Archives de catégorie : Billets

Papillon [F. Miailhe]

Titre : Papillon

Tous droits réservés

Réalisation : Florence Miailhe (*1956)

Scénario : Florence Miailhe [librement inspiré de l’histoire d’Alfred Nakache]

Année : 2024

Durée : 15′

Pays : France 🇫🇷

Langue : français

Genre : fiction animée

Couleur/Noir et blanc : Couleur

Distribution/casting : –

Musique :  Pierre Oberkampf

Synopsis : Un homme nage. Au fur et à mesure de sa progression, les souvenirs remontent à la surface. De sa petite enfance à sa vie d’homme, tous ses souvenirs sont liés à l’eau. Certains sont heureux, d’autres glorieux, d’autres traumatiques. Cette histoire sera celle de sa dernière nage. Elle nous mènera de la source à la rivière – des eaux des bassins de l’enfance à ceux des piscines – d’un pays d’Afrique du Nord aux rivages de la Méditerranée – des stades olympiques aux bassins de rétention d’eau – des camps de concentration aux plages rêvées de la Réunion. L’homme finira par disparaître dans le bleu infini de la mer.

A man swims in the sea. This brings back memories. They are all connected to water, from his early childhood to his adult life. This will be the story of his last swim.

En el mar, un hombre nada. A medida que avanza, los recuerdos remontan a la superficie. Desde su infancia hasta su vida como adulto, sus recuerdos están unidos al agua. Algunos son agradables, otros gloriosos, otros traumáticos. Esta historia es la de su último baño. Nos llevará desde la fuente del río -desde las piscinas infantiles hasta las piscinas de natación- de un país del Norte de África, hasta las costas del Mediterráneo -desde los estadios olímpicos hasta las cuencas de retención de agua, desde los campos de concentración hasta las playas soñadas de la Isla de la Reunión. El hombre acabará desapareciendo en el infinito azul del mar.

Im Meer schwimmt ein Mann. Während er sich fortbewegt, kommen die Erinnerungen an die Oberfläche. Von seiner frühen Kindheit bis zu seinem Leben als Mann sind alle seine Erinnerungen mit dem Wasser verbunden. Einige sind glücklich, andere ruhmreich und wieder andere traumatisch. Diese Geschichte wird die Geschichte seines letzten Schwimmens sein. Sie führt uns von den Konzentrationslagern zu den Traumstränden von La Réunion.

Mots-clé : nageur, souvenirs, enfance, traumatismes, eau, mer, piscine, compétition, victoire, Alfred Nakache, nazisme, camps de concentration, deuil, hommage, mémoire

Liens utiles : https://www.unifrance.org/film/58615/papillon

https://xbofilms.com/nageur-papillon/

Où voir ce film : https://vimeo.com/912218480 (bande-annonce)

Film complet (jusqu’au 08.08.2025) : https://www.arte.tv/fr/videos/107847-000-A/papillon/

 

 

Die spürst du nicht

Titre : Die spürst du nicht

Tous droits réservés

Auteur.ice :  Daniel Glattauer (1960)

Pays : Autriche 🇦🇹

Edition : Zsolnay

Ville(s) : Vienne

Année : 2023

Genre : fiction, roman

Nombre de pages : 304 p.

Résumé : Les Binder et les Strobl-Marinek s’offrent des vacances exclusives en Toscane. Pour contrer l’ennui, leur fille Sophie Luise, 14 ans, a pu emmener avec elle sa camarade d’école Aayana, une réfugiée somalienne. À peine le temps de se mettre dans l’ambiance des vacances avec du prosecco et des antipasti que la catastrophe survient. Quelle est la valeur d’une vie humaine ? Et toutes les vies se valent-elles ? Glattauer dresse un tableau des mœurs de notre société privilégiée, démasque sa double morale et prête sa voix à ceux qui ont trop rarement la parole.

Die Binders und die Strobl-Marineks gönnen sich einen exklusiven Urlaub in der Toskana. Tochter Sophie Luise, 14, durfte gegen die Langeweile ihre Schulfreundin Aayana mitnehmen, ein Flüchtlingskind aus Somalia. Kaum hat man sich mit Prosecco und Antipasti in Ferienlaune gechillt, kommt es zur Katastrophe. Was ist ein Menschenleben wert? Und jedes gleich viel? Glattauer zeichnet ein Sittenbild unserer privilegierten Gesellschaft, entlarvt deren Doppelmoral und leiht jenen seine Stimme, die viel zu selten zu Wort kommen.

Mots-clé : vacances, Toscane, Autrichiens, privilèges, réfugiés, baignade, piscine, noyade, société, critique, médias

Liens utiles : https://www.hanser-literaturverlage.de/buch/daniel-glattauer-die-spuerst-du-nicht-9783552073333-t-5117 (on peut y entendre des extraits lus en allemand → Hörprobe)

 

L’Oro dei giorni

Titre : L’Oro dei giorni

Réalisation : Léa Délbes, Greta Nani, Michele Silva, Federico Frefel

Scénario : Léa Délbes, Greta Nani, Michele Silva, Federico Frefel

Année : 2017

Durée : 31′

Pays : Italie 🇮🇹

Langue : italien

Genre : documentaire

Couleur/Noir et blanc : Couleur

Distribution/casting : –

Synopsis : Le cycle naturel de la vie rapporté à une piscine en plein air, de ces endroits qui ne vivent que trois mois par an. Chronique faite de rencontres estivales éphémères dans une banlieue, quand souvenirs, habitudes, espoirs et illusions se rassemblent.

Una giornata in una piscina comunale di Milano, spesso l’unica chance di vacanza e relax per tanti cittadini. Il racconto di un ciclo naturale di una piscina estiva, un luogo che vive solo tre mesi l’anno e in cui si riversano ricordi, abitudini, speranze e illusioni di chi lo frequenta saltuariamente, chi lo intende come luogo di socialità e occasione di esibizione o semplicemente di evasione. Cronache di incontri più o meno casuali di un’estate in un quartiere periferico, il momento opportuno per tentare di allontanarsi da problemi e pensieri.

Citation/note d’intention : Con L’oro dei giorni abbiamo voluto raccontare allo stesso tempo un luogo e un periodo, in senso concreto e in senso figurato. Immergendoci nella quotidianità del Centro Balneare Scarioni a Niguarda ci siamo trovati ad essere partecipi di un microcosmo, dove stringendo amicizia con giovani tatuati e bagnini muscolosi, con vecchi milanesi e famiglie sudamericane, siamo pian piano stati ammessi a raccontare ed essere parte di questa dimensione parallela ma comunicante col quartiere popolare che la circonda”. (Léa Delbès, Federico Frefel, Greta Nani, Michele Silva) [“Avec L’oro dei giorni, nous avons voulu raconter l’histoire d’un lieu et d’une époque à la fois, au sens concret et au sens figuré. En nous immergeant dans la vie quotidienne du Centro Balneare Scarioni à Niguarda, nous nous sommes retrouvés à participer à un microcosme où, en nous liant d’amitié avec de jeunes tatoués et des maîtres-nageurs musclés, de vieilles familles milanaises et sud-américaines, nous avons été progressivement autorisés à raconter et à faire partie de cette dimension parallèle qui communique avec le quartier ouvrier environnant”.]

Mots-clé : été, piscine en plein air, piscine publique, Milan, Italie, chronique, documentaire, saison, baigneurs, ville, banlieue, détente, évasion, portraits, témoignages

Liens utiles : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/19165

Où voir ce film : https://youtu.be/BMw586L9JDQ?si=NznvY3mhM9eD_rrM (bande-annonce)

https://youtu.be/klKeunP2vAg?si=SeyFviz-YsZkRsXT (film complet, en italien)

Saint-Désir l’Exil

Titre : Saint-Désir l’Exil

Écriture : Natacha Nisic (*1967)

Réalisation : Natacha Nisic

Année : 2020

Durée : 9’15

Pays : France 🇫🇷

Langue : français

Genre : documentaire expérimental

Couleur/Noir et blanc : couleur

Distribution/casting : –

Synopsis : “Au cœur de Saint-Désir l’Exil se trouve une piscine. Au cœur de la piscine se trouvent les corps nocifs. À côté de la piscine, ma maman vit ses derniers instants sous le soleil.” (Natacha Nisic)

“In the heart of Saint-Désir l’Exil there is a swimming pool. In the heart of the pool are the noxious bodies. Next to the pool, my mother lives her last moments under the sun.” (Natacha Nisic)

Mots-clé : femme, vieillesse, fin de vie, centrale nucléaire, eau, toxicité, documentaire, mémoire, catastrophe, enfance, France, vallée du Rhône, environnement, industrie, pollution

Liens utiles : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/70828

https://natachanisic.net/exprimental-film-artsit-woman-nuclear-memory/

La Municipale

Titre : La Municipale

Réalisation : Philippe Gracia

Année : 2013

Durée : 52′

Pays : France 🇫🇷

Langue : français

Genre : documentaire

Couleur/Noir et blanc : couleur

Distribution/casting : –

Synopsis : Coincée entre un quartier populaire et le centre-ville de Toulouse, la vieille Dame, à bientôt quatre-vingts ans, se porte bien. Elle, c’est la piscine municipale où, toute l’année, nageurs et baigneurs se succèdent. L’été s’avance. Soleil, détente et farniente en sont le triptyque apparent. En toile de fond, la serviette d’à côté où est posée “la différence”. Et pour ceux qui restent là, le début d’un voyage immobile.

Mots-clé : France, Toulouse, ville, baignade, piscine municipale, piscine Alfred Nakache, loisirs, société, sociologie, mixité sociale, loisirs, été, chaleur, portraits, lieu de mémoire, natation, histoire

Liens utiles : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/38756

Les Thermes de pierre

Titre : Les Thermes de pierre

Réalisation : Richard Copans

Année : 2000

Durée : 26′

Pays : France 🇫🇷

Genre : documentaire

Langue : français

Casting/distribution : –

Synopsis : À Vals, entre Zurich et Locarno, on exploite depuis un siècle une eau qui jaillit de la montagne à 29 °C. Dans les années 90, la fréquentation du complexe touristique et thermal est en chute constante. La commune décide de construire un nouvel établissement et choisit le projet de Peter Zumthor. Le bâtiment est d’abord un volume : un parallélépipède à flanc de montagne, qui semble à moitié enfoui, avec de larges ouvertures ressemblant à des failles. Si l’on s’approche, les couches de gneiss se superposent et tracent des lignes horizontales semblables. Une précision que l’on retrouve à l’intérieur des grands bains, le long des terrasses…

Las Termas de Vals es un edificio construido en Suiza por el arquitecto Peter Zumthor en 1996. Se trata, como su propio nombre indica, de un complejo termal que se sitúa en la loma de una pronunciada ladera del valle, integrándose con ella y apareciendo con forma de búnker con una serie de perforaciones desde las que se puede contemplar el paisaje de todo el valle. El interior de las Termas emula el interior de la tierra, con espacios iluminados cenitalmente mediante unas grietas que introducen una luz irreal. También aparecen los vasos de spa y termas como si fueran lagos de agua subterránea en el interior de una cueva, generando espacios de descanso y quietud adecuados para su uso.

Mots-clés : documentaire, Vals, village, vallée, Suisse, source, eau thermale, thermes, thermalisme, tourisme, architecture, Peter Zumthor, pierre, roche, gneiss, bâtiment, lumière, montagne, minimalisme, monolithe

Liens utiles : https://imagesdelaculture.cnc.fr/-/thermes-de-pierre-les-

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/15010

https://aquacult.hypotheses.org/7399 [lien vers la notice d’un roman graphique parlant des lieux où se passe le documentaire]

Où voir ce film ? https://imagesdelaculture.cnc.fr/-/thermes-de-pierre-les- (extrait)

Film complet : https://vimeo.com/21672926

En intégralité aussi sur Arte Campus (avec identifiants institutionnels) : https://campus.arte.tv/program/architectures-les-thermes-de-pierre

Poolman [C. Pine]

Titre : Poolman

Réalisation : Chris Pine

Scénario : Chris Pine, Ian Gotler

Année : 2023

Durée : 1h40′ (100′)

Pays : États-Unis 🇺🇸

Langue : anglais

Genre : fiction

Couleur/Noir et blanc : Couleur

Distribution/casting : Chris Pine, Annette Bening, DeWanda Wise, Stephen Tobolowsky, Clancy Brown, John Ortiz, Ray Wise, Jennifer Jason Leigh, Danny DeVito

Synopsis : Darren Barrenman passe ses journées à s’occuper de la piscine de la résidence Tahitian Tiki dans la ville ensoleillée de Los Angeles et à s’incruster dans les réunions du conseil municipal avec ses voisins Jack et Diane. Bientôt, Barrenman découvre le plus grand vol d’eau de l’histoire de Los Angeles depuis Chinatown. Afin de protéger sa ville, il se met à rechercher les responsables. Son enquête le conduit à rencontrer des agents municipaux corrompus, des acteurs hollywoodiens épuisés et de mystérieux bienfaiteurs…

When a poolman uncovers a sizeable water heist, he makes uneasy alliances with a beautiful and connected femme fatale, while following every lead he can with corrupt city officials, burned out Hollywood types, and mysterious benefactors—all in the name of protecting his precious city.

Mots-clés : Los Angeles, piscine, résidence, entretien, eau, vol, mystère, comédie, enquête, corruption

Où voir la bande-annonce de ce film : https://youtu.be/bHFI2GSMoM0?si=Gkoc4vFHFe-5Ty6l (en anglais)

Samuel (Saison 1 épisode 3 : La Piscine)

Titre : Samuel (Saison 1 épisode 3 : La Piscine)

Écriture : Émilie Tronche

Animation et réalisation : Émilie Tronche

Année de diffusion : 2024

Site de diffusion : arte.tv

Durée de l’épisode : 5′

Pays : France 🇫🇷

Langue : français (version allemande disponible)

Genre : fiction animée

Technique : animation 2 D

Couleur/Noir et blanc : Noir et blanc

Distribution/casting : Émilie Tronche (voix)

Argument/pitch de la série : Samuel a 10 ans. Il tient un journal et il a un problème : Basile a dit à la grande Julie que Samuel l’aimait. C’est faux, il s’en fiche de Julie. C’est juste qu’elle a rigolé à l’une de ses blagues et qu’il a trouvé ça sympa de sa part. Bon, en fait Samuel aime Julie mais personne ne doit savoir. Une série animée créée par Emilie Tronche sur une enfance dans les années 2000.

Zwischen Träumereien und Erinnerungen, Musik und Tanz, Grundschule und Gymnasium, erster Liebe und unbekannten Ängsten – das Tagebuch des 10-jährigen Samuels gibt einen einfühlsamen Einblick in die Kindheit der Nullerjahre. – Eine poetische Animationsserie in 21 kurzen Episoden.

Synopsis de l’épisode : Julie invite Samuel à son anniversaire ce qui rend ce jour le plus beau jour de la vie de Samuel. Le lieu de la fête : la piscine municipale. Sauf que, lorsque Samuel s’y attend le moins, un drame arrive.

Samuel ist zu Julies Geburtstagsparty eingeladen. Die findet im Schwimmbad statt. Als Samuel am wenigsten damit rechnet, passiert etwas Unerwartetes.

Mots-clé : enfance, animation, souvenirs, journal intime, anniversaire, invitation, piscine, apnée, sentiments

Liens utiles : https://www.arte.tv/fr/videos/106790-003-A/samuel-3-21/

https://www.cnc.fr/series-tv/actualites/emilie-tronche-raconte-la-fabrication-de-la-miniserie-samuel_2183134

https://www.unifrance.org/film/56912/samuel

https://youtu.be/98nJVyVEcKs?si=-y7m9Ucrx68oUSez

Où voir cet épisode : (jusqu’au 13/01/2027)

En français :

En allemand :

A l’eau [Heejin Park]

Titre : À l’eau

Tous droits réservés

Auteur : Heejin Park 🇰🇷

Adaptation en français (depuis le coréen) : Charlotte Gryson

Editeur : CotCotCot Éditions

Ville : Bruxelles

Année : 2024

Nombre de pages : 44 p.

Couleur/Noir et blanc : couleur

Technique : illustrations à l’aquarelle

Âge conseillé : à partir de 3 ans

Résumé : Grand-mère rechigne à accompagner sa petite-fille à la piscine : tout son corps la fait souffrir… L’enfant a finalement gain de cause, mais la grand-mère traîne des pieds et râle. Elle met un premier peton dans l’eau, puis tout son corps. Bien-être immédiat. Elle ne veut plus quitter le bassin !

Liens utiles : https://www.cotcotcot-editions.com/a-l-eau

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/lectures-jeunesse/a-l-eau-de-heejin-park-plaidoyer-pour-un-art-mouille-et-anti-mignon-1992770

Mots-clé : grand-mère, enfant, enfance, piscine, refus, douleurs, corps, fatigue, hésitation, baignade, bien-être, eau, immersion, enthousiasme, plaisir, souvenirs, sensations, légèreté

Nesrine Khodr

Titre  de l’installation : Extended Sea

Artiste : Nesrine Khodr (*1973)

Pays : Liban 🇱🇧

Année : 2017

Lieu : Sharjah Art Foundation (Sharjah Biennial 13 Tamawuj)

Matériaux : vidéo diffusée sur deux chaînes (705′), sans dialogues

Interprétation : Nesrine Khodr (nageuse)

Concept : Plan statique d’une piscine. En arrière-plan, la mer Méditerranée. Une femme nage d’avant en arrière à travers le cadre, commençant dans l’obscurité, du lever du soleil à midi, jusqu’à l’après-midi, le coucher du soleil, et l’obscurité qui suit. Filmé dans une piscine extérieure située sur la côte de Beyrouth, Extended Sea est un plan unique de 12 heures, de l’aube au crépuscule, où des kilomètres sont parcourus en une seule image. Dans ou hors du champ de vision du spectateur, la femme nage sans relâche, en temps réel. Des bateaux croisent derrière elle, quelques nageurs flottent ici et là dans la mer tandis qu’elle poursuit ses allers et retours.

A static shot of a swimming pool. In the background the Mediterranean Sea. A woman swims back and forth across the frame, starting in darkness, from sunrise through noon, until the afternoon, sunset, and subsequent darkness. Filmed in an outdoor pool located on the Beirut coast, Extended Sea is a 12-hour single shot from dawn to dusk, where kilometers are crossed through one single frame. In or out of the beholder’s sight, the woman swims without fail, in real time. Boats cross behind her, a few swimmers floating here and there in the sea while she pursues her in and outs.

Mots-clé : Liban, piscine, Beyrouth, mer, côte, longueurs, femme, nageuse, allers, retours, journée, performance, mobilité, durée, endurance, distance, pensées, cadre, métaphore

Liens utiles : https://sharjahart.org/sharjah-art-foundation/projects/extended-sea

https://www.arsenal-berlin.de/en/berlinale-forum/archive/program-archive/2018/forum-expanded-program/installations-by-artist/nesrine-khodr/

 

Elixir (Эликсир)

Titre : Elixir (Эликсир)

Tous droits réservés

Réalisation : Daniil Zinchenko (*1984)

Scénario : Daniil Zinchenko

Année : 2015

Durée : 1h20′ (80′)

Pays : Russie (Fédération de Russie) 🇷🇺

Langue : russe

Genre : fiction

Couleur/Noir et blanc : couleur

Distribution/casting : Aleksandr Gorelov, Nikolay Kopeikin, Grigoriy Selskiy, Dmitriy Juravlev

Musique : Maria Fedina

Synopsis : Un homme en robe blanche se tient dans une piscine gardée par des hommes portant des lunettes noires. Ils ressemblent à des gardes du corps. L’un des hommes en costume entre dans l’eau et pousse l’homme sous la surface, encore et encore : s’agit-il d’un baptême, d’un rite d’initiation ou de torture ? L’eau devient noire. Peu après, on voit l’homme disparaître parmi les arbres, deux soldats du Bataillon Zayovsky le soutenant. Ce film pourrait se dérouler hier, aujourd’hui ou demain ; ses personnages semblent être en dehors du temps. Ce sont des archétypes de la mythologie russe et des récits qui incarnent les divers extrêmes de leur patrie. Une forêt dans les marécages leur offre un sanctuaire. Via un messager qui connaît les voies labyrinthiques, ils communiquent : les partisans, le cosmonaute et le scientifique, qui veut brasser l’élixir d’immortalité. Mais un autre élixir joue également un rôle. Peut-être que l’homme en robe blanche est en réalité Jésus, et le liquide noir qu’il a laissé dans la piscine est en réalité du pétrole. Ce jeu grotesque de citations et d’archétypes est-il peut-être […] une parabole sur la Russie contemporaine ? [source : Anke Leweke]

A man in a white robe stands in a swimming pool guarded by men in black sunglasses. They are reminiscent of bodyguards. One of the besuited men enters the water and pushes the man under the surface, over and over again: a baptism, an initiation rite or torture?
The water turns black. Shortly afterwards, you see the man disappear among the trees, two soldiers from the Zayovsky Squadron propping him up. This film could be set yesterday, today or tomorrow; its characters seem to be outside of time. They are archetypes of Russian mythology and stories that embody their homeland’s various extremes. A forest in the marshes offers them sanctuary. Via a messenger who knows the labyrinthine pathways, they communicate: the partisans, the cosmonaut and the scientist, who wants to brew the elixir of immortality. But another elixir also plays a role. Perhaps the man in the white robe is actually Jesus, and the black liquid he has left behind in the pool is actually oil. Is this grotesque game of citations and archetypes perhaps […] a parable on present-day Russia? [source: Anke Leweke]

Ein Mann im weißen Gewand steht in einem Pool, der von Männern mit schwarzen Sonnenbrillen bewacht wird. Sie erinnern an Bodyguards. Einer der Anzugträger steigt ins Wasser, taucht den Mannimmer und immer wieder unter – Taufe, Initiationsritual oder Folter? Das Wasser wird schwarz. Wenig später sieht man den Mann
gestützt von zwei Soldaten der „Schwadron Zayovsky” zwischen Bäumen verschwinden. Dieser Film könnte gestern, heute oder morgen spielen, seine Figuren scheinen aus der Zeit gefallen zu sein. Es sind Urbilder russischer Mythologien und Geschichten, die die verschiedenen Pole ihrer Heimat verkörpern. Ein Wald in einem Sumpfgebiet bietet ihnen Unterschlupf. Über einen Postboten, der die verschlungenen Wege kennt, kommunizieren sie: die Partisanen, der Kosmonaut und der Wissenschaftler, der das Elixier der Unsterblichkeit brauen will. Und noch ein weiteres Elixier spielt eine Rolle. Vielleicht handelt es sich bei dem Mann im weißen Gewand tatsächlich um Jesus, und bei der schwarzen Flüssigkeit, die er im Pool hinterlassen hat, tatsächlich um Öl. Ist das groteske Spiel mit Zitaten und Archetypen mehr als nur ein Märchen, auch eine Parabel auf das gegenwärtige Russland? [Quelle: Anke Leweke]

Mots-clé : piscine, homme, parabole, allégorie, elixir, résurrection, Russie, mythologie, eau, forêt, vie, mort, science, liquide, noir, pétrole, fraternité, salut, cimetière, immortalité, culte, cosmonautes, métaphysique, atemporalité

Liens utiles : Fiche film (pdf)

https://www.berlinale.de/en/2016/programme/201607988.html

Où voir ce film : https://youtu.be/phViTP9Aaqk?si=-_XXgsEK6Wa4kWTg (bande-annonce, en russe)

Once there was a girl (פעם הייתה ילדה)

Titre : Once there was a girl (פעם הייתה ילדה)

Tous droits réservés

Réalisation : Natalie Kaplan

Scénario : Natalie Kaplan

Année : 2016

Durée : (1h15′) 75′

Pays : Israël 🇮🇱

Langue : hébreu

Genre : fiction

Couleur/Noir et blanc : Couleur

Distribution/casting : Liat Glick, Nicholas Jacob, Oded Leopold, Yael Sharoni

Synopsis : Dans Once there was a Girl, sa première réalisation, Natalie Kaplan explore une série de concepts tels que l’intimité, la féminité, la solitude et la sexualité en observant sa protagoniste, Noa – une femme-enfant solitaire qui n’arrive pas à s’endormir la nuit et qui a soif d’intimité et de rapports humains. Elle cherche à trouver sa place dans le monde à travers une série de rencontres et d’expérimentations sexuelles avec un jeune soldat, “le garçon”, son grand-père et son voisin.

In Once there was a Girl, her directorial debut, Natalie Kaplan sets out to explore a range of concepts such as intimacy, womanhood, loneliness, and sexuality by observing her protagonist, Noa – a solitary woman-child figure who can’t get to sleep at night, and who craves intimacy and human connection. She goes about finding her place in the world through a series of encounters and sexual experimentations with a young soldier whom she dabs, ‘the boy,’ her older GP, and her next door neighbour.

Mots-clé : adolescente, intimité, femme, solitude, insomnies, rencontres, expériences, sexualité, relations

Liens utiles : https://cineuropa.org/fr/film/325411/

Ou voir ce film : https://cineuropa.org/fr/video/rdid/325411/ (bande-annonce, en hébreu avec sous-titres en anglais, via cineuropa.org)

La mémoire de l’eau

Titre : La mémoire de l’eau

Auteur : Napa (@nageuseparisienne sur Instagram)

Pays : France 🇫🇷

Langue : français

Éditeur : autoédition

Année : 2023

Genre : carnet intime de souvenirs et de photographies

Nombre de pages :  40 p., non paginé ; 18 textes et 18 photographies

Citations : “À cette époque-là [2008], C. passe beaucoup de temps en Auvergne. Ce qu’elle préfère, là-bas, ce sont ces lacs de cratères, ronds comme des palets, profonds comme des gouffres, remplis de légendes effrayantes. Dans un autre genre, elle aime aussi la piscine Coubertin, un bassin olympique. C’est là, pour la première fois, qu’elle prend goût à l’enchaînement des longueurs, à la répétition à l’infini du mouvement dans l’eau et à la nage comme une routine quasiment quotidienne.” […]

“[2018] Ses rendez-vous avec la piscine l’aident à structurer sa vie. Il y a d’abord eu Château-Landon, sa clarté blanche et ses portes aux couleurs primaires, deux fois par semaine à 11h30. Puis, après un changement de bureau, Alfred Nakache, à Belleville, trois fois par semaine, bientôt quatre, tantôt à 11h30, tantôt à 16h30. Nakache, son bassin en inox, sa douce lumière du jour et son accueil chaleureux.”

Mots-clé : eau, rapport à l’eau, souvenirs, carnet, vie, piscine, longueurs, routine, répétition, femme, corps, baignade

Liens utiles : https://nageuseparisienne.bigcartel.com/product/la-memoire-de-l-eau

Swimming cool or dancing pool

Titre : Swimming cool or dancing pool

Réalisation : Carles Pujadas

Année : 2020

Durée : 1’07

Pays : Espagne 🇪🇸

Langue : sans dialogues

Genre : chorégraphie dans une piscine vide

Couleur/Noir et blanc : Couleur

Distribution / casting : Jan Martinez, Marc Arimany

Synopsis : Au milieu d’un espace en ruines, deux jeunes garçons dansent pour guérir leurs blessures et, à leur tour, se connecter à eux-mêmes et à l’autre, avant que le soleil ne se couche.

In the middle of a space in ruins, two young boys dance to heal their wounds and, in turn, connect with themselves and with each other, before the sun sets.

Mots-clé : garçons, piscine vide, danse, chorégraphie, coucher du soleil, musique, mouvements, pas de deux

Liens utiles : https://carlespujadas.cargo.site/

Où voir cette vidéo : https://vimeo.com/830498225

A mort le bikini !

Titre : À mort le bikini ! 

Tous droits réservés

Réalisation : Justine Gauthier

Scénario : Léonie Hurtubise, Justine Gauthier

Année : 2023

Durée : 16’36

Pays : Canada  🇨🇦

Langue : français (Québec)

Genre : fiction

Couleur/Noir et blanc : Couleur

Distribution/casting : Mia Garnier, Etienne Cardin, Aksel Leblanc, Olivier Leblanc, Johnnovan Jobin, Eve Pressault, Eric Robidoux

Musique : Viviane Audet, Robin-Joël Cool

Synopsis :  Lili, jeune fille dégourdie de 10 ans, s’est toujours baignée torse nu. Lorsque ses parents lui imposent le haut de bikini pour une sortie au parc aquatique, elle se révolte : pourquoi cacherait-elle son torse plat alors que ses amis, tous des garçons, n’ont pas à le faire?

Lili, a feisty 10-year-old girl, has always swam topless. When her parents force her to wear a bikini top for a trip to the water park, she rebels : Why should she hide her flat chest when her friends, all boys, don’t gave to?

Mots-clé : fillette, maillot, piscine, bikini, indignation, injustice, inégalité, garçons, révolte, rébellion, Canada

Liens utiles : https://travellingdistribution.com/film/a-mort-le-bikini-532

Où voir ce film : https://youtu.be/Kgy2fkZFQhI?si=crpGZ7N9iWC0e6Wz (bande-annonce, en français avec sous-titres en anglais)

Frite sans maillot

Titre : Frite sans maillot

Tous droits réservés

Réalisation :  Matteo Salanave Piazza (École La Poudrière)

Scénario : Matteo Salanave Piazza

Année : 2023

Durée : 4′

Pays : France 🇫🇷

Langue : français

Genre : animation

Couleur/Noir et blanc : couleur

Distribution/casting : –

Musique : Roméo Monteiro

Synopsis : Antoine découvre dans le vestiaire qu’il a oublié son maillot de bain. Le cours de natation commence, il faut qu’il trouve une solution.

Antoine discovers in the changing room that he’s forgotten his swimsuit. Swimming class starts and he has to find a solution.

Antoine stellt in der Umkleidekabine fest, dass er seine Badehose vergessen hat. Der Schwimmunterricht beginnt und er muss sich etwas einfallen lassen.

Mots-clé : enfants, piscine, vestiaire, maillot, oubli, cours de natation, embarras

Liens utiles : https://matteosp.com/#films https://www.unifrance.org/film/58625/frite-sans-maillot

Où voir ce film : au festival du court-métrage de Clermont-Ferrand du 2 au 10 février 2024.

I Do Air

Titre : I Do Air

Tous droits réservés

Réalisation : Martina Amati (*1969) 🇮🇹

Scénario : Martina Amati

Année : 2009

Durée : 7′

Pays : Royaume-Uni 🇬🇧

Langue : anglais (seulement en son d’ambiance)

Genre : fiction

Couleur/Noir et blanc : Couleur

Distribution/casting : Claire Harris

Musique : Gunnlaug Thorvaldsdottir

Synopsis : Entourée de plongeurs et de nageurs, une fillette a honte de sa peur de sauter dans l’eau. Elle peut échapper à ses angoisses si elle retient sa respiration le plus longtemps possible et laisse libre cours à sa fantaisie. C’est alors qu’elle rencontre deux merveilleuses créatures flottant dans l’apesanteur. La fillette parviendra-t-elle à pénétrer dans leur univers magique ?

A girl surrounded by divers and swimmers feels ashamed of her fear of jumping into the water. But she can escape her fears if she holds her breath for long enough and surrenders to her imagination. In doing so she encounters two wonderfully weightless, drifting creatures. Can the girl manage to enter their magical world?

Umgeben von Tauchern und Schwimmern, schämt sich ein Mädchen für ihre Angst, vom Sprungturm zu springen. Entfliehen kann sie diesen Ängsten, wenn sie lange genug die Luft anhält und sich ihrer Fantasie ganz hingibt. Dabei begegnen ihr zwei wunderschöne, schwerelos dahingleitende Kreaturen. Schafft es das Mädchen, in deren magische Welt einzudringen?

Mots-clé : fillette, piscine, plongeoir, peur, respiration, souffle, silence, refuge, imaginaire, flottaison

Liens utiles : https://www.berlinale.de/en/2010/programme/20105444.html

Dossier de presse (à télécharger)

Ou voir ce film : https://youtu.be/mFZV3WQ_cOU?si=4rQv58qgiLQDndUp

Läski

Titre : Läski

Tous droits réservés

Réalisation : Kirsikka Saari (*1973)

Scénario : Raisa Omaheimo, Kirsikka Saari

Année : 2019

Durée : 9′

Pays : Finlande 🇫🇮

Langue : finnois

Genre : fiction

Couleur/Noir et blanc : couleur

Distribution/casting : Jenny Lehtinen, Sonja Kuittinen, Eero Saarinen, Juho Milonoff, Ainu Kormilainen

Synopsis : Sonja, 35 ans, essaie de faire des courses, d’avoir des rendez-vous et d’aller à la piscine avec sa fille. Cela s’avère étonnamment difficile, car les autres personnes n’arrivent pas à se faire à l’idée que Sonja est grosse. Läski est réalisé par Kirsikka Saari et écrit par Raisa Omaheimo et Kirsikka Saari. Il fait partie de l’anthologie de films Force of Habit (Yksittäistapaus).

Sonja, 35, tries to do some shopping, go on dates, and go to the swimming hall with her daughter. It turns out to be surprisingly difficult, since other people cannot get over the fact that Sonja is fat. Fat (Läski) is directed by Kirsikka Saari and written by Raisa Omaheimo and Kirsikka Saari, and it is part of the film anthology Force of Habit (Yksittäistapaus).

Muut ihmiset eivät pääse yli siitä, että Sonja on lihava.

Mots-clé : surpoids, rapport au corps, complexes, femme, Finlande, piscine, regard des autres, grossophobie, discrimination, harcèlement

Liens utiles : https://www.yksittaistapaus.fi/en/film/fat/

Où voir ce film : en VOD, dans l’anthologie Yksittäistapaus https://vimeo.com/ondemand/yksittaistapaus

La Piscine [L. Langlois]

Titre : La Piscine

Réalisation : Lucie Langlois

Scénario : Lucie Langlois

Année : 2023

Durée : 8′

Pays : France 🇫🇷

Langue : français

Genre : fiction

Couleur/Noir et blanc : couleur

Distribution/casting : Louise Herrero, Karine Dogliani

Synopsis : Quatre jours que son amie est décédée et Prune est complètement anesthésiée. Ses proches lui conseillent d’aller nager. Pourquoi pas… Peut-être que c’est dans le grand bain qu’elle reprendra pied ?

Mots-clé : décès, deuil, amie, choc, anesthésie, désarroi, conseils, piscine

Liens utiles : https://www.panorama-films.com/lapiscine

Où voir ce film : https://vimeo.com/892033697 (bande-annonce)

Du Hund du

Titre : Du Hund du

Tous droits réservés, via sixpackfilm.com
Tous droits réservés, via sixpackfilm.com

Réalisateur : Benjamin Laabmayr (*1999)

Scénariste : Benjamin Laabmayr

Année : 2022

Durée : 11’32

Pays : Autriche 🇦🇹

Langue : allemand

Genre : fiction hybride

Couleur/Noir et blanc : couleur

Distribution/casting : Robert Laabmayr, Heidi Jessner, Natalie Keskin, Veronika Oberholzner, Hannah Thaler, Hannah Guggenthaler, Katja Santner, Lukas Jahn […]

Musique : Summer Joy by Make Music, © Premium Beat

Synopsis : Il fait chaud à la piscine en plein air de la commune. Un lieu où tout le village se retrouve pour satisfaire son besoin quotidien de frites avec des saucisses et pour se rafraîchir dans l’eau tiède du lac et de la piscine. La piscine du village est un lieu de bizarrerie quotidienne. Un garçon qui plonge pour trouver des piles ou des enfants qui décident de l’avenir de leurs parents à l’aide de cartes de tarot. Le réalisateur laisse planer l’ambiguïté :  les personnages sont-ils exposés ou représentés ? S’agit-il d’une mise en scène ou d’un documentaire ?

It’s a hot day at the municipality’s lido. A place where the whole village meets to satisfy their daily need for fries with sausages and to cool off in the lukewarm water of the lake and the pool. The village swimming pool as a place of everyday bizarreness. A boy diving for batteries or children deciding the future of their parents by means of tarot cards—these are examples of short scenes that sometimes continue to spin. The director leaves everything mostly ambiguous: Is it about alienation or observation? Are the characters being exhibited or portrayed? Is it a matter of staging or documentation?

Mots-clé : Freibad, Autriche, été, chaleur, village, bizarrerie, absurdité, enfants, parents, saynètes, chaises longues, annonces, haut-parleurs, frites, cartes, tarot, couple, observation, baigneurs, société

Liens utiles : https://www.sixpackfilm.com/de/catalogue/2804/

https://applied-photography.at/en/2020-2021/benjamin-laabmayr-du-hund-du/

Où voir ce film : (bande-annonce, en allemand)