d’une société comme endormie. Nous y suivons Paul, Sarah, Suzanne, d’autres encore, qui voient passer les années, les fêtes, les anniversaires, se voyant vieillir et avancer dans la vie, d’apéritifs en siestes, de discussions en souvenirs, au bord d’une piscine. Avec ce motif narratif inquiétant et fantastique : plonger dans une piscine à une période de sa vie, en ressortir dans une autre. [source : https://comedie-colmar.com/la-saison/spectacles/piscine-s/creation]. Cette création, dont vous pourrez télécharger ici le dossier artistique, n’est pas sans faire écho au film The Swimmer, de Frank Perry et Sydney Pollack (1968), d’après la nouvelle éponyme de John Cheever (1964).

Du côté des longs-métrages, la liste des films contenant une scène de fête à la piscine serait très longue, c’est pourquoi nous nous contenterons de citer La la land, Boogie Nights, et bien sûr The Party, de Blake Edwards (1968), avec sa scène d’anthologie :

Afficher l’image source
Tous droits réservés

Concernant l’animation, en pense à la mémorable fête organisée en l’honneur de Melvis dans Hôtel Transylvania en 2012 :

Du côté des séries, Kaboul Kitchen, créé en 2012, contient de nombreuses scènes de piscine. Le deuxième épisode de la saison 1 s’intitule d’ailleurs « La Piscine ». Jacky, patron du Kaboul Kitchen, le restaurant qui donne son nom à la série, doit faire face aux problèmes de voisinage que provoque cette piscine, autour de laquelle sont organisées de nombreuses fêtes entre expatriés.

Filmotech - Kaboul Kitchen - Saison 1


Parmi les oeuvres plus “confidentielles” mettant en scène une fête dans une piscine se trouve un film suisse de Seob Kim Boninsegni, Occupy the Pool (2015, 74′) : les acteurs non professionnels de ce film ont été suivis par le réalisateur depuis 2010. Entre documentaire et fiction, ce film s’intéresse à un groupe de jeunes adultes passant de fêtes en fêtes jusqu’à l’occupation d’une piscine pour y faire la fête.


Si les fêtes à la piscine évoquent dans l’imaginaire collectif la joie et les rires, il arrive aussi que la fête dérape ou suscite le malaise, comme dans le court-métrage israélien Yoter de Yuval Yefet (2012), dans lequel une sœur organise, en marge de l’anniversaire de son fils, une rencontre pour son frère Michael, surnommé « Cheli », timide et en surpoids, dont l’embarras, sitôt arrivé sur le lieu de la fête, est palpable :

Le film complet est visible ici, en hébreu sous-titré en anglais.

Nika, le personnage principal de Pool Party, de Polina Buchak (2019) connaît les même difficultés d’acceptation d’elle-même et de son physique, en l’occurrence d’une grande cicatrice sur son ventre, qu’elle cache jusqu’au jour où une invitation à une fête aquatique va la déstabiliser et la confronter à ses complexes :

Même déclic pour Melvin, le jeune héros de Waterbaby, un court-métrage indien de Pia Shah (2016, 15′). Invité à la fête d’anniversaire de la nouvelle élève de sa classe, dont il est aussitôt tombé amoureux, Melvin, écolier à Goa, devra surmonter sa peur de l’eau et les moqueries de ses camarades.

Waterbaby (2016) - IMDb

Le réalisateur américian Joel Garber a co-écrit avec Robin Hardy et  Maccabee Montandon un film intitulé The Pool Party (2018, 10′). Une femme récemment divorcée organise un brunch pour présenter ses frères à son nouveau petit ami, mais les tensions s’intensifient lorsque son ex-mari, qu’ils adorent, arrive sans avoir été invité. La fête vire au cauchemar pour le personnage interprété par Robin Hardy :

Dans le caustique Sorry About Your Wife, court-métrage de Luke Davies (2018, 6′), Felix apprend pendant une “pool party” huppée à Hollywood, l’infidélité de sa femme. La situation et le décor ne sont pas sans rappeler les photographies de Slim Aarons, notamment celles prises au bord de la piscine de la Kaufmann Desert House à Plam Springs. Humilié, d’autant plus que tout le monde semble déjà au courant, et poussé dans ses retranchements, Felix va enfin avoir le courage de répliquer et de faire des vagues, et ce au sens propre du terme pourrait-on dire :

En 2019, Milda Baginskaite a réalisé un court-métrage intitué Pink Pool, qui raconte l’histoire de la jeune Agnès, qui  a invité des amis pour fêter ses 18 ans autour de sa piscine. Mais personne ne vient. Ce film traite de façon grinçante de la dépendance aux réseaux sociaux et à la quête éperdue de popularité chez les adolescents, dont les conséquences peuvent être extrêmes et funestes :

By The Pool, film lituanien de Laurynas Bareiša (2017, 16′), raconte la soirée d’un groupe d’adolescents qui loue une maison avec un sauna et une piscine pour y faire une fête. On danse, on boit,  on parle. Lorsque la fête se termine, tout le monde s’en va. Le matin, les femmes de ménage viennent nettoyer la maison. Elles y découvrent  une fille qui cherche un bouton de son pantalon déchiré, et comprennent qu’elle a subi une agression.

“By thThe Pool”, tous droits réservés

Dans The Pool Party (Estakhr Party – استخر پارتى), réalisée par la réalisatrice iranienne Sara Zandieh (2010), un employé de maison doit nettoyer, peindre et remplir la piscine à temps pour l’anniversaire de la fille de sa riche patronne. Il finira par se rebeller pour retrouver sa dignité :

Pool Party (Estakhr Party) by Sayeed Ali Hassani: Amazon.fr: Sayeed Ali Hassani, Mojgan Taraneh, Armita Moradi, Farzad Shojai, Sara Zandieh: DVD & Blu-ray
Tous droits réservés

Dans Garden Party, court-métrage d’animation français nominé aux Oscars en 2018, les bassins semblent investis par des batraciens en l’absence de toute présence humaine. Sans dévoiler la chute (âmes sensibles, attention !), nous pouvons dire que la fête, dans cette luxueuse villa, a mal tourné :

Autre fin de “party” à l’issue tragique, “Death of a Collector“, l’installation du duo de plasticiens Emlgreen & Dragset a marqué les esprits lors de la Biennale de Venise en 2009. Un homme fortuné, collectionneur d’art, flotte dans sa piscine tout habillé, victime d’une mystérieuse noyade. Une autre “mort à Venise”, en référence à la nouvelle éponyme de Thomas Mann, mais qui fait aussi écho au tableau de David Hockney Portrait of an artist (Pool with Two Figures), dans lequel  un corps immergé est regardé en surplomb.

Death of a Collector, 2009, by Elmgreen & Dragset at the 53rd Venice Biennale, by Paolo Tonon, via Wikimedia Commons

On franchit un degré supplémentaire dans l’effroi avec le film d’horreur Aquaslash, de Renaud Gauthier (2020). Le titre joue sur une parhomophonie, c’est-à-dire une proximité sonore, entre l’onomatopée « Splash » et le terme slasher, du verbe anglais to slash (couper, taillader), qui désigne un sous-genre du film d’horreur.  En voici le pitch : pour célébrer leur diplôme, les adolescents de la Valley Hills High School ont organisé, dans un ancien parc aquatique, une fête sur le thème des années 80. Et les choses deviennent horribles quand il s’avère qu’un mystérieux maniaque a inséré des lames de rasoir géantes dans les glissades d’eau. Le parc aquatique de Wet Valley est devenu le théâtre d’un bain de sang, et tout le monde est un suspect… Le gore extrême est juxtaposé au rock des années 80 dans ce film d’horreur sanglant à souhait (source : Fantasia International Film Festival)

Aquaslash Poster
Tous droits réservés

Un autre film d’horreur au titre évocateur, Pool Party Massacre, de Drew Marvick, avait déjà exploré, en 2017, le thème de la fête sanglante. Ce qui avait commencé comme une journée de détente estivale au bord de la piscine pour Blair Winthorpe et ses amis tourne au cauchemar lorsqu’un tueur inconnu commence à les traquer et à les assassiner un par un.

Pool Party Massacre Poster
Tous droits réservés

Poursuivons dans le genre horrifique avec Frissons (Shivers) du réalisateur canadien David Cronenberg en 1975. Dans une scène d’orgie, les habitants malades d’une résidence canadienne se précipitent sur l’homme qui tentait de les sauver et le contaminent lui aussi fatalement :

Sur cette note fantastique qui résonne toutefois étrangement en période de pandémie, c’est terminé pour ce thème certes estival mais pas toujours aussi léger et festif qu’il n’y paraissait au départ.

En guise de bonus, je vous propose :

– une référence d’album jeunesse malicieux, La Piscine magique, de Carl Norac (texte) et Clothilde Delacroix (illustrations) : c’est la fête et quelques invités du roi Lion ont, pour l’occasion,  le privilège de pouvoir utiliser sa piscine magique. Son contenu se transforme en fonction du souhait de celui qui y plonge. Attention à la chute !

Editions Didier Jeunesse, 2016, tous droits réservés

– une sélection de photographies tirées du contenu « embarquable » du site Getty Images :

British drummer Keith Moon (1946 – 1978) of rock band The Who attending a pool party with friends, UK, 17th July 1978. (Photo by Evening Standard/Hulton Archive/Getty Images)
A general view at the Renaissance Hotel Pool Party at Jeffrey Sanker’s 2018 White Party on April 28, 2018 in Palm Springs, California. (Photo by Tibrina Hobson/Getty Images)
Guests at the ACM Pool Party For A Cause on April 1, 2017 in Las Vegas, Nevada. (Photo by Frazer Harrison/Getty Images for ACM)
Normandy Village—Typical of the hotels that dot the desert is this deluxe retreat built around a swimming pool. Almost every hotel in Palm Springs has a large pool. There are probably more of them per capita than in any other city in the world.
1983 Ken Caryl Jr. High School students enjoy a Friday night pool party Credit: The Denver Post (Denver Post via Getty Images)
General atmosphere at the Jockey x Victoria Arlen Collection Launch Party at SIXTY Beverly Hills on September 26, 2019 in Beverly Hills, California. (Photo by Rodin Eckenroth/Getty Images)
1970s 6 TEENS AROUND SWIMMING POOL LISTENING TO GIRL PLAYING GUITAR (Photo by H. Armstrong Roberts/ClassicStock/Getty Images)
Synchronized swimmers perform during the IIzipizi X Sunny Life Pool Party, Music By Odalys And Special Performance By Aqualillies – Paraiso Miami Beach at the Plymouth Hotel Miami on July 13, 2019 in Miami Beach, Florida. (Photo by Aaron Davidson/Getty Images for Paraiso Miami Beach)

– quelques gifs d’illustrateurs

limegreenzombie animation design summer illustration GIF
limegreenzombie animation, via Giphy
Animation Domination Dog GIF
Domination Dog, via Giphy
GIF by James Curran
GIF by James Curran, via Giphy

Anne-Sophie Gomez, mai 2021

Bibliographie et sitographie :

Marquard, Odo, “Eine kleine Philosophie des Festes”/”Une petite philosophie de la fête”, in Zukunft braucht Herkunft. Philosophische Essays, Reclam Verlag, Ditzingen, 2003.

Pigozzi, Johnny, Pool Party, New York, Rizzoli, 2016.

Stoppard, Lou (dir.), Pools : lounging, diving, floating, dreaming : picturing life at the swimming pool, New York, Rizzoli, 2020, avec une préface de Leanne Shapton.

Teicher, Jordan, “This Epic Party Shot Took 60 Frames and Lots of Champagne. A pool party goes awry in Ryan Schude’s meticulously crafted photo”, 2015 : https://www.wired.com/2015/07/ryan-schude-pool-party/

Yablonsky, Linda,  Herbert, Martin (et. al.), Elmgreen & Dragset, Londres, Phaidon Press, 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.